Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 L'Equilibre Instable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Jafou

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Sam 28 Avr - 21:59

l'essentiel a été dit. Juste quelques grains de sel !
Citation :
Les gens s'en foutaient un peu
Les gens s'en préoccupaient peu
Citation :
Il chopa une sacoche
Il prit me semble meilleur et plus littéraire
Citation :
L’hiver faisait rentrer les gens chez eux.
Citation :
Ils étaient tous rentrés chez eux
il faudrait réécrire l'une des propositions avec d'autres mots.
Citation :
Il devait être tard à présent,
Jusqu'à cette phrase on se trouve dans un anonymat et une situation totalement neutre et puis brusquement tu parles de Romain, de Laura, de gregoire comme si nous, lecteurs savions tout d'eux. Cela me gêne.
Pour le reste : bien écrit, de la vitesse dans l'action sans temps mort ; un bon style ; quelques petites maladresse qui devraient disparaitre après une relecture reposée. Very Happy
Je ne me suis intéressé qu'au prologue, comme extialis, le premier chapitre sera pour plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 8:22

mon texte parait peut-être un peu vulgaire, mais c'est ainsi que je l'ai choisi ^^ vu que pour le reste du texte j'écris du point de vue d'une jeune majeur, avec un très fort caractère et une personnalité volcanique, cela me semblait important de commencer à installer un style un peu " jeuns" pour que le décalage ne soit pas trop grand. la suite va être pire Wink

quant à la répétition de "rentrer chez eux", la seconde, reprend la première phrase intentionnellement mais merci pour vos remarques, si vraiment il y a trop de gens que cela dérangent, je verrais pour améliorer ça Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 14:41

perso, j'ai pas fait attention, c'est passé à la trappe donc Laughing

pour moi, pas grand chose pour la suite :
Citation :
J’avais toujours imaginée (imaginé invariable) qu’il n’avait jamais eu aucun secret pour moi, mais c’était faux. Il avait fait sa petite vie de son côté et maintenant j’étais toute seule, il m’avait abandonnée en quelque sorte. Si seulement il m’avait parlé, j’aurais peut-être pu éviter ça. Je raccompagnais les deux hommes à la porte en leur promettant de passer au poste plus tard dans la matinée pour signer des papiers puis, fermant la porte, je repensais à tout ce qu’ils venaient de me dirent. (dire)
Le tatouage, le meurtre… Mon frère Grégoire avait été assassiné. C’était juste infâme ce goût dans ma bouche en pensant à cette idée… J’étais orpheline, plus de parents, plus mon frère. Mais qu’est-ce que j’allais devenir seule maintenant ? Et j’avais mon bac en fin d’année… D’ailleurs, il fallait que je prévienne le lycée. Tellement de choses à faire à présent. Je n’étais pas sûr d’être prête pour ça.
C’était une femme de la paroisse qui avait découvert le corps de Grégoire en rentrant chez elle après un gala de bienfaisance. Une certaine Madame Frémont… Ce nom ne me disait rien du tout mais elle me contacta vers 9h00 pour savoir si j’avais besoin d’un coup de main pour prévenir tous les membres de la famille ou pour organiser les funérailles. Je lui fis comprendre que je n’avais plus aucune famille mais que je lui serais très reconnaissante si elle pouvait me donner un coup de main pour organiser la sépulture (la sépulture est un lieu où on enterre les morts, tu ne peux donc organiser un lieu. donc organiser les funérailles, l'enterrement, l'évènement, quoi). Je ne savais pas du tout ce qu’il fallait faire, ni par quoi commencer.
Elle fut surprise de ne pas m’entendre pleurer, mais comment faire comprendre à cette femme qu’aucune larme n’arrivait à franchir le seuil de mes yeux depuis bien longtemps maintenant. Non pas que je sois devenue insensible, mais j’avais bien appris à faire semblant. Et ça allait encore me servir. Ce que je redoutais surtout c’était la sépulture (même remarque.). J’allais devoir supporter la pitié, les condoléances, les jérémiades, et les conseils de tous ces adultes qui croient tout savoir sur tout… Et moi, moi je voudrais juste qu’on me laisse tranquille. Mon chagrin me submergerai(t), d’entendre tout ce ramassis de connerie et de fausse compassion et il deviendrait colère ! J’allais être exécrable avec tout le monde. Et ça ne me ramènerait pas ma famille.
Comme pour me narguer, le tatouage de Grégoire s’imposa à mon esprit, ce diable rouge aux yeux étincelants. Je me demandais pourquoi mon frère ne m’en avait jamais parlé de ce tatouage, et surtout, ce qu’il signifiait… Je laissai mon esprit vagabonder, cherchant mille et une raisons pour que cette horrible face, figure sur le dos de mon grand frère et surtout, pourquoi il me l’avait caché… Puis, je finis par m'endormir, d’épuisement.


donc, me voilà avec le mystère du diable tatoué Twisted Evil la jeune fille va mener l'enquête?

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 16:50

non elle va mourir Very Happy






... et c'est là que les anges feront leur entrée...
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 17:02

puréeee! t'es pas cool avec tes persos, toi Laughing (bon, en même temps, j'en ai fait mourir plusieurs moi-même, alors....)
mais dis donc, du coup, l'histoire continue avec quelqu'un d'autre? (oh la curieuse, pfff)

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 18:22

non non, toujours avec notre sacrée petite Laura... mais, plus de question ! je ne dirais plus rien !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jafou

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 29 Avr - 20:32

Bon, alors roulez ! après tout la mort n'est qu'un avatar de la vie et on est deux milliards de trop. Il y a de la ressource !
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Lun 30 Avr - 9:57


_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 1 Mai - 7:41

^^ jadore ta phrase Jafou. ;D
Revenir en haut Aller en bas
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mer 2 Mai - 19:25

voici le chapitre 2... surement des fautes à corriger... et j'ai essayé de faire un truc avec les pensées de Laura, je vous laisse découvrir et vous me direz si c'est mieux avec ou sens les parenthèses.


Chapitre 2
Je pensais que je ne me souviendrais de rien, que je serais dans un état second comme cela avait été le cas pour les obsèques de mes parents. Je pensais que je n'aurais que quelques souvenirs vagues, comme le matin quand on se lève et qu’on oubli peu à peu le rêve que l’on était en train de faire. Mais maintenant que tout le monde était parti et que le silence était revenu dans la maison, je revivais cette journée, en me remémorant chaque instant, je préférais ça quelque part, ça m’évitait de penser que j’avais tout imaginé. Des souvenirs précis, une mauvaise série B en boucle dans la tête avec les ralentis et même les moments cultes comme la goutte d’eau bénite formant un smiley sur le cercueil. Un éclat de rire comme oraison funèbre, je me demande s’il aurait aimé ça le frangin…
C'était une très jolie cérémonie en vérité. Il n'y avait pas grand monde. Les deux gendarmes qui étaient venus m’annoncer la mort de Greg, un notaire et quelques collègues de boulot de mon frère. Y’avait aussi quelques camarades de ma classe qui avait débarqué sans prévenir, mais je pense qu’ils étaient là plus pour louper les cours que pour me soutenir, vu le peu de temps qu’ils avaient passés avec moi cette année, ce n’était surement pas par amitié. Et puis il y avait eu ce mec aussi, un blond, que je ne connaissais pas, mais qui avait déposé une rose au pied du cercueil. Enfin bref, Madame Frémont s'était bien occupé de tout ça. Il faudrait que je pense à la remercier.
Greg avait un joli cercueil en bois clair, du pin sans doute, et des poignées dorées. Quel intérêt de mettre de si jolies poignées sur un cercueil quand on sait l’usage que l’on en fait, mais bon. Une belle cérémonie, toute simple, c'est ce qu'il aurait voulu. Une musique douce, pas de texte trop catho. Je ne l’aurais pas supporté, et lui se serait certainement mit à danser le shuffle… Et puis il avait plutôt une bonne place au cimetière, si l'on peut dire, sous un saule pleureur, à l'abri du vent. Un endroit calme et isolé, il pourrait y faire des « bones ‘parties » tranquillement, sans réveiller les voisins. Dommage que les parents ne soient pas à côté, ils auraient été contents de le revoir.

J’imagine bien les retrouvailles :
« Salut mon Loulou, alors, qu’est-ce que tu fais ici ?
- Bah tu vois bien Maman, je fais un golf… »
Non franchement je déconne mais ça doit être les nerfs. Comme je l’avais prévu, les gens étaient venus m’assurer de leur compassion, me donner des conseils, des avis, j’avais beaucoup pris sur moi aujourd’hui. Heureusement, c’était terminé.
Laurel et Hardy, les deux enquêteurs, étaient venus me voir juste après la cérémonie pour m’annoncer que l'assassin présumé de Grégoire avait été retrouvé, mort : apparemment, c'était un petit dealer du nom de Romain Nevers. Il avait 23 ans et ils l'avaient retrouvé la veille, égorgé sur son canap’. En fouillant dans l’appartement, la police scientifique avait retrouvé l'arme qui avait servi à exécuter mon frère, avec les empreintes de ce mec, Romain. Donc il n’y avait plus de doute possible. Le seul truc c’était de découvrir pourquoi il avait planté mon frangin et pourquoi on l’avait buté juste après.
Greg m’avait parlé une fois d’un Romain, mais il n’était jamais rentré dans les détails, du coup j’avais pensé que c’était un collègue du boulot. Mais apparemment non. Les gendarmes m’avaient signalés que l'enquête continuait et qu'ils me tiendraient au courant, puis ils étaient repartis. Le tatouage de Greg souriait dans un coin de ma tête…

Un monsieur qu'on m‘avais présenté comme étant le notaire de la famille avait embaumé le salon avec son cigare, ça puait dans toute la maison maintenant. Il avait pris rendez-vous pour le lendemain soir après les cours pour me faire signer de la paperasse. Apparemment, j’avais hérité de beaucoup d'argent. Pff, super, je ne savais même pas que ma famille était fortunée. Encore un truc que Greg avait dû oublier de me dire. J’aurais cent fois préféré être pauvre et avoir toute ma famille autour de moi mais bon au moins je pouvais finir mon année de lycée sans avoir peur de manquer de quoi que ce soit.
Quelque chose me troublait pourtant : pourquoi Greg s'efforçait-il de trouver du boulot dans chaque ville où on s'installait depuis cinq ans, puisque à priori, on n'avait pas besoin d'argent ? Depuis que nos parents étaient morts, on déménageait en permanence ; Grégoire prétextant le manque de travail ; mais alors, si on avait de l’argent, pourquoi s’obstinait-il à bosser ? Comme personne d'autre que moi ne se posait la question, je laissai tomber. Mais bon faudrait peut-être que j’en touche un mot aux flics, on sait jamais c’était peut-être important. Le résultat restait le même au final, j’étais seule au monde.
Ma plus grande peur avait toujours été de me retrouver seule. Déjà toute petite, je ne supportais pas la solitude. Depuis la mort de mes parents, s'en était presque devenu maladif. Généralement, les gens ont peur de la foule. Bah moi, j’ai peur d’être seule, peur d'être abandonnée. Allez y comprendre quelque chose… Greg mettait beaucoup trop de temps ce soir-là,… j’aurais dû me douter que quelque chose n'allait pas, ce n'était pas dans ses habitudes de rentrer si tard. Tout ça c'était ma faute…
Je filais me coucher directement sans prendre le temps de manger ou de me changer. Je m’affalai sur le lit et m’endormis pratiquement tout de suite. Dans mes rêves, une paire d’yeux démoniaques veillait sur moi, au-dessus de mon lit…
Le lendemain, je me réveillai étrangement sereine. Après une bonne douche bouillante et une tasse de lait au miel, j’enfilai mon blouson, sautai dans mes pompes et parti pour ma première journée de cours après une semaine d’absence. Je n’étais pas anxieuse, même plutôt excitée, c’était bizarre comme sensation, j’avais hâte de voir si je m’en sortirai, si j’en étais capable. Au fond, j’étais juste en colère contre la terre entière et je voulais me prouver à moi-même que je n’avais besoin de personne. Mais il n’est jamais bon de se mentir à soi-même.
Au fur et à mesure que je m’approchais du lycée, l’angoisse monta en moi comme des racines qui vous chopent par les pieds et vous tiennent attachées au sol en vous empêchant d’avancer. Mon cœur battait plus fort que mes bottes sur le pavé, mes mains moites tremblaient et je m’y repris à deux fois pour allumer ma clope une fois arrivée devant le portail. Déjà je sentais les regards sur moi, les murmures dans mon dos, les doigts qui se pointait vers la pauvre Laura Kerguenec… La colère, l’angoisse, tout ça montait et m’étranglait, je n’arrivais plus à respirer, j’en venais même à ne plus vouloir respirer. Disparaître, maintenant dans un trou de souris, ça, ça aurait été l’idéal.
Pourtant encore une fois, je pris sur moi, jetai mon mégot, inspirai profondément et m’enfonçai dans la cour. La journée se passa finalement pas trop mal, je me pris la tête avec deux nanas qui tentait de jouer les apitoyées et que je rembarrai presque aussitôt, je me barrai au milieu du cours de philo où le prof avait entreprit de faire un débat sur le rapport qu’ont les humains avec la mort… enfin bref, ça allait plutôt pas mal…
A 15h30, en sport, je pu m’isoler un peu pendant les tests d’endurance et j’en profitai pour me défouler. A un moment je crus apercevoir un jeune homme blond dans le fond du parc, le même que la veille, à l’enterrement, dissimulé derrière le muret qui séparait le stade du cimetière aux bonnes sœurs qui avaient habités le lycée à l’époque où il s’agissait encore d’un couvent. Alors que je courais dans sa direction pour savoir de qui il s’agissait, Damien me prit par le bras et m’arracha les oreillettes dont j’avais poussé le volume à fond pour me couper complètement de la classe de dégénérés qui m’accompagnaient.
- Laura, t’as pas entendu le prof ? Il a dit qu’on pouvait y aller, c’est l’heure, me dit-il tout essoufflé. Apparemment, il avait couru pour me rattraper.
- Oh ! Euh, non désolée, je n’avais rien entendu avec la musique, m’excusais-je. Merci de m’avoir prévenue… Je vais finir mon tour et j’y vais.
- Qu’est-ce que tu écoutes ? Me demanda-t-il alors que je me remettais en route. Il voulait paraître poli, c’était sympa de sa part. Fallait pas te sentir obligé mon vieux tu sais, je peux finir mon tour de stade toute seule comme une grande. Je répondis néanmoins.
- Nightwish, tu ne connais surement pas. Ouais un peu cinglante la réponse Laura, tu aurais peut-être pu être un peu plus sympa…
On se remit à courir en silence jusqu’au vestiaire. Un silence pesant, seulement interrompu par nos souffles et nos pas dans les flaques. Arrivés devant le vestiaire Damien reprit :
- Tu sais, j’ai appris pour ton frère… Je voulais te dire, je suis désolé.
- Tu n’as pas à l’être, ce n’est pas ta faute et tu ne le connaissais même pas, rétorquais-je. Arrêtez de venir tous un par un pour vous rendre aimable, c’est chiant putain j’ai pas besoin de votre pitié !!
Là pour le coup, j’étais affligeante ! Pauvre Dam’, il avait juste voulu être sympa et faire la conversation et je l’avais rembarré comme un malpropre ! Il ne se démonta pas pour autant et me répondit gentiment :
- Je sais ce que c’est que de perdre quelqu’un moi aussi… Ma sœur est morte quand elle avait 5 ans. Elle avait un cancer du sang, ils n’ont pas pu la sauver… Alors je comprends que tu sois en colère après tout le monde. Mais si jamais tu as besoin de parler, je suis là. Sur ces paroles il entra dans le vestiaire, me laissant là comme une petite chose inutile. Je senti monter les larmes mais je ne voulais pas craquer devant tout le monde alors je chopais mon sac et mes fringues dans le vestiaire des filles et filais me réfugier à la maison, en sécurité, là où rien ne pourrait m’arriver…
Je me disais surement qu’une fois rentrée à la maison, je serais tranquille pour pleurer et ruminer tout mon saoule et que personne n’en serait jamais témoin, mais c’était sans compter sur la ponctualité du notaire qui frappa à cinq heures précises à la porte accompagné de son éternel cigare qui pue.
Il démarra de suite, sans préambule en lisant les papiers, les contrats, demandant des signatures ici et ici, puis redémarrait avec une autre liasse de papiers et soufflant sa fumer dans mon visage sans que cela ne lui pose aucun problème. Puis quand enfin tout fut terminé, ce que je n’espérais plus, il me demanda une tasse de café comme si j’étais une serveuse, et rapidement parce qu’il avait un autre « cas » à traiter ensuite. Je le détestai ce gros ventru, chauve et binoclard, il n’aimait pas les gens lui, ça se voyait tout de suite, il en avait rien à faire de la souffrance des autres ! J’étais comme une cocotte-minute sur le point d’exploser. « Ouais c’est ça, boit le d’une traite ton café et étouffe-toi avec pendant que tu y es. » Le gros bonhomme me tendit une main dodue et moite, puis il partit en trombe sans même fermer la porte « ce n’est pas grave, Conchita va le faire !! » Je n’étais pas pressée de le revoir celui-là !!
Je déposai les deux tasses dans l'évier avec rage et l'une d'elles se brisa contre le rebord. Je vidai le cendrier et passai un coup d'éponge sur la table. J’avais pas tout compris à ce que j’avais dû signer mais apparemment c’était des documents qui m’autorisaient à hériter de mon frère tout comme lui, l’avait fait de nos parents. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi Grégoire s’obstinait à travailler, selon le notaire, il y avait sur ce compte un sacré petit pactole. J’aurais dû l'appeler plus tôt ou être plus insistante ce soir-là. Si je n’étais pas restée prostrée sur ce canapé à attendre comme une conne que mon téléphone sonne. Il était en danger et je n’avais pas bougé. Et l’autre, là, qui avait pourrit l’atmosphère avec son cigare de merde. J’ouvris la lucarne du couloir qui donnait sur l’odeur fraiche du jardin.
Je me garderai bien de parler de ça à qui que ce soit. Entre ceux qui voudraient profiter de mon pognon et les autres qui m’enverraient chez un psy. Oh non, je ne voulais pas qu'on me colle en plus un psychologue sur le dos ! Et puis, la culpabilité c’était un sentiment normal dans ce genre de situation, j’en savais quelque chose : combien de fois mon frère et moi avions passés de soirées entières avec des "si j'avais fait ou pas fais telle ou telle chose Papa et Maman seraient encore là", comme si on avait pu y changer quelque chose. Alors c’était pareil, je n’avais rien pu faire pour Greg… Pfff maigre réconfort. Mais bon, j’étais forte, je surmonterais tout ça. Aucune inquiétude à avoir donc. Tu parles d’une plaie ma pauvre Laura ! Même pas foutue de te convaincre toute seule. Je ne voulais surtout pas montrer mes faiblesses. Je m’étais toujours battue. J’avais toujours été forte. Ca ne changerait pas maintenant. Il fallait que je me concentre sur ma scolarité et c'est tout. C'est ce que j’avais fait la première fois et ça m’avait plutôt bien réussi. Je me dis que c'était peut-être une raison pour que Grégoire veuille à tout prix du boulot : tout comme moi, il cherchait à se noyer dans le travail pour ne pas penser au reste.
D’un coup, j’étais nostalgique. Difficile de se savoir si jeune et de ressentir une douleur et une lassitude que seules les personnes de quatre-vingts ans peuvent ressentir. Cette douleur d'avoir perdu beaucoup de monde autour de soi, d'être encore là sans savoir pourquoi on l'a mérité plus que les autres. Et de se souvenir de quelques rires lointains dans "le bon vieux temps" quand tout le monde était réuni autour de la grande table de salle à manger le dimanche midi et que Maman nous demandait d'arrêter de chahuter à mon frère et à moi. Dans l'histoire, c'était toujours notre père qui faisait le clown ! Comme ces souvenirs étaient loin dans ma mémoire. Et je n'avais que dix-huit ans…
Alors qu'est-ce que ça serait dans quelques années, quand j’aurais complètement oublié le visage de mes parents et que celui de Grégoire ne serait plus qu'un vieux souvenir ? J’avais peur de cela, peur d'oublier !
Madame Frémont me téléphona pour prendre des nouvelles, savoir si j’allais bien et si j’avais besoin de quelque chose, et je la remerciais du mieux que je pu pour tout ce qu'elle avait fait. Quand je raccrochai, il fallut que je range les documents de la succession, mais je n’arrivai pas à me concentrer dessus. Je préférai me charger de faire la vaisselle avant d'aller prendre un bon bain pour me détendre et me vider la tête. Oh et je devais aussi regarder aux affaires de Greg, au cas où il y aurait des réponses aux questions des enquêteurs. Mais est-ce que j’allais en être capable, ça c’était une autre histoire.

Alors que je nettoyais les tasses, je tombai sur celle de Greg, une sorte de petit mug avec son nom dessus, un truc que je lui avais ramené de classe de neige, au collège ; et dans lequel il avait certainement prit son dernier café. Puis il l’avait posée dans le fond de l’évier comme toujours en attendant que celui-ci soit plein pour laver le tout ensemble.
Il me manquait tellement. Je ne pouvais m'empêcher de repenser à toutes ses petites habitudes, que malgré moi, j’exécutais comme une sorte de rituel en son honneur : Fermer l’entrée à double tour, mettre le dessous de plat sur la gazinière, ou essuyer l’évier après s’être lavé les mains…
Tout cela était ridicule, mais c’était important de le faire, comme si une partie de moi-même était morte avec lui. Et j’avais vraiment peur de ce qui allait se passer maintenant. J’étais seule, vraiment toute seule, une ombre. Pour la première fois de ma vie, je n'aurais personne derrière moi pour me soutenir, me guider, me conseiller. Aucun filet de rattrapage, aucune corde, aucun mousqueton, j’allais voler en solo ! Le notaire lui avait dit que l'argent n'était pas un problème, donc je pourrais continuer mes études. Mais pour le reste…
Alors je me raccrochais à ça, des piliers de ma vie qui me rassuraient.
Vivre seule. Cela semblait tellement faramineux comme projet que rien que d'y penser, ça me donnait le tournis. Non, vraiment, je ne me voyais pas gérer tout ça toute seule : les papiers, les factures, la vie, là dehors, seule. C'était inconcevable, je ne voulais pas m'y résoudre. De toute façon je n’y arriverai jamais sans Greg. Il ne pouvait pas être mort, il ne pouvait pas m'avoir abandonné. Une larme coula le long de ma joue et atterrit dans l’eau de l'évier, formant un petit trou dans la mousse. De voir cette larme, de sentir mes défenses céder, je fus prise d'une soudaine colère.
Mais pourquoi tu étais dans cette putain de ruelle aussi Grégoire? Tu faisais quoi là-bas ? Pourquoi tu ne m'as rien dit ? Et qu'est-ce que je vais devenir moi maintenant ? On était si proche, ce n'était rien pour toi ? Et ce gros con de Romain, il avait de la chance d’être mort celui-là,… sinon je me serais volontiers chargée de lui refaire le portrait…
J’essuyai mes larmes d'un geste rageur, maudit cet assassin et replongeai mes mains dans l'eau savonneuse.


Dernière édition par moustika le Sam 12 Mai - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jafou

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mer 2 Mai - 21:28

C'est globalement bien écrit, le style est bon. il y a quelques erreurs facile à trouver et corriger. Je trouve que ce soliloque mental est un peu long avec des répétitions pas forcément utiles. Le texte gagnerait à être allégé par des retours lignes. C'est un peu compact.
exemple d'erreur :
Citation :
pour la sépulture de mes parents
[color=cyan]urais écrit les Obsèques.
Citation :
]C'était une très jolie sépulture
[/quote] ; en langage moderne la sépulture est le lieu où l'on enterre le défunt. Le mot "cérémonie serait plus approprié.
Citation :
Ce soir-là, je filais
il faut éviter une confusion avec la phrase précédente -Ce soir, j'ai filé...
Citation :
j’enfilai mon blouson, sautai dans mes pompes et parti
; un blouson et des pompes, ça ne fait pas très habillé !
Citation :
ou essuyer l’évier après se laver les mains
Quelque chose cloche.
Citation :
je tombai sur la celle de Greg,
Citation :
J’essuyai mes larmes d'un geste rageur, m’audissai cet assassin et replongeai
Imparfait ou passé simple ?
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
Gallingham

avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 39
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Jeu 3 Mai - 12:31

J'ai lu la fin du premier chapitre... Il était temps tu vas me dire.
Pas grand chose à dire cette fois. J'ai vu que tu avais déjà corrigé pas mal de choses et surtout retiré bénéfiquement quelques incises dans tes dialogues.
Je m'interroge juste sur ton héroine. Je comprends qu'après la mort de ses parents elle se soit forgé un caractère assez dur, mais l'assassinat de son frère semble lui passer dessus comme un courant d'air tout juste tiède. Mais ce n'est que mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 6 Mai - 19:52

ben peut-être que la suite t'éclairera alors Wink du moins j'espère, parce que sinon c'est que je me serais bien planté...
Revenir en haut Aller en bas
Gallingham

avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 39
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 7:18

Voilà, 2e chapitre lu.
Juste un truc qui me turlupine. Je dis peut-être de grosses bêtises, parce que les lois c'est pas mon truc, mais ton héroïne a 17 ans, mineure donc. Est-ce que légalement elle a vraiment le droit d'avoir son héritage. Est-ce qu'il n'y a pas une histoire de tuteur ou un truc comme ça dans ces cas.

Sinon, dans les détails:
Citation :
Le seul truc c’était de découvrir pourquoi il avait tiré sur mon frangin et pourquoi on l’avait buté juste après…
Euh... il s'est pas fait planter plutôt que tirer dessus le frère?

Citation :
Greg mettait beaucoup trop de temps ce soir-là,...
Pas convaincu par le temps utilisé ici. On a l'impression que ça se passe dans la continuité de l'histoire alors que c'est plutôt une référence à un événement antérieur. J'aurais plutôt mis au plus que parfait: "Greg avait mis"
Ensuite, la virgule avant les points de suspension. Personnellement, j'aurais soit carrément mis un point ou alors juste les points de suspension.
Sinon, en règle générale, je crois que ça avait déjà été dit pour le premier chapitre: il y a beaucoup de points de suspension dans ton texte. Je ne dis pas que ce n'est pas bon, mais est-ce vraiment toujours utile?

Citation :
Je m’affalai sur le lit et m’endormi pratiquement tout de suite.
"m'endormis"

Citation :
Au fur et à mesure que je m’approchai du lycée, l’angoisse monta en moi
Plutôt à l'imparfait ici, non? L'action se prolonge, elle n'est pas immédiate. Surtout que devant tu mets "au fur et à mesure"

Citation :
Laura Kerguenec
"Ah bon! Elle bretonne?"
Désolé, pas pu m'en empêcher. Comprenne qui pourra.

Citation :
je me barrais au milieu du cours de philo
Passé simple ici: "Je me barrai"

Citation :
un débat sur le rapport qu’on les humains avec la mort
Un petit "t" oublié à la fin de "on"?

Citation :
A un moment je cru apercevoir
"je crus"

Citation :
Alors que je courrais dans sa direction
Alors là, bienvenue dans les joies de la langue française:
je courrais => conditionel
je courrai => futur
je courais => imparfait

Citation :
Damien me prit par le bras et m’arracha les oreillettes dont j’avais poussé le volume à fond
J'aime pas cette phrase. Je pense que le "dont" est mal employé.
Faudrait plutôt un truc du genre "les oreillettes dans lesquelles le volume était poussé à fond" ou un truc comme ça

Citation :
Je déposai les deux tasses dans l'évier avec rage et l'une d'eux se brisa contre le rebord.
L'une d'eux???

Citation :
une raison pour que Grégoire veuille à tout prit
à tout prix

Citation :
ça s’était une autre histoire
c'était

Citation :
Alors que je nettoyais les tasses, je tombai sur la celle de Greg
Un petit oubli après remaniement de la phrase?

Citation :
J’essuyai mes larmes d'un geste rageur, m’audissai cet assassin et replongeai mes mains dans l'eau savonneuse.
C'est pas le verbe maudir par hasard?
Donc, soit "maudit", soit "maudissais"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
Jafou

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 8:29

Bien entendu, mineure elle ne peut pas recueillir la succession de son frère. C'est au conseil de famille sous l'autorité du juge d'instance faisant fonction de juge des tutelles de désigner un tuteur la prenant en charge et administrant ses biens jusqu'à sa majorité. A défaut de famille, le juge désignera autoritairement un organisme agréé ou un officier ministériel comme tuteur. Ou alors, depuis que je l'enseignais, le droit aurait beaucoup changé.
Cependant, à 17 ans elle pourrait bénéficier d'un jugement d'émancipation ; mais il lui faudrait un curateur.
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
Gallingham

avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 39
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 8:36

Merci pour les précisions Maître Jafou
Je ne pense pas que sur ce point là, le droit ait beaucoup changé ces dernières années.

Enfin, ça n'est qu'un détail dans le récit de Moustika, mais ça ne serait peut-être pas une mauvaise chose de le prendre en compte, histoire d'être plus proche de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 10:31

tout à fait. ou bien elle peut avoir 18 ans, tout simplement Laughing

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 17:27

lol ! merci pour les corrections, je ferais ça un peu plus tard Wink

et pour répondre à votre question : "Il s’était bien occupé d’elle depuis la mort des parents, et même à ses dix-huit ans, Laura n’était pas partie…"
extrait du prologue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gallingham

avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 39
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 17:53

Ah oui pardon. Ma faute.
C'est cette phrase qui m'a induit en erreur.
Citation :
Et je n'avais que dix-sept ans…
Ce sont les souvenirs de ses parents qui remontent à quand elle avait 17 ans alors?
Désolé... Je ne recommencerai plus
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 18:44

ma... tu serais mis au pilori pour cette faute infâme Twisted Evil

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Gallingham

avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 39
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 8 Mai - 20:08

Je réciterai 5 avé maria... ca suffira, non?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Sam 12 Mai - 10:41

en vrai, l'erreur vient de moi Wink quand j'ai commencé le texte, normalement, laura avait 17 ans et c'est dans un foyer qu'elle devait finir sa vie de jeune adolescente pendant 3 mois. pendant ce temps, le notaire s'occupait de gérer de payer le loyer et de s'occuper de l'héritage jusqu'à ce qu'elle soit majeure. seulement, c'était bien trop difficile toute ces explications, cette paperasse et surtout, bien trop difficile qu'elle se retrouve seule avec la tasse de son frère ( dans un foyer) qu'elle perde les pédales et qu'elle décide de se laisser mourir... du coup, j'ai tout changé, parce qu'à 3 mois près, c'était pas la fin du monde. mais du coup, la phrase qui t'a induit en erreur est un oubli de correction. d'ailleurs, je trouve que j'ai laissé pas mal de fautes... désolé, je sais que c'est pas très agréable à lire quand il y a trop de fautes... mais les corrections sont faites, ayèèèèèè !!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
moustika

avatar

Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 29
Localisation : sarthe

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Ven 25 Mai - 7:45

bon bah me revoilà. j'ai bossé les corrections mais vous ne verrez pas la différence, je viens de me rendre compte qu'en éditant mon chap 2 j'avais fais copier/coller mes corrections directement via mon fichier world et du coup, j'ai pas fais les corrections une a une avec les couleurs et tout Sad désolée !!
en tout cas, je vous lâche le chapitre 3 et j'espère qu'il vous plaira, et que ça vous intéresse toujours... :/


Chapitre 3
Les larmes avaient fini par sécher sur mes joues. J’étais toujours dans la cuisine, mais assise par terre, un torchon à la main.
Le silence régnait. Il n’y avait pas âme qui vive dans la maison. Et il faisait si sombre… Mais, que c’était-il passé ? Pendant quelques instants, je n’eus aucune image, pas un souvenir, que dalle à quoi me raccrocher. Comme si je venais de me réveiller et que j’étais dans le vague. Je venais surement de faire un malaise. Je faisais la vaisselle et … et rien… je me réveillais là, dans la cuisine, assise dos à l’évier sans rien comprendre. Je n'avais que cette ecchymose sur le bras, au niveau de mon poignet gauche, et cette sensation de douleur quand je le touchais. Rien d'autre. Mais combien de temps avait duré mon malaise ? Il faisait nuit dehors, je devais être là depuis un moment.
En me relevant, je fus prise d’un vertige et me rattrapai à la porte. Oh, je ne savais pas ce qui s’était passé, mais ma tête se croyais en boite de nuit, ça dansait dans tous les sens là-haut ! Je restai plusieurs minutes agrippées au chambranle de la porte et petit à petit mes idées se firent plus claires.
Je me revis en train de faire la vaisselle, je venais de trouver la tasse de Grégoire et je m'essuyais les yeux du revers de la main. Puis je replongeais les mains dans la mousse et c'est là que cela s’était produit : au moment où mes mains avaient disparues dans la mousse, j’avais ressentie une douleur lancinante dans mon bras gauche et poussé un cri perçant.
Je m’étais coupée avec un morceau de tasse qui s'était brisé dans l'évier, une déchirure qui me barrait tout l'avant-bras. J’avais attrapé le torchon qui était attaché à la poignée du meuble sous l'évier et l’avais posé sur mon bras endolori et couvert de sang. Une veine avait dû être touchée. J’avais tourné le dos à l'évier et avais appuyé de toutes mes forces sur mon bras pour arrêter l'hémorragie.
Ensuite, je m’étais laissée glisser le long de l'évier et m'étais assise par terre. Le bras continuant de saigner et le torchon qui le recouvrait ne servant plus à rien tellement il était imbibé de mon sang qui ruisselait jusque sur le sol.
Toute la scène me revint en mémoire…, la douleur, la colère aussi… Comment j’avais détestée Grégoire en cet instant. Je me souvenais avoir pensé : " tout ça c'est ta faute !! " Puis j’avais retiré le torchon de mon bras et regardé mes larmes se mêler au sang de ma blessure. Tout ce rouge, toute cette chaleur, tout ce liquide visqueux qui sortait en flots de mon bras… Il s'était écoulé le long de ma main, il avait imprégné mes vêtements, je m’étais laissé bercer par cette sensation d'évasion. J’avais regardé mon sang goûter sur le carrelage de la cuisine, s'infiltrer dans les joints, entre les carreaux… puis petit à petit, la colère m’avait quitté, la chaleur aussi et le froid s'était insinué pour les remplacer… J’aurais certainement pu appeler à l'aide, la voisine aurait peut-être entendu, mais je n'en avais pas eu envie, pas eu la force… Je n’avais désiré que compter les gouttes qui tombaient une à une sur mes cuisses, j’aurais voulu que mon frère revienne et me prenne dans ses bras pour me réchauffer… Puis je m’étais pelotonnée sur le tapis et était restée là, sans bouger… jusqu'à ce que je sois trop épuisée pour garder les yeux ouverts…
Oh oui je me souvenais bien à présent, mais ma blessure avait disparue ! Ainsi que tout le sang sur mes vêtements et sur le sol. J’avais juste un peu mal au bras. Et bien que je ne comprenne pas comment s’était possible, j’étais contente que ce ne soit pas si grave en fin de compte. Ma colère contre Greg était retombée. Je décidai de m’asseoir un instant sur le canapé du salon.
J’avais beau être restée immobile un bon moment le long de la porte de la cuisine, je n’en restais pas moins vaseuse. Mon équilibre était instable et je devais me tenir au mur pour avancer. Mais finalement je pu rejoindre les coussins confortable du canapé et m’y blottir en essayant de me sortir du brouillard qui embrumait mon esprit… Est-ce que tout cet accident n’avait été que le fruit de mon imagination ? Pourquoi avais-je encore mal alors ? Cela avait semblé bien trop réel pour n’être qu’un rêve. Mais où étaient le sang et la plaie dans ce cas ?
Ça me trottait dans la tête et je ne trouvais pas de réponse. J’étais encore très faible, ça s’était une certitude, et je pensais pouvoir y voir un peu plus clair après avoir dormi un peu, aussi je fermai les yeux et me laissai aller dans les méandres de l’inconscience.

Chris, resté dans l’ombre de la pièce, avait observé la scène sans bouger. Il était stupéfait que Laura ai repris conscience et ai eu assez de force pour se relever et traverser la maison aussi rapidement. Surtout dans son état. Elle s’était coupé le bras avec une tasse ébréchée dans l’évier, et s’était vidée de son sang sur le tapis de la cuisine. Puis sans s’en rendre compte, elle avait quitté le monde des vivants pour entrer dans l’entre deux monde, celui des « neutres ». Son âme avait quitté son corps pendant de longues heures, mais comme Laura n’avait pas été consciente de sa mort, une partie y était resté accrochée et avait incité l’âme toute entière à reprendre sa place, comme si jamais rien ne s’était passé. On appelait cela le transfert. Seulement que l’âme ne veuille pas quitter son corps, c’était une chose, la seconde c’était que Laura n’avait plus une goutte de sang. L’âme était donc restée « coincée » dans un corps mort. Aussi Laura s’était-elle réveillée et allongée sur le canapé sans même se rendre compte qu’elle n’était plus elle, mais une partie d’elle-même. Malheureusement pour Chris, la demoiselle avait senti que quelque chose n’était pas clair. Tout le sang avait disparu, plus une trace ou que ce soit. Chris avait comme mission, de faire le ménage, en premier lieu. En espérant que cela ne fasse pas obstacle dans son esprit à sa transformation. Il saisit la jeune fille dans ses bras et l’emporta, vers sa seconde vie…
Pour cela, il l'avait allongée sur une pierre tombale et cette pierre était suffisamment grande pour les accueillir tous les deux, aussi il se coucha près de la jeune fille et la couvrit de son aile immaculée pour la protéger du froid. Le transfert avait eu lieu et il fallait que Laura se repose le plus possible. Il savait que s'était périlleux et qu'il ne devait pas bouger pour ne pas risquer de perturber la nouvelle neutre. Surtout, ne pas briser l'esprit, ne pas lui faire peur, c'était primordial.
La blessure sur son bras s’était bien résorbée. Seul un bleu en résultait… Jusqu'ici, tout se passait comme prévu. C’était un bon point, cela faisait du temps de gagné. Pourvu que personne ne débarque. Ce n'était vraiment pas le moment. Généralement, au crépuscule, il n'y avait pas grand monde qui passait par là et c’est bien pour cela qu’il avait choisi cet endroit. Il fallait du silence, de la tranquillité, et c’était l’endroit le plus calme suffisamment près de la chapelle. Laura allait pouvoir reprendre un peu de force et un semblant de couleur que son esprit allait lui procurer. Cela suffirait pour passer le cap du procès et tenir jusqu’à la transformation.
Laura commença à avoir des spasmes et Chris la rassura comme il put.
- Courage Laura, lui dit-il, c'est bientôt terminé ! Tout sera bientôt fini, tu verras, ça va aller. Se réapproprier son corps était une épreuve… toutes les connexions nerveuses devaient se remettre en place, l’âme devait se replacer à l’intérieur de ce corps… et la liaison entre les deux devait finir par s’achever en douceur.
La jeune fille parue se détendre et commença à reprendre des couleurs. L'Ange attendit encore quelques minutes puis décida qu'il était temps. Il replia ses ailes afin de ne pas perturber la jeune fille puis il murmura :
- Laura,… Laura, réveille-toi. Laura,… Allez, il faut que tu te réveilles maintenant. Laura, tu m'entends ?


J’entrouvris doucement les yeux et regardai longuement ce jeune homme penché sur moi, en cherchant dans mes souvenirs de qui il pouvait bien s'agir. Il était plutôt beau garçon, blond platine avec des yeux vert. Je savais que je l'avais déjà vu quelque part mais il m’était impossible de me rappeler où.
- Je m'appelle Chris, murmura le jeune homme, je suis là pour t'aider.
Bizarrement, cela me suffit. Je me relevai doucement, la tête me tournait, et je regardai autour de moi pour me resituer. Je me trouvais dans un cimetière. Super l’endroit pour un petit somme. Mais qu’est-ce que je faisais là ? Chris m'aida à me mettre debout et je me laissai guider par lui à travers les allées. Il était obligé de me soutenir pour ne pas que je tombe.
Le jeune homme se dirigea vers la sortie du cimetière et bifurqua sur la droite, dépassant des bâtiments sociaux. Nous arrivâmes bientôt à l'entrée d’une chapelle. Je visualisais à présent où nous nous trouvions, bien que je ne sache pas ce que nous y faisions, comment on y était arrivée et pourquoi ce Chris, m'emmenait à présent à l'intérieur de la chapelle. Elle n'était plus utilisée depuis des années ! J’étais allongé sur mon canap’ et maintenant j’étais dans une chapelle après avoir fait un somme sur une tombe, au beau milieu d’un cimetière ! C’était vraiment étrange. Et moi, comme une gourde, j’avais suivis ce mec, sans même me poser la moindre question. Le problème, c’est que si je le lâchai, je me cassai la gueule. Il m’était impossible de marcher seule, alors de là à me sauver en courant, c’était juste hors de question. Il continua d’avancer, dans la petite chapelle, me menant jusqu'à la chair, juste sous le crucifix et il tourna à droite vers une porte dérobée. L'air était froid mais vicié, j’avais du mal à respirer et mon état de malaise n’allait pas en s’arrangeant.
« Il faut que je m'arrête, soupirais-je, je n'arrive plus à marcher… En plus je ne sais même pas qui tu es et où tu m’emmènes…
- On n'a pas le temps de s'arrêter Laura, me répondit Chris. Tu auras tout le temps de te reposer après, je te le promets, mais là il faut avancer, "ils" nous attendent. On est presque arrivé, courage !
- Attends un peu, lui lançais-je sur un ton que je voulais autoritaire. Qui nous attend ? Et où tu m'emmènes là ? Et puis pourquoi je te suivrais ? C’est vrai, je ne te connais même pas ! Je me dégageai du jeune homme et me cognai la tête contre un pilonne sculpté, situé juste derrière moi. Une sorte d’onde électrique me traversa la tête et je tombai au sol en me prenant la tête dans les mains.
- Doucement Laura, doucement, tu es encore fragile… Appuis toi sur moi. Je suis là pour t’aider, je ne te veux aucun mal, calme toi tout va bien et… » Je m’évanouie à nouveau avant la fin de sa phrase.

Chris jugea qu'ils avaient déjà perdus assez de temps, il fallait aller plus vite sinon "ils" allaient s'impatienter. Il prit Laura dans ses bras avec douceur et reprit sa marche comme si elle ne pesait rien. C'était beaucoup plus facile, maintenant qu'elle était évanouie. Il lui fallait encore parcourir tout le souterrain et ils seraient arrivés à destination. Lulmina viendrait prendre le relais, la rassurer et la guider jusqu'au jugement. Pourvu que tout se passe bien, elle avait l'air plutôt sympa. Il parcouru encore quelques mètres et se retrouva sous une arcade où l'attendait une jolie jeune femme qui avait la particularité d'avoir des yeux violet. Un violet doux et rassurant. Elle sourit à Chris et celui-ci poussa un long soupir de soulagement puis il déposa Laura sur le sol et demanda à la nouvelle venue combien de temps il leur restait.

- Ne t'en fais pas Chris, tout va bien, le rassura Lulmina, il nous reste suffisamment de temps. Tout s'est passé comme prévu ? Tu n'as pas eu d'ennui en cours de route ?
- Non, tout a été, répondit Chris en s'adossant au mur derrière lui pour reprendre son souffle, mais elle est plutôt perspicace. A peine réveillée et elle posait déjà des questions.Il s'accroupie près de Laura et continua :
- Par contre elle est sensible, je n'ai jamais vu ça. D'habitude les autres s'évanouissent seulement arrivés ici. Elle, elle a été un poids mort tout le long et elle m'est tombée dans les bras à l'entrée du passage !
Laura gémit un instant.
- Allez, à toi de jouer, lança le jeune homme en se relevant, je te laisse faire, c'est ton domaine. Mais il faut faire vite.
- Chris, je t'ai dit que le temps n'était pas un problème, lui rappela Lulmina d’une voix douce.
Puis elle s'accroupie près du corps inanimé que Chris avait allongé sur le sol. Elle se pencha à l'oreille de Laura et lui susurra de douces paroles. Elle lui dit qu'elle ne devait pas s'inquiéter, que tout allait bien. Ensuite, elle lui expliqua de façon simple et de sa voix douce qu'elle était morte. Elle lui apprit que son esprit avait été sauvegardé et qu'elle allait maintenant être emmenée dans un endroit où personne ne lui voulait de mal et où elle serait jugée par un tribunal qui déciderait de ce qu'elle serait dans sa nouvelle vie… Il n'y avait vraiment rien à craindre…

Revenir en haut Aller en bas
florent Babillote



Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Dim 27 Mai - 15:53

J'aime particulièrement le début lorsque tu racontes ton malaise. C'est bien fait, l'on visualise bien !

Continue.
Revenir en haut Aller en bas
ROUDANE



Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 69

MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    Mar 29 Mai - 18:57

Oh oui je me souvenais bien à présent, mais ma blessure avait disparue
! Ainsi que tout le sang sur mes vêtements et sur le sol. J’avais juste
un peu mal au bras. Et bien que je ne comprenne pas comment s’était
possible, j’étais contente que ce ne soit pas si grave en fin de
compte. Ma colère contre Greg était retombée. Je décidai de m’asseoir
un instant sur le canapé du salon.
J’avais beau être restée immobile
un bon moment le long de la porte de la cuisine, je n’en restais pas
moins vaseuse. Mon équilibre était instable et je devais me tenir au
mur pour avancer. Mais finalement je pu rejoindre les coussins
confortable du canapé et m’y blottir en essayant de me sortir du
brouillard qui embrumait mon esprit… Est-ce que tout cet accident
n’avait été que le fruit de mon imagination ? Pourquoi avais-je encore
mal alors ? Cela avait semblé bien trop réel pour n’être qu’un rêve.
Mais où étaient le sang et la plaie dans ce cas ?
Ça...
A partir de ce paragraphe, le chapitre 3 est bien structuré, la lecture est fluide, le récit est captivant. On a l'impression de vivre la scène, plutôt le drame. CONTINUEZ ! C'est du bon travail. Cependant j'ai relevé quelques fautes qu'ils faudrait corriger. Je vous fais remarquer la confusion entre c'était et s'était.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Equilibre Instable    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Equilibre Instable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Equilibre instable
» Un ami devenu instable
» Equilibre sur une jambe
» [AIDE] Radio instable ...
» [RESOLU] HTC desire instable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Romans Fantasy-
Sauter vers: