Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» Une chanson de geste
On la disait retardée EmptyLun 29 Juil - 17:57 par Jafou

» mefiez vous des charlatants
On la disait retardée EmptyDim 23 Juin - 16:10 par Jafou

» De retour après quelques années d'absence....
On la disait retardée EmptyMar 18 Juin - 13:29 par rtmel

» 5 et 6 juin...
On la disait retardée EmptyJeu 6 Juin - 8:09 par Jafou

» Les Imaginales
On la disait retardée EmptyLun 20 Mai - 20:05 par extialis

» Désinscription du forum
On la disait retardée EmptyDim 19 Mai - 7:29 par extialis

» la golfeuse du voilier
On la disait retardée EmptyMer 15 Mai - 21:59 par martin1

» Aimez-vous Bach (3è séquence)
On la disait retardée EmptyMar 14 Mai - 18:26 par Le sombre minuit

» L'ascension extraordinaire du Maudit
On la disait retardée EmptyLun 13 Mai - 19:02 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
CalendrierCalendrier

Partagez
 

 On la disait retardée

Aller en bas 
AuteurMessage
Amiedetous



Date d'inscription : 28/06/2012

On la disait retardée Empty
MessageSujet: On la disait retardée   On la disait retardée EmptyJeu 3 Jan - 16:34

J'espère vivement n'ennuyer personne en postant trois textes à la suite. Bonne soirée à tous.



Elle était trop docile, trop silencieuse, apparemment sans goûts ni désirs personnels. On lui disait d'aller là. Elle allait là, avec le sourire. On lui disait de partir de là. Elle partait de là, avec le même sourire sur les lèvres. Elle ne réclamait jamais rien. Elle ne faisait pas de bruit. Elle parlait d'ailleurs très peu, juste le stricte nécessaire. De la voir rester assise là, sans rien faire, à contempler les franges du tapis, ses doigts, un papillon... rendait ses parents soucieux. Leurs autres enfants s'ébattaient bruyamment dehors avec leurs petites camarades. Un enfant normal s'ennuie à ne rien faire. Un enfant normal est remuant, bavard, avide de contacts.
Ils n'avaient pas osés l'inscrire à l'école maternelle bien qu'elle en ait atteint l'âge, parce qu'ils pensaient qu'elle n'en avait pas encore la maturité. On la croyait mentalement retardée.

Elle restait en effet des heures sur le perron devant la porte-fenêtre, à ne rien faire donc, disait sa mère. En réalité, elle était très occupée à observer les fourmis et à se demander qui elle était pour ces petites bêtes. Du fait de sa taille gigantesque d'enfant des hommes, les fourmis ne pouvaient sans doute pas prendre conscience d'elle comme d'un être vivant.... Ou peut-être que si? Elles pouvaient sûrement remarquer, quand elles se déplaçaient sur sa main ou couraient le long de ses jambes qu'elles étaient sur un terrain lisse, dont la couleur et l'odeur n'étaient pas celles de la terre du jardin. Faisaient-elle la différence entre un caillou et la peau? Rien, dans leur course apparemment incohérente ne changeait, qu'elles se trouvent sur son corps, ou sur le ciment! Savaient-elles qu'elle, la petite fille, était une personne? Qu'elle était "elle"?

La petite fille savait leur nom: fourmi (petit animal qui ne pique pas quand il est noir, et qui pique quand il est rouge. Il vit avec cent autres fourmis qui passent leur temps à courir dans tous les sens pour chercher de la nourriture). Cent était un nombre si grand qu'il lui donnait le vertige. D'ailleurs, elle ne savait pas encore compter au-delà. De toute façon, on n'attendait pas d'elle qu'elle sache quoi que ce soit. Pourquoi se serait-elle fatiguée à convaincre sa famille qu'on pouvait savoir beaucoup de choses sans pour cela en parler? Donc, ces petites bêtes savaient-elles leur nom? S'en donnaient-elles un autre? Savaient-elles qu'elles étaient des fourmis, tout comme la petite fille se savait être une "petite fille"? Se ressentaient-elles être "elles" comme l'enfant se sentait être "moi"?

Non, les fourmis ne lui donnaient pas d'identité, et ce qu'elle voyait et pensait d'elles, ne pouvait les atteindre en aucune manière. Elle réfléchissait au fait que le monde dans lequel elle vivait n'était pas le leur. Elle se savait au centre d'un univers qui partait d'elle et qui rayonnait de plus en plus loin: jusqu'au sapin, là-bas, et même jusqu'à la dernière maison de la rue dont on ne faisait que deviner un bout du toit. Elle créait donc, en quelque sorte, ce qui était son monde. Le monde des fourmis était tout à fait différent. Mais le monde de Colette, n'était-il pas différent aussi du sien? Colette, c'était une voisine un peu plus âgée. Elle avait d'autres parents; elle avait d'autres jouets. Chez eux, on ne mangeait pas comme chez elle. Leur maison avait une autre odeur que la sienne. Ses frères et soeurs n'étaient pas ses frères et soeurs à elle...

Elle s'interrogeait alors sur le monde des autres. Elle voyait des couleurs, qu'on lui avait appris à nommer: rouge; bleu; vert; jaune... Mais ce qu'elle appelait "rouge" et qu'elle voyait "rouge", était-ce la même couleur pour chacun? Les petites voisines vivaient-elles dans monde exactement coloré comme le sien? Sa couleur préférée était le jaune. Mais Anne-Marie, la fille des voisins de gauche, préférait manifestement le bleu... Peut-être que ce qu'elle appelait "bleu", elle le voyait jaune et qu'elles voyaient toutes les deux en réalité la même couleur? Voilà donc une nouvelle question passionnante: les autres voyaient-ils, entendaient-ils, sentaient-ils comme elle? Peut-être bien que le choux fleur avait pour ses parents le goût de la purée et que c'est pour ça qu'ils disaient que c'était bon? A quoi bon se disputer avec qui que se soit, sur quoi que ce soit, tant que ces questions primordiales n'auront pas été éclaircies? Mais comment faire pour le découvrir?

Sa mère, inquiète de sa passivité, interrompait sa méditation secrète avec une phrase du genre: "Puisque tu n'as rien à faire, tiens, écosse donc les petits pois!" Elle répondait par un sourire, s'installait sans un mot devant la table et s'éxécutait docilement. Mais tout en séparant les gousses des grains, elle se mettait à se demander s'ils étaient conscients d'être en danger; si elle leur faisait mal; s'ils vivaient dans un monde avec des catégories comme le sien en était rempli: légumes, objets, couleurs, fourmis... ou pas. Est-ce qu'ils éprouvaient des sentiments fraternels pour les grains qui partageaient la même gousse? Au cas où ils auraient été conscients, elle leur demandait pardon en pensées et avec son coeur, de devoir les préparer pour le supplice de la casserole d'eau bouillante...




Dernière édition par Amiedetous le Mer 9 Jan - 15:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le sombre minuit
Modérateur
Le sombre minuit

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 28
Localisation : Dijon

On la disait retardée Empty
MessageSujet: Re: On la disait retardée   On la disait retardée EmptyLun 7 Jan - 17:57

Très intéressant. Cela me fait penser à une question que je me suis posée, et que tout le monde se pose - malgré lui - à un moment de sa vie.
La question de ce qu'il y a après la mort.
Parce que s'il y a effectivement "quelque chose", les petits pois, les fourmis et autres créatures - les cellules, les microbes... toutes ces choses - devraient avoir leur place. Il est incohérent d'imaginer que nous aurions plus la "chance" ou le "malchance" de pouvoir découvrir quelque chose d'autre après notre propre mort.
La question de la conscience amène à la question de l'égalité des chances, c'est pour cela que l'on dit que l'animal n'a pas conscience qu'il est "lui"...

Mais pourquoi ce titre, si je puis me permettre ?

_________________
http://la-voie-des-ames.overblog.com/

Ce spectacle terrifia Maxime ; les deux enfants ne s'étaient-ils pas combattus avec le seul intérêt de manger ? Ce combat avait détourné ses pensées de son mal ; devant l'acharnement dont ces petits avaient fait preuve, il songea à la loi brutale et sanguinaire de la lutte pour vivre. Mais ces enfants sauvages étaient si bons, alors il ne put que s'intéresser à leur sort et sut que le mieux était toujours de vivre et d'espérer.
Seulement pour garder l'harmonie dans la vie, et celle en tout homme, fallait-il toujours un médiateur ? Un homme ou une femme sachant toujours quoi dire et quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://la-voie-des-ames.overblog.com/
Amiedetous



Date d'inscription : 28/06/2012

On la disait retardée Empty
MessageSujet: Re: On la disait retardée   On la disait retardée EmptyLun 7 Jan - 18:39

Vous pouvez parfaitement vous permettre... C'est autobiographique. Mes parents, la famille en général, et mes enseignants ont cru que j'étais limitée intellectuellement. On a voulu me faire redoubler dans ce qu'on appelait à l'époque une "quatrième de transition". C'était une classe où on parquait les élèves en attendant qu'ils aient 16 ans pour pouvoir leur faire quitter l'école. Ils étaient incapables de suivre un programme normal.
Ma mère a fait un énorme effort financier pour m'inscrire dans un établissement privé qui m'a prise en troisième "à l'essai" où, comme à l'accoutumée, j'étais brillante pendant les premières semaines, puis de plus en plus mauvaise, pour finir en queue de classe. La directrice-prpriétaire était formidable: A cause de mes résultats catastrophiques, elle n'a pas parlé de redoublement, mais m'a fait sauter la seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Le sombre minuit
Modérateur
Le sombre minuit

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 28
Localisation : Dijon

On la disait retardée Empty
MessageSujet: Re: On la disait retardée   On la disait retardée EmptyLun 7 Jan - 23:28

J'avais cru comprendre ce que cela représentait, et on ressent très nettement votre vie entre les lignes, et c'est pour cela que ce doit être encore plus douloureux d'écrire des choses.
Seulement, quand je demandais pourquoi, et je vois bien que je n'ai pas été assez clair, je voulais dire, si c'est le titre que vous avez choisi, il faudrait que le texte tourne plus autour de ce sujet. À moins que le sujet est justement de démontrer que vous ne l'étiez pas du tout (attardée) et que vous étiez plutôt très intelligente et illuminée d'un esprit fort intéressant - mais perturbant pour cet âge. Ainsi, le propos serait non pas le fait qu'on le disait, mais qu'on lui montrait...

Merci néanmoins de votre réponse qui doit vous demander énormément d'effort.

_________________
http://la-voie-des-ames.overblog.com/

Ce spectacle terrifia Maxime ; les deux enfants ne s'étaient-ils pas combattus avec le seul intérêt de manger ? Ce combat avait détourné ses pensées de son mal ; devant l'acharnement dont ces petits avaient fait preuve, il songea à la loi brutale et sanguinaire de la lutte pour vivre. Mais ces enfants sauvages étaient si bons, alors il ne put que s'intéresser à leur sort et sut que le mieux était toujours de vivre et d'espérer.
Seulement pour garder l'harmonie dans la vie, et celle en tout homme, fallait-il toujours un médiateur ? Un homme ou une femme sachant toujours quoi dire et quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://la-voie-des-ames.overblog.com/
Contenu sponsorisé




On la disait retardée Empty
MessageSujet: Re: On la disait retardée   On la disait retardée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
On la disait retardée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» avec du retard , mais vaut mieux tard que jamais
» Engagez-vous qui disait
» [INFO] HTC/SFR : un retard?
» Présentation (dsl, c'est un peu en retard)
» MILLE EXCUSES POUR MON RETARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Essais-
Sauter vers: