Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» un petit conte "philosophique" pour le 21è siècle !
Mar 6 Juin - 9:53 par Le sombre minuit

» Une petite nouvelle fantastique
Mar 6 Juin - 9:16 par Le sombre minuit

» Baptiste
Mar 6 Juin - 9:00 par Le sombre minuit

» Le grand arbre
Mar 6 Juin - 7:45 par Le sombre minuit

» Une petite absence qui devient longue^^
Lun 8 Mai - 21:52 par extialis

» Bonsoir à tous et à toutes
Dim 2 Avr - 16:13 par extialis

» Nouveau du soir bonsoir
Dim 2 Avr - 14:33 par Malicie

» Pirate's Soul [En court]
Mer 29 Mar - 20:13 par extialis

» Parution : Hénin m'a tué sur amazon.f
Ven 17 Mar - 11:06 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Les chroniques du ver sot : La dame blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aganticus

avatar

Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 69
Localisation : Cévennes méridionales

MessageSujet: Les chroniques du ver sot : La dame blanche   Lun 26 Déc - 9:37

Aujourd'hui, j'ai pas eu le courage de prendre le train de mes chroniques car cela fait huit jours qu'il pleut sur mon moral en biberine.
Ouais, je vous entends ricaner vous autres les gens du nord, vous qui êtes tellement habitués à la pluie :
- Mais chez nous il ne pleut que deux fois par an… deux fois six mois, ouais !
- Et pis la pluie ça fait du bien aux plantes
Noooon! M'en fous des plantes et de vos conneries de pluviophiles.
La dernière fois que je suis allé passer mes congés en Bretagne, j'ai failli me liquéfier : les six premiers jours, pluie, pluie et pluie. Le septième, je sors de mon hôtel, "l'aquarium", (ça ne s'invente pas) et je chope un mioche qui se ballade en sifflotant "chantons sous la pluie" (évidement)
- Dis, mon petit, tu peux me dire quand est-ce qu'il fait soleil dans ton patelin?
- Hé, chais pas, M'sieu, moi j'ai que six ans.

C'est bien la dernière fois que je fais l'Armor, je vous le garantis !
Et là, dans mon Languedoc natal, v'la huit jours qu'il tombe des hallebardes et ça me file envie de taper sur tout ce qui bouge.
Sans déconner, faudrait pas trop bousculer pépère avant qu'il aille chez météo's trip leur remonter les bretelles, à ces fonctionnaires de l'improbable !
Z'avez remarqué la tronche confite des annonceurs météo de la téloche quand ils doivent avouer qu'il va vraiment pas faire beau ? La bouche en cul de moule, ils te disent toujours que demain ça ira mieux parce que les culs nullos nimbus vont se faire pressurer par l'anti cyclope de service ! Mais de king kong se moque ?
Le saumon de tout ça c'est que ma tire est en carafe à cause des poulagats des stups qui l'ont désossée et ils on trouvé un fabricant de dope dans le moteur ; ouais, comme je vous le dis, du coup, ils m'ont saisi l'arbre à came !
Maintenant elle marche moins bien, c'est sûr.
L'évêché a bien demandé aux soupapes de me pistonner, mais que dalle : me v'la obligé de marcher à pince, un comble pour un monseigneur aux pieds de biche.
Comme je dois rendre visite à mon poteau Gégène, j'emprunte le tram ; je m'assois et au bout de deux stations, le tram est ras la gueule; on se demande où qu'ils vont tous ces clampins, peuvent pas rester chez eux, non ? Moi, c'est pas pareil : je vais voir mon pote, mais eux ?
Brèfle, je suis en train de rêvasser quand une super pin-up se plante devant moi:
- Ca vous ferait rien de laisser la place à une prioritaire?
- Ah bon, et pourquoi que vous seriez prioritaire ma'mzelle la gazelle ?
- Je suis enceinte…
je regarde interloqué sa silhouette de limande extra plate et, sûr de remporter le tournoi, j'envoie, flegmatique:
- Enceinte de combien, mignonne ?
- De deux heures et je vous garantis que je suis crevée.

Y'a plus d'enfants.
Bon, je préfère passer loutre et j'attends ma station pour descendre.
Une fois arrivé chez Gégène, un bistrot hyper class du centre de Montpellier, j'ai droit à tous les salamalecs dus à mon rang d'ami-bon-conseilleur-qui-n'a-jamais-trahi.
- Ah mon poteau, mon frère, mon ami, il m'en arrive une bien choucarde, s'agite le taulier
- Calme-toi, mon Gégène, et accouche peinard, lui susurre-je en m'installant à la table où un verre de Saint Emilion m'attend. Ce geste, à lui seul, prouve la gravité de la situation car en temps normal j'aurais eu juste droit à une Grottembourg, pas plus.
- Ben, figure toi que ce que je vais t'affranchir est à peine croyable: j'ai rencontré une dame blanche
- Kézako?
Ne puis-je manquer de m'étonner
- Ben tu sais bien, ces nanas toutes seules sur les petites routes au milieu de la nuit
- Des putes?
- Mais non, andouille, des revenantes!
Pour le coup, c'est moi qui n'en revenais pas
- T'énerve pas, Gégène, raconte moi tout
- V'la deux mois, je rentrais de faire une visite de courtoisie à une irrégulière à moi, sise du côté de Ganges
- Ganges? Le bled où qu'y a cette boulangerie "l'Ami du Pain" là où qu'ils fabriquent la fameuse fougasse aux gratons de canard ?
- Ouais, et en bas du col de la Cardonille, je la vois au bord de la route, toute blanche, toute belle, et bien sûr, je m'arrête pour pas la laisser en pâture à un quelconque malfaisant
- Ben voyons
ne puis-je m'empêcher de laisser échapper
- Au bout de trois questions auxquelles elle n'avait pas répondu, je me dis qu'elle doit être mure pour la Colombière* et voilà qu'elle se tourne vers moi et me sors: "Dans votre travail, vous avez de gros problèmes avec un concurrent et je vais vous aider à le vaincre, il s'appelle bien Gu la Paluche, non ?"
- Tu te rends compte? Comment elle a pu savoir qu'avec Gu nous étions à couteaux tirés ? J'étais complètement troué! "Je vais vous donner un moyen de vous en débarrasser continue-t-elle de sa voix profonde à chaque fois que vous me demanderez quelque chose pour vous, je vous le donnerai mais je donnerai le double à votre concurrent…"
- Attend
interviens-je, je pige pas comment c'est possible: si elle donne le double à la Paluche, t'arriveras jamais à le mettre sur la paille
- C'est bien ce que je me suis dit et quand j'ai voulu lui demander le mode d'emploi elle m'a juste chuchoté: "Lorsque vous aurez une demande à me faire, pensez la très fort et je l'exhausserai" et la dessus elle a disparu de ma voiture et de ma vie.
- Là, je crois que tu me trimbales, Gégène.
- Attend, c'est pas fini! J'ai voulu savoir si elle ne m'avait pas balancé un char et le lendemain, j'ai pensé très fort "Un remboursement de trop perçu par le fisc" ben figure toi que deux jours après, les impôts m'appelaient pour me signaler que j'allais avoir 1230€ de remboursés because erreur dans leur service!¨ Pris d'un doute, en changeant ma voix, j'ai appelé chez la Paluche en me faisant passer pour les impôts et tu sais pas ce qu'il me sors, ce con de Gu? "J'espère que vous allez pas reprendre les 2460€ que vous m'avez remboursés!"
- T'as pas essayé de lui demander de l'amour à ta bienfaitrice nocturne ?
- Bien sûr que si, môssieur, et je l'ai eu car une gonzesse carrossée comme un Bentley est venue boire un godet et aux œillades qu'elle m'a faites, j'ai bien vu qu'il me fallait embrayer. Je te raconte pas la noye de folie ! Et pis cette Mansfield des faubourgs qui me dit en se rhabillant: "Tu connaitrais pas un certain Gu?" Là j'ai senti comme un présage et j'ai demandé pourquoi ? "Parce que ce monsieur a la même façon de limer que toi mais lui, excuse-moi mon biquet, il le fait deux fois mieux et deux fois plus longtemps"
Là, il fallut me rendre à cette coquine d'évidence: y'avait un truc.
- Toi qui est un grand réflecteur –mon pote voulait sans doute dire que je carburais un peu plus du cerveau que de la sous ventrière- donne moi la clé de ce grand mystère.
Ne trouvant aucune explication rationnelle, je suis obligé de demander un temps mort à mon questionneur qui est littéralement suspendu à mes neurones en fusions.
Et puis mon système analysto-comprenette s'est mis à bouillonner et la solution m'est tombée dans le creux du bulbe gauche.
Ah, vous aimeriez bien savoir, hein bande de planqués! Comment se fait-ce? Comment en donnant le double à quelqu'un vous pouvez le mettre à votre merci (y'a pas de quoi).
Hé bien, c'est simple et c'est ce que j'ai annoncé à Gégène, le grand ennemi de Gu la Paluche:
- Pense très fort que ta dame blanche t'envoie deux costauds qui vont te rouer de coups… là, il vous aurait fallut voir la tronche complètement ahurie de Gégène en train de me dévisager comme un visagiste qui se regarde dans un miroir, mais je continue ma description indescriptible
- Et vas-y que j' te satonne, et vas-y que j' te piétine; laisse les t'avoiner bien salement, jusqu'à temps …
- Jusqu'à temps ?
Halète Gégène
- Jusqu'à temps qu'ils te laissent à moitié mort! Et là, tu auras gagné !

Eh oui, mes chers amis, donner ou recevoir, où qu'elle est la vraie vérité ?


* La Colombière : Hôpital psy de Montpellier où je finirai certainement mes jours.






Dernière édition par Aganticus le Lun 26 Déc - 15:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Margaux1999

avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 18
Localisation : Poudlard.

MessageSujet: Re: Les chroniques du ver sot : La dame blanche   Lun 26 Déc - 13:45

J'ai bien..

Surtout le titre / Les chroniques du ver sot

...
Revenir en haut Aller en bas
 
Les chroniques du ver sot : La dame blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Partenariat Auteur] Chroniques pour la dame sombre d'Ambre Dubois
» Le parfum de la dame en noir...
» Médaille N-Dame d'Einsiedeln - Suisse (1) - XVIIème
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Nouvelles-
Sauter vers: