Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» Réponse positive
Mer 30 Nov - 19:54 par extialis

» Une petite nouvelle fantastique
Lun 7 Nov - 18:51 par Céline

» Ma présentation
Dim 6 Nov - 10:39 par extialis

» Saga Lolotte (suite)
Mer 14 Sep - 9:17 par Jafou

» Recherche : Auteurs / scénaristes / collaborateurs à l'écriture
Mer 7 Sep - 20:51 par extialis

» "La puissance des chimères"
Jeu 28 Juil - 18:36 par extialis

» Présentation
Mar 17 Mai - 12:15 par Malicie

» Nouvelle forme de roman?
Mer 6 Avr - 15:26 par Argilés

» J'ai lu deux romans d'un auteur trés médiatisé, qui m'ont laissé pantois
Lun 21 Mar - 18:25 par Argilés

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aganticus



Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 68
Localisation : Cévennes méridionales

MessageSujet: Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"   Jeu 8 Déc - 16:26

[size=18]Ce coin d'Alsace est en tous points merveilleux : le Géwurtz est excellent et je fais honneur à son image de vin de l'évasion… je m'évade, docteur, je m'évade.
Celui qui n'a pas foulé le sol alsacien ne peut prétendre à savoir ce qu'est l'accueil de ces gens là ; c'est bien simple: tu leur demandes l'heure et ils te filent leur montre alors que dans d'autres coins, l'heure, même pas ils te la prêtent.
Chemin faisant, évitant les radars malfaisants, j'atterris en un lieu indescriptible : une espèce de bazar-épicerie à l'ancienne coincé entre deux hypermarchés énormes. Et cette enseigne qui clignote au soir tombant ; cette enseigne qui affiche fièrement … Non je ne vais pas vous affranchir immédiatly de ce que crie cette enseigne, mieux que ça, je vais vous bonnir son histoire comme me l'a racontée un alsaco du coin après que j'eus difficilement traduit son patois mi teuton mirifique en trinquant à grands coup de Géwurtz.
L'histoire commence voici quelques années, à l'époque où travailler plus pouvait signifier réussir…
"Chez Bébert" Ces quelques lettres qui clignotent juste au dessus de la petite épicerie signifient : "tu peux entrer en confiance, le patron est sympa, les produits de qualité et les prix raisonnables".
Il faut dire que Bébert, Robert Eckert dans le civil, s'est bien fait suer le burnous pour arriver à faire reluire sa boutique.
Au départ, c'était une maison presqu'en ruine, seule sur la route, en face de la cité des Roses. Cette cité, appelée pompeusement "les Roses" se traduisait par cinq barres de HLM et, ça et là, quelques villas de chez "pas cher".
L'architecte qui avait accouché de cette merdasse n'avait pas dû se méninger le cervelet à faire du convivial, mais les mille cinq cents habitants de ce "nouveau quartier" s'en battaient l'œil vu que leurs moyens ne leur permettaient pas de s'en battre autre chose.
Là où Bébert avait eu du pif, c'est qu'il avait tout de suite pigé le topo : sa future épicerie-bazar se situerait à cinquante mètres du bord de l'immense parking de la cité ; personne n'ignore l'adage espagnol: "No parking, no business", donc, si gros parking… off course!
Il avait retroussé ses manches, le Bébert, et en quelques semaines, la vieille bicoque s'était transformée en magasin bien coquet, tout peint comme il faut et, comble de fierté, la porte d'entrée était surmontée d'un magnifique enseigne néon qui hurlait "Chez Bébert".
Cette enseigne, c'était pas pour du flan qu'elle existait mais pour que les loquedus d'en face la voient clignoter jusqu'à vingt deux heures et plus si affinités. Et les loquedus en question, plutôt que perdre leur temps dans l'immensité froide des grandes surfaces de la grande ville, venaient de plus en plus nombreux de jour comme de nuit faire leurs courses car le bouche à oreille fonctionnait bien, à la cité des Roses.
Il fallait voir la file de pékins qui arrivait du parking pour s'engouffrer chez Bébert!
En deux mots, Bébert était arrivé à faire de la concurrence aux géants et il n'en était pas peu fier.
Mais un jour…
Vous avez remarqué que systématiquement quand une histoire est belle il faut toujours qu'il y ait un "mais"? On dirait que ce foutu destin s'arrange toujours pour filer des bâtons dans les trous des gens heureux.
Mais un jour, donc, v'la t'y pas que des engins de travaux publics commencent à s'attaquer au terrain à gauche de chez Bébert : et vas-y que j'te rouleau-compresse et vas-y que j'te caterpillarise, et vas-y que j'te creuse des fondations… puis les armatures, les murs, le toit et enfin l'enseigne du malfaisant : Garaufour !
A partir du jour de l'ouverture de son concurrent de gauche, le chiffre de Bébert prit un coup dans l'aile : la file de pékins se séparait en deux: une moitié qui continuait à venir chez lui et l'autre moitié de renégats visitait le Garaufour.
Bébert ne se décourageât point et en mettant les bouchées doubles il parvint à limiter la casse pour survivre grâce à son épicerie-bazar.
Mais hélas… Là, ne dites pas que vous ne vous y attendiez pas, hein? Ben ouais : rebelote sur le terrain à droite de chez Bébert, Mais ce coup-ci l'enseigne affichait un royal "Hyper cul".
Et la file de pékins qui venait chez Bébert devint aussi fine que le programme du front national.
Vous mordez le topo? Devant chez Bébert, une file énorme de clients potentiels qui se sépare en deux pour aller à droite, à gauche et ne plus venir remercier Bébert d'avoir essuyé les plâtres; y'a de quoi prendre un flingue et tirer dans le tas, non ?
Bébert se mit alors à faire son cinéma sur l'écran noir de ses nuits blanches, comme dirait le poète d'ô Toulouse con. Y'a même des matins ou il se précipitait sur la caisse pour voir si un génie ne l'avait pas remplie pendant la nuit… C'est dire à quel point son bulbe se liquéfiait.
Puis, par une nuit tellement blanche que son lit vide en pâlit d'ennui, entre deux cauchemars peuplés d'huissiers aux yeux remplis de dollars, l'idée, THE IDEE lui vint comme l'annonce faite à Marie Mouche-toi-là : "Change ton enseigne, andouille" lui répéta une voix caverneuse "Change ton enseigne!"
Inutile de dire qu'à peine le jour levé, notre Bébert requinqué par l'idée de génie qui avait mijoté dans sa pauvre calebasse fatiguée, téléphona à son pote Léon, le roi du néon, pour commander sa nouvelle enseigne très lumineuse.
Dès que reçue, elle fut installée et le miracle des loulous eut bien lieu : à partir de cet instant la file renégate ne se sépara plus en deux et tous ses ex clients devinrent des renouveaux clients.
La file des loquedus était redevenue comme avant ce cauchemar qu'aurait fustigé le grand Georges, j'ai nommé "super Marchais".
Là, je vous sens tous impatients de savoir ce qu'il y a de marqué sur cette foutue enseigne: qu'est-ce qui clignote gaiement dans les mirettes des mille cinq cent habitants de la cité des Roses ?
Alors, comme Farah, vous donnez votre langue au Shah ?
Ben, tout simplement, Bébert, Robert Eckert dans le civil, avait eu l'idée, comme ses voisins les supermarchés félons, d'utiliser l'immense bêtise du consommateur lambda et maintenant son enseigne affichait en rigolant: "Entrée principale"


Dernière édition par Aganticus le Ven 9 Déc - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin


Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 50
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"   Jeu 8 Déc - 16:40

morte de rire. elle est bien bonne celle-là

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
lester



Date d'inscription : 05/12/2011
Age : 54
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"   Ven 9 Déc - 13:00

J'aime beaucoup "mi-teuton mirifique", entre autres trouvailles dignes de San-A.

Même si je connaissais déjà l'histoire, (la chute n'a donc pas fonctionné) j'ai passé un bon moment : la langue est gouailleuse et inventive, la narration directe et précise. Et, mine de rien, le sujet grave des petits commerçants laminés par les mammouths est bien abordé dans cette espèce de petit conte.Wink ..
Revenir en haut Aller en bas
Jafou



Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 87
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"   Dim 11 Déc - 3:11

Dirai-je que c'est bon, agréablement écrit et que je me suis bien marré ? Allez, oui, je le dis...
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"   Aujourd'hui à 18:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chroniques du ver sot : "Chez Bébert"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Disponibilité du HD chez SFR???
» [INFO] HD2 pas cher en renouvellement chez Orange
» ACHAT CHEZ HLJ
» CouCou je m'appelle Misscrapbooking! de chez Gwen-Dia Scrapbooking
» Moules a charnière pas cher chez CASA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Nouvelles-
Sauter vers: