Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» Baptiste
Hier à 22:26 par extialis

» un petit conte "philosophique" pour le 21è siècle !
Mar 14 Fév - 21:30 par extialis

» Faisons connaissance ;)
Mar 14 Fév - 21:07 par extialis

» Sheïlys - Roman en cours d'écriture
Mar 14 Fév - 20:46 par Demi-Tour

» Réponse positive
Mer 30 Nov - 19:54 par extialis

» Une petite nouvelle fantastique
Lun 7 Nov - 18:51 par Céline

» Ma présentation
Dim 6 Nov - 10:39 par extialis

» Saga Lolotte (suite)
Mer 14 Sep - 9:17 par Jafou

» Recherche : Auteurs / scénaristes / collaborateurs à l'écriture
Mer 7 Sep - 20:51 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 La mort n'est qu'un passage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leonlio



Date d'inscription : 11/07/2011
Age : 23

MessageSujet: La mort n'est qu'un passage   Ven 28 Oct - 9:38

Voici une nouvelle que j'ai écrite il y a maintenant un an pour le lycée:



La mort n’est qu’un passage

Il faisait froid dans cette petite chambre d’hôpital agreste. Malgré les murs blancs, la semi obscurité rendait les lieux lugubres et sans âme. Sans âme, mis à part celles qui, parmi le rythme quasi métronomique de l’électrocardiogramme, n’eussent pas réussi à rejoindre ce que le commun des mortels nomme, le paradis. Un lit était disposé au milieu de la pièce et l’unique fenêtre donnait sur un atrium enneigé dans lequel régnait une solitude et une tranquillité comme on n’en trouve plus ailleurs. Hormis les moments de longues nuits de fêtes, pendant lesquelles de nombreuses personnes ivres de joie se voyaient atterrir en ces lieux ravagés par la maladie, seul les hôpitaux bénéficiaient encore d’une telle quiétude. Le soleil descendait lentement. Les rayons de l’astre mourant traversaient monts et pays pour parvenir aux yeux du malade. Ces raies, transperçant les multiples stalactites de glaces formées sur les gouttières des maison, se décomposaient en de fourmillants faisceaux, inondant les alentours d’une lumière rouge sang et diffuse. Le ciel paraissait alors comme enflammé d’un brasier réchauffant le cœur des plus démunis, leur redonnant l’espoir ; cet espoir que l’on perd si facilement quand on ne fait pas attention aux marches de la vie. Rien ne fut plus beau pour Lui. Sur un lit, tout drapé de blanc, Il était allongé, tout vêtu de blanc. Son visage était fatigué par le rythme du temps, et ses yeux bleus ne reflétaient plus aucune perspective.
Il tenait une bible et une croix dans la main.
L’horloge venait d’afficher quatre heures, il y avait maintenant quelques minutes. La trotteuse se déplaçait voluptueusement sur le cadran, ne se souciant guère du mal qu’elle procure aux personnes perplexes quant à leur courte vie, et du bien qu’elle administre à l’individu le plus impatient. L’Homme pensait, signifiant qu’Il était encore vivant. Cela aurait pu être une idée rassurante en d’autres circonstances, mais pas aujourd’hui. Il était en train de se remémorer ses interminables visites d’extrême-onction, et de cette tristesse qui s’empara de lui à chaque cas au bord de la mort. Cette tristesse, Il semblait l’avoir accumulée, sans jamais en perdre une once.
Il se souvînt de madame Gilberte ; une femme veuve, laide, et sans amis – à part son chien. Elle n’avait pas été gâtée dans sa vie de femme, et la mort la réjouissait sûrement. Elle avait environ la quarantaine quand Il était passé chez elle. Elle était atteinte d’une sévère grippe qui la tua net, ne trouvant aucune résistance. Lui, était passé à la demande de sa fille, unique fille ; et Il avait récité une longue prière, les sens occultés par la fumée et l’odeur de l’encens. Puis, avant de quitter la défunte, Il prononça distinctement : « la mort n’est qu’un passage ».
Son esprit s’égara vers d’autres pensées et, vadrouillant au milieu de nul part, il se retrouva dans la petite cabane de bûcheron, au fond d’un bois, où se trouvait le Père George. Il ne savait pas pourquoi on donnait à cet homme le titre de « Père », car dans sa vie de chrétien, ce fut un gros effort que s’il était allé plus d’une fois à l’église. Ce jour-là, il était assiégé par des rhumes à répétition qui avaient finis par briser ses défenses et, en bon perdant, il décida de se rendre et de ne plus combattre. Il lui fit une prière dans l’unique pièce remplit d’encens. Le Père George était assis sur un rock-chair, et il attendait que le prêtre ait finis, lui souriant d’un sourire vide. Puis avant de quitter la pièce, Il annonça : « la mort n’est qu’un passage », et Il sortit.
Dehors, il pleuvait.
Enfin, sa dernière pensée fut pour cet enfant, Rémi. Il était jeune et vaillant, peu être trop vaillant ; c’est cela qui l’a tué. Cette après-midi là, il avait fait un concours avec son compère. Le gagnant était celui qui avalait le plus de cacahuètes possible ; il en avala une de travers, et il essuya une double défaite : il perdit le concours et la vie. Après avoir fait sa prière, Il se pencha vers le corps étendu sur le lit, et Il lui baisa le front. Il marmonna ces quelques paroles, étouffées dans un sanglot : « la mort n’est qu’un passage ».
Il sortit, laissant derrière lui une vie étouffée, une famille détruite, en larmes, au bord du gouffre de la mort.
Mais, aujourd’hui, tout était loin comme des souvenirs d’un inconnu, bloqués à tout jamais dans un coffre sans serrure. Cela faisait une dizaine d’année qu’Il eût cessé cette activité, las de son travail. Il ne pouvait plus supporter de voir ces innombrables personnes aux portes de la mort, ces personnes espérant de leur cœur malade qu’il existe un autre monde. Un monde où elles pourraient réussir leurs vies gâchées dans l’ici-bas. Un prêtre entra, il se faisait appeler Père Louis. Il alluma des bougies, et il prononça une prière. Cette prière, Il la connaissait par cœur, mais ce n’est que ce matin là qu’Il en comprit vraiment le sens. Avant de quitter la pièce, le prêtre le rassura avec des paroles douces, et ajoutant c’est quelques mots insignifiants : « rassurez-vous, la mort n’est qu’un passage ».
Cette phrase.
Cette phrase qu’Il eut prononcée sans hésitation, la voix claire et nette. Il fallut qu’Il se retrouva en phase terminale de cancer pour en douter. Y avait-il un paradis et un dieu bienveillant ? Y avait-il un enfer et un démon malveillant ? Il ne savait plus. Il s’étonnait de perdre cette certitude aussi rapidement alors qu’Il l’eût prêché pendant de très nombreuses années. Il ne lui restait plus que quelques minutes, mais Il n’eut pas besoin de l’accord des infirmières ou d’un quelconque médecin pour connaître l’heure de son décès ; Il le savait bien avant eux. Ces choses là, Il les sentaient souvent arriver bien avant qu’une personne ne le convie à pratiquer ses visites. Il arrivait même quelque fois que ce fut lui qui aille au devant du proche concerné. Était-ce un don divin ? Encore une fois, Il en avait la certitude, mais encore une fois, Il venait de perdre cette dernière.
Ses mains tremblaient, et l’électrocardiogramme grondait méchamment. La sueur perlait sur son front, et dégoulinait le long de son dos. Son esprit était brouillé et, s’éteignant, Il emporta toute la tristesse qu’Il avait accumulée depuis tant d’années.
Il s’est éteint.
Il connut la réponse à cette ultime question qu’il se posait. Maintenant, où qu’il fut, où qu’il ne fut pas, il était instruit. Il n’avait plus d’hésitation, et cette réponse était comme le plus précieux des or. Malheureusement, il n’était plus là pour partager cet or avec le reste de l’humanité. Celle-ci resta sans ce savoir qui, depuis la nuit des temps, fascine l’homme.
Après la mort, il y a quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin


Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 50
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: La mort n'est qu'un passage   Sam 29 Oct - 15:36

très belle histoire. j'ai buté sur quelques concordance de temps, mais à part ça, c'est bien mené. je crois qu'on est nombreux à s'attendre à avoir peur au moment où ce sera notre tour. affraid

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Gallingham



Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 38
Localisation : Plat pays de la bière et de la frite

MessageSujet: Re: La mort n'est qu'un passage   Lun 31 Oct - 7:48

Comme l'a dit Extialis, il y a quelques verbes qui ne sont pas conjugués au bon temps, mais aussi des virgules mal placées.
Une autre erreur récurrente: on ne met normalement pas de virgule avant "et". On peut précéder le "et" par une virgule occasionnellement pour donner un petit effet, mais toi tu le fais presque systématiquement.
Aussi, tu répètes beaucoup le "il" dans les phrases alors que tu pourrais t'en passer et alléger le tout. Par exemple: "Il se pencha vers le corps étendu sur le lit, et Il lui baisa le front" pourrait facilement devenir "Il se pencha vers le corps étendu sur le lit et lui baisa le front"
Et on dit un rocking-chair.

Quelques autres remarques:
Citation :
Sans âme, mis à part celles qui, parmi le rythme quasi métronomique de l’électrocardiogramme, n’eussent pas réussi à rejoindre ce que le commun des mortels nomme, le paradis.
Dans cette phrase, il y a plusieurs problèmes:
- "Sans âme, mis à part celles qui..." Je ne sais pas, ça me fait un effet bizarre. Ca me donne l'impression de ne pas être logique, mais enfin, ça n'est peut-être que moi
- "mis à part celles qui ... n’eussent pas réussi à rejoindre" Je ne comprends pas pourquoi tu emploies le subjonctif ici. => "n'avaient pas..." ça ira très bien.
- "ce que le commun des mortels nomme, le paradis" Il ne devrait pas y avoir de virgule.

Citation :
La trotteuse se déplaçait voluptueusement sur le cadran...
Voluptueusement? Tu devrais peut-être choisir un autre terme. Personnellement, je ne vois rien de voluptueux à une aiguille qui se déplace sur un cadran.

Citation :
Elle avait environ la quarantaine...
La quarantaine suggère déjà un âge approximatif, donc tu peux retirer "environ" ou bien "environ quarante ans"

Citation :
Lui, était passé à la demande de sa fille, unique fille
La 1er virgule ne me semble pas juste: tu sépares le sujet de son verbe. Ensuite, la fin de la phrase "sa fille, unique fille" me paraît un peu lourde ou mal formulée

Citation :
Puis, avant de quitter la défunte, Il prononça distinctement : « la mort n’est qu’un passage ».
"il avait prononcé" pout garder le même temps que dans la phrase précédente.

Citation :
Cela faisait une dizaine d’année qu’Il eût cessé cette activité, las de son travail.
Encore une fois ce subjonctif. "qu'il avait cessé"

Citation :
Cette phrase qu’Il eut prononcée sans hésitation, la voix claire et nette.
"qu'il avait prononcée"

Citation :
Il s’étonnait de perdre cette certitude aussi rapidement alors qu’Il l’eût prêché pendant de très nombreuses années.
"alors qu'il l'avait prêchée"

Citation :
Il arrivait même quelque fois que ce fut lui qui aille au devant du proche concerné.
Là, y a un réel problème avec le temps. J'aurais dit: "Il était même arrivé que..."

Citation :
Il s’est éteint.
Si tu veux être en accord avec le reste du récit, je pense que tu devrais mettre au passé simple: "Il s'éteignit."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gillescapdivila.com
leonlio



Date d'inscription : 11/07/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: La mort n'est qu'un passage   Lun 31 Oct - 19:58

Merci beaucoup à vous deux!

Et merci galligham pour cette correction détaillée, j'en apprend beaucoup!
Revenir en haut Aller en bas
ROUDANE



Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 68

MessageSujet: La mort n'est qu'un passage.   Mar 1 Nov - 13:30

A part les quelques remarques formulées, sur la concordance du temps et les tournures de phrases, par les intervenants, l'écrit est bien articulé et le message est assez clair. En effet la mort n'est qu'un passage pour aller de l'autre côté.
Amicalement Roudane.
Revenir en haut Aller en bas
leonlio



Date d'inscription : 11/07/2011
Age : 23

MessageSujet: Re: La mort n'est qu'un passage   Mar 1 Nov - 16:19

Merci à toi Roudane, dès que j'aurais le temps, c'est-à-dire le weekend prochain j'apporterai les modifications et je posterai le texte corrigé.

Merci d'être passé et bonne soirée!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort n'est qu'un passage   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort n'est qu'un passage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort n'est qu'un passage
» Finnick
» La mort de Dobby
» La mort de Snape ......
» [Grisham, John] Le couloir de la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Nouvelles-
Sauter vers: