Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 -Le suicide-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: -Le suicide-   Mer 8 Jan - 13:34

Tu veux te suicider? Imagine ça. Tu rentres des cours un soir, après une horrible journée, encore. Tu es prête à tout abandonner cette fois. Tu vas dans ta chambre, tu fermes la porte, tu reprends ce morceau de papier, cette lettre de suicide, que tu as écrit maintes et maintes fois, encore et encore. Tu prends cette lame de rasoir, et t'ouvres les veines pour la dernière fois. Tu prends cette boi...te de pilules, et les avales toutes. Tu t'allonges patiemment, tenant cette lettre sur ta poitrine, tu fermes les yeux pour la dernière fois. Une heure plus tard, ton petit frère toque à ta porte pour te dire que le dîner est prêt. Tu ne réponds pas alors il entre, il voit seulement que tu es allongée sur ton lit, alors il pense que tu dois dormir. Il redescend et dit ça à ta mère. Elle monte dans ta chambre pour te réveiller, mais remarque que quelque chose ne va pas. Elle prend la feuille que tu as dans les mains, et la lis. Sanglotant, elle te secoue, crie ton nom, mais tu ne bouges pas. Ton frère, désorienté, cours dire à ton père que ta mère n'arrive pas à te réveiller. Ton père monte les escaliers affolé, voit ta mère en train de pleurer, tenant fermement cette lettre contre sa poitrine, près de ton corps sans vie. Il comprend rapidement, et se met à crier, jetant un objet à travers la pièce. Puis, il tombe à genoux, et se met à pleurer. Ta mère s'approche difficilement de lui, ils se prennent dans les bras, et pleurent. Le lendemain à ton lycée, la principale annonce ton suicide à la classe. Cela prend quelques secondes avant que chacun se rendent compte, puis, tout le monde devient silencieux. Ils se blâment tous eux-même. Tes professeurs pensent qu'ils ont été trop durs avec toi. Ces filles populaires repensent à tout ce qu'elles t'ont dit de méchant, bêtement. Ce garçon qui avait l'habitude de t'ennuyer et de t'insulter, ne peux pas s'empêcher de se haïr pour n'avoir jamais osé te dire à quel point il te trouvait belle en vérité. Ton ex petit copain, celui à qui tu disais tout, celui qui t'a largué, pourtant il ne peut pas supporter d'entendre cette nouvelle, il s'effondre, se met à pleurer puis quitte la classe. Tes amis? Ils sanglotent aussi, se demandent comment ils ont fait pour ne pas se rendre compte que quelque chose n'allait pas, ils auraient aimé pouvoir t'aider avant qu'ils ne soit trop tard. Et ta meilleure amie? Elle est en état de choque, elle ne peut pas y croire. Elle savait ce que tu traversais, mais elle ne pensait pas que ça pouvait aller si mal.. au point d'en finir. Elle se lève, et sort de la classe. Dans le couloir, elle s'effondre par terre, tremblante, se met à crier, mais aucune larme ne sort. Quelques jours plus tard, à ton enterrement. Il y a foule, beaucoup te connaissaient, et appréciaient cette fille pétillante. Celle qui était toujours là pour les autres, l'épaule sur laquelle on pouvait pleurer. Ils parlent tous des bons souvenirs qu'ils ont eu avec toi. A tous, on peut voir des larmes couler de leurs yeux. Ton petit frère ne sait toujours pas que tu t'es suicidé, il est trop jeune. Tes parents lui ont seulement dit que tu étais décédée. Ça le blesse, énormément. Tu étais sa grande sœur, tu étais supposée être toujours là pour lui. Ta meilleur amie, elle essaye de rester forte durant toute la cérémonie, mais au moment où ton cercueil est mis en terre, elle perd tout moyen, et se met à pleurer comme elle n'a jamais pleuré. Et elle continuera, pendant des jours, et des jours. Deux ans plus tard. Tes amis, pour la plupart tombés dans la dépression, parlent toujours à un conseiller/­thérapeute une fois par semaine. Certains de tes professeurs ont tout simplement quittés leur job. Ces filles populaires ont maintenant des troubles alimentaires. Ce garçon qui t'insultait, s'ouvre les veines. Ton ex petit ami ne sait plus comment aimer et n'a jamais pu avoir une relation stable à nouveau. Ta meilleure amie? Elle a essayé de se suicider, elle n'a pas réussi comme toi, mais elle a essayé, plusieurs fois. Ton frère? Il a finalement découvert la vérité sur ta mort. Il se coupent, s'ouvre les veines, pleure le soir. Il fait tout ce que tu as fait pendant des années, et qui t'a conduit au suicide. Tes parents? Leur mariage est tombé à l'eau. Ton père est devenu alcoolique, pour le distraire du mal que lui a causé ton décès. Ta mère est tombée dans une profonde dépression qui la tue à petit feu et reste clouée au lit toute la journée. Les gens ne s'en fichent pas. Tu ne le remarque peut-être pas, mais ils ne s'en fichent pas. Tes choix ne t'affectent pas seulement toi, ils affectent tout le monde autour de toi. Ne mets pas fin à tes jours, il te reste tellement à vivre. Les choses ne peuvent pas s'améliorer si tu abandonnes.


J'ai eu un premier avis de mon éducatrice au collège qui m'a marqué ceci : "Je viens de terminer de lire ta nouvelle, j'en avais les larmes aux yeux mais en lisant les dernières lignes " si forte, si fière mais pourtant au fond si sensible"  je ne saurais faire une meilleure  description de toi (ah, si tu as oublié grognon!) ... mais comme c'est si bien écrit dans cette nouvelle , en partant, nous faisons forcement du mal à beaucoup de personnes que ce soit un départ voulu ou subi ( accident, maladie) et c'est pour cette raison qu'il faut profiter de chaque moment comme si c'étaient les derniers.. Bon en tout cas, j'ai également relevé la phrase suivante et qui est très importante : " les choses ne peuvent pas s'améliorer si tu abandonnes".
Revenir en haut Aller en bas
mathmatha

avatar

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Jeu 9 Jan - 11:35

J'ai bien aimé : surtout le ton léger du début. Je n'ai pas arrêté de me demander quel était ton avis : si tu condamnais le suicide, si tu le comprenais ou pire encore, si cela t'était égal. Mais les dernières phrases font l'effet d'un couperet. Et tu joues finement... je ne sais pas comment tu y arrives, mais malgré la dernière phrase, je n'ai pas eu l'impression d'un ton moralisateur, juste d'un rapport de faits. 

Quant au contenu, l'idée est bien menée, les éléments s'enchaînent, le ton n'est pas forcément très poétique mais il va bien avec ton texte, comme une histoire que l'on se raconte d'oreille à oreille une sorte d'histoire populaire un peu comme celles d'horreur qui circulent, comme La Dame Blanche ou Bloody Mary. Non, j'aime bien. Juste un petit point négatif par rapport à la fin : l'avenir des personnes qui l'ont côtoyée me parait un peu exagéré, juste un tout petit peu : pas celle de la famille, ni de l'ex petit-ami, ni de la meilleure amie, mais juste celles des filles "populaires", mais ce n'est que mon avis.

Enfin, sur l'idée générale, je voulais donner mon avis personnel : ne condamne pas trop vite les personnes qui tentent de mettre fin à leur jour. Mon avis est peut-être dû au fait que nous n'avons sûrement jamais été du même côté du miroir, mais un suicide, bien qu'un acte lâche je l'avoue, est un acte de non-retour dirigé par une illusion de non retour. La lâcheté peut très bien le définir, mais je pense que cette solution apparaît comme la seule qui puisse se réaliser. Le temps est un ennemi lorsqu'on y pense : une seconde parait des heures et un jour parait des mois. Entamer une thérapie est bien beau, mais la douleur étouffante que l'on ne peut pas définir restera, elle ne disparaîtra pas dès la première séance, et parfois se avouer la situation à quelqu'un est trop dur : "je veux être fort, j'y arriverai bien tout seul". Et la seule chose qui reste, celle qui fera que tu ne souffriras plus et ta famille non plus, soit parce qu'elle sait que tu ne vas pas bien, soit parce que sinon elle devra le savoir et y faire face, est le suicide. 
Enfin bref, le suicide est un acte lâche, qui arrange les choses sans solution, en les abrégeant, mais il reste une délivrance après de longs moments de souffrance. 
(si t'as besoin de parler, envoie un mp Smile )

Au plaisir de te lire
Revenir en haut Aller en bas
49tom
Modérateur


Date d'inscription : 01/06/2011
Localisation : Chez moi

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Jeu 9 Jan - 12:16

C'est un des plus beaux textes (si ce n'est le plus beau) que j'ai lu de toi Margaux. J'ai adoré surtout l'originalité du traitement, car le contenu est hélas bourré de clichés et de préjugés caricaturaux à souhait. Par ailleurs, on n'a pas de contexte à donner, c'est très général (aucun exemple n'est donné, ou on le devine en filigrane), ça reste très moralisateur pour moi, malgré ce qu'en a pensé Mathilde. Dire "ne vous suicidez pas, ça rendra votre entourage plus triste" je trouve que cela va de soi et que ça aurait pu être amené plus élégamment. Par ailleurs, dire que la moitié de la terre va essayer de faire la même chose... c'est trop exagéré pour être plausible. Je trouves aussi qu'il y a trop de répétitions "encore et encore", "mère, père, frère", etc...
Dernier point négatif, évite de t'auto-congratuler, cela n'améliorera pas la pensée de ton lecteur, au contraire, il ne pourra que penser que si tu essayes de vanter ses bons côtés, c'est qu'il a beaucoup de défauts (je ne dis pas que c'est le cas, mais ça peut être révélateur).

Je disais donc que j'avais aimé l'originalité dans le traitement : l'emploi du ''tu'', avec les premières phrases nous interpellant. L'effet reflet entre les effets et les conséquences m'a également beaucoup plu. Le rythme est correct, brutal comme la survenue du suicide.
Revenir en haut Aller en bas
http://entouteslettres.hautetfort.com/
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Jeu 9 Jan - 17:08

Merci Mathilde et Tom, d'ailleurs ravie de te revoir sur le forum Tom. Merci pour vos avis. Je ne condamne pas le suicide, je raconte ce que je pense.. Tom, quel est ton plus beau texte de moi sans indiscrétion?!

En tout cas merci à vous deux pour vos avis Smile
Au plaisirs de vous lire également!:]
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Dim 12 Jan - 20:46

bien dit (quelques fautes mais bon...). c'est un texte que j'aimerai laisser à pas mal de personnes de mon entourage. car pour moi, le suicide n'est pas un acte de lacheté mais plutot d'égoisme. on n'est jamais seul au monde, et tu as raison, en partant on laisse des gens dans la peine et rien que pour ça, je ne le ferai pas.
la maman de ma belle fille entre en dépression régulièrement parce que son dernier fils s'est jeté sous un train (et en plus elle doit payer la sncf pour préjudice, pfff)

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Sam 18 Jan - 8:11

Payer la Sncf pour préjudice? Sérieux?! C'est dégoutant. Ils ont que ça à faire..

En tout cas merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Dim 19 Jan - 14:54

je t'en prie. elle paye encore la pauvre parce qu'elle est au rsa

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Le Boiteux

avatar

Date d'inscription : 15/11/2013
Age : 26
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Dim 19 Jan - 17:41

Un texte qui traite d'un sujet difficile. Un style assez fort, notamment avec l'interpellation, ce qui implique le lecteur et le met face au sujet. C'est une approche intéressante, mais du coup celui qui n'a pas de pensées noires peut ne pas se sentir concerner. C'est un système un peu exclusif, je trouve.
Mais j'aime bien le détachement que tu as ; simplement décrire les faits, sans essayer d'ajouter d'émotions. Cette distance rend le texte plus brut, plus fort. Ça colle parfaitement au thème, pour le coup.
En revanche une chose qui m'a déplu sur la fin : les conséquences. L'entourage est touché, certe, mais de là à dire que la vie de toutes les personnes plus ou moins proches va en être affectée significativement ? Non, certainement pas. Le plus flagrant c'est l'exemple des profs. C'est dommage, car la conclusion plombe un peu le ressenti. Trop peu crédible. Plutôt se concentrer sur l'entourage très proche, sur quelques personnes qui ont été très touchées.


Sur la forme, je vais développer :


« Tu vas dans ta chambre, tu fermes la porte, tu reprends ce morceau de papier, cette lettre de suicide, que tu as écrit maintes et maintes fois, encore et encore » : D'abord un problème de répétition du mot « encore ». Il y a déjà une occurrence à la phrase d'avant, cela fait trop. Il vaudrait mieux supprimer cette dernière. Ensuite problème de rythme avec la ponctuation. La phrase est trop entrecoupée, et surtout la troisième virgule ne sert à rien, elle ne fait que casser le rythme. Et une erreur de grammaire : « que tu as écrit ». C'est « que tu as écrite », le participe s'accordant avec « cette lettre ».


« Tu prends cette lame de rasoir, et t'ouvres les veines pour la dernière fois » : encore le rythme qui m'ennuie un peu. Pour mettre un « et » après une virgule, il faut que ce soit justifié, sinon ça casse la musicalité de la phrase. La bonne solution c'est de lire à voie haute et de repérer si tu marques un temps d'arrêt ou non.


« tu prends cette boi...te de pilules » : C'est peut-être moi, mais j'ai pas compris pourquoi il y a des points de suspension.


« Tu t'allonges patiemment, tenant cette lettre sur ta poitrine, tu fermes les yeux pour la dernière fois » : pour moi, il faudrait remplacer soit la première virgule, soit la dernière virgule, par un point. Plutôt à la place de la dernière, pour renforcer « tu fermes les yeux pour la dernière fois ».


« Une heure plus tard, ton petit frère toque à ta porte pour te dire que le dîner est prêt » : le son « t » est trop présent, ça fait une allitération pas très jolie.


Après ce sont toujours les mêmes soucis qui se répètent. Mais globalement c'est la ponctuation le plus ennuyeux. Le seul conseille que j'ai c'est de lire à voie haute et de retranscrire à l'écrit. Ne pas hésiter non plus à utiliser le signe « : », qui aurait pu être utilisé deux ou trois fois dans ton texte.
Mais malgré les défauts je trouve que c'est vraiment un bon texte.
Revenir en haut Aller en bas
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Mer 22 Jan - 13:00

En effet il y a des défauts.. Mmh , je vais tacher de corriger ça quand j'aurai du temps. Pour les sons qui se répètent, perso je n'avais jamais pensé à cela.. Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Jafou

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Mar 15 Déc - 16:48

Certes, il y a encore des fautes. Mais en trois ans, tout de même de sacrés progrès. Cependant, le style m'a paru moins pétillant, plus banal que celui des écrits rédigés à treize ans.
La vie est un phénomène d'une banalité navrante ; c'est aussi quelque chose d'extraordinaire et de merveilleux. La supprimer, sur soi, sur d'autres est un geste d'une horreur sans nom ; inacceptable. Trop de deuils cruels surviennent par le hasard du temps ; en rajouter volontairement n'est en rien gratifiant. Les États civilisés ont aboli la peine de mort, car elle faisait d'eux des criminels froids et sans passion qui s'alignaient sur le niveau des condamnés...
Vieil homme, j'ai au cours des dernières années perdu mon épouse, un neveu (suicide) de 24 ans, deux fils (suicide) très malades, une belle-fille, une arrière-petite-fille de un an et d'innombrables amis... Mais la vie passe et des proches disparus, en dépit des plaies ouvertes qui ne peuvent cicatriser, on tente de ne garder que les souvenirs des moments heureux ; on occulte les autres. C'est Jo Dassin qui chantait : "Ça va pas changer le monde..." Ne jamais agresser la vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Mar 15 Déc - 18:53

ne jamais agresser la vie, c'est bien dit

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
surfeur



Date d'inscription : 29/05/2013

MessageSujet: Re: -Le suicide-   Sam 27 Fév - 8:11

Ce type d'écrit qui traite d'un sujet important pour les ados, exprimé dans une langue simple et émouvante (les imperfections n'ont aucune importance) devrait figurer dans un profil face book de manière à pouvoir être lu par plus d'internautes.....ne serait-ce que pour la fin:
 "Tes choix ne t'affectent pas seulement toi, ils affectent tout le monde autour de toi. Ne mets pas fin à tes jours, il te reste tellement à vivre. Les choses ne peuvent pas s'améliorer si tu abandonnes"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -Le suicide-   

Revenir en haut Aller en bas
 
-Le suicide-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Nouvelles-
Sauter vers: