Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» Une chanson de geste
         BREIZH EmptyLun 29 Juil - 17:57 par Jafou

» mefiez vous des charlatants
         BREIZH EmptyDim 23 Juin - 16:10 par Jafou

» De retour après quelques années d'absence....
         BREIZH EmptyMar 18 Juin - 13:29 par rtmel

» 5 et 6 juin...
         BREIZH EmptyJeu 6 Juin - 8:09 par Jafou

» Les Imaginales
         BREIZH EmptyLun 20 Mai - 20:05 par extialis

» Désinscription du forum
         BREIZH EmptyDim 19 Mai - 7:29 par extialis

» la golfeuse du voilier
         BREIZH EmptyMer 15 Mai - 21:59 par martin1

» Aimez-vous Bach (3è séquence)
         BREIZH EmptyMar 14 Mai - 18:26 par Le sombre minuit

» L'ascension extraordinaire du Maudit
         BREIZH EmptyLun 13 Mai - 19:02 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
CalendrierCalendrier

Partagez
 

  BREIZH

Aller en bas 
AuteurMessage
Jafou

Jafou

Date d'inscription : 01/06/2011
Age : 89
Localisation : Aquitaine

         BREIZH Empty
MessageSujet: BREIZH            BREIZH EmptyDim 9 Oct - 0:01


Breizh !


Dans l’ardente chaleur du soleil en fusion,
Là, où la lumière vrille les paupières
D’une pourpre lourde, saignante, meurtrière,
S’élève un angoissant domaine d’illusion.

Dans les calmes matins où perle la rosée,
Là, où brisées soudain, les routes ne vont plus,
S’élève un entrelacs de rocs amoncelés
Qu’irradie de reflets le soleil apparu.

Falaises de rochers en coiffes de dentelle
que seuls, à certains jours, visitent les grands vents ;
Statues de pierres figées en poses irréelles,
Aux visages emprunts des stigmates du temps.

Lande immense où s’acharnent, au granit attachés
Bruyères et ajoncs, lichens et genêts ;
manteau de pourpre et d’or sur le rocher caché,
Couvrant de son velours un monde désolé !

Aux feux mourants du soir, aux lèvres des crevasses,
Se joignent, s’entre-mêlent le murmure du flot,
La plainte du ressac et la mélopée lasse
Qu’exhalent les clochers et que renvoi l’écho.

Parcourant des chemins venus on ne sait d’où
Et qui n’ont pas de fin, voici, dressé soudain,
Au gré des lieux, des cœurs, surgi d’un peu partout,
Venu des temps anciens, le suppliant témoin.

Ferveur étrange et belle taillant au long des âges
Et des siècles éteints, de son sang, de sa main,
Dans le rocher sa foi, sa plainte son mirage
Liant au ciel son Dieu et ses mythes païens.

Oh sol heureux mais seul et triste et désolé
Où le soleil éteint, le ciel devient gris,
Qui du granit épais tire des mausolées
Et de la terre absente exhume des épis...

Énorme immensité, gigantesque chaos,
Plainte d’un continent que la mer engloutit,
Perspective infinie des horizons de l’eau,
Gémissements des vents par la roche meurtris.

Où la coiffe des femmes a sur le ciel éteint
Un balancement lent de voile à l’agonie
Quand les bateaux chargés par la vague contraints
Fuient, comme atteints soudain d’une étrange folie.

Calvaires torturés que le vent a polis
Dont les saints et le Dieu semblent être marins
Qui veillent sur la lande et ses genêts pâlis
Et dont le cormoran parait être parrain.

Et l’océan, tout près, écume et gronde, sourd,
Lance la vague glauque, et verte, et grise, et bleue,
Gonfle, roule et s’élance et puis retombe lourd,
Crachant l’embrun épais à la face des dieux.

Des barques dans le creux font leur liquide trace
Et la voile tendue entraîne les filets ;
Dérisoires, elles sont, comme coquilles éparses,
Mais les vents épuisés les ramènent à quai.

Parfois, dans l’ouragan, l’une crie et s’enfonce
Et n’est plus aussitôt que silence et que mort ;
Et puis l’on cherche en vain, quand l’orage renonce
Muets, ceux qui jamais ne reverront le port...

Et sur la grève nue, et sous la lune claire,
Passe le rang serré des hautes coiffes noires
Que les filles d’ici, épouses éphémères
Ont au front, résignées, muettes, sans espoirs...

Et par les boqueteaux où se tord le chêne,
Le chemin creux caché, le bocage secret ;
Quand la mer et le vent ensemble se déchaînent,
Résonne dans la nuit du glas le chant sacré !

Lente la cloche sonne et s’allument les cierges ;
Les genoux ont fléchi sur le granit dur,
Confondant les marins, les veuves et les vierges
En un priant respect dont s’enfle le murmure.

Fins clochers de dentelle et calvaires usés
Tout un peuple à genoux prie, la tête levée
Pour ceux-là que la mer, hier, a mariés,
Où qu’encore, demain, elle viendra chercher...

Et dans le soir tombé, sur la lande pourprée ;
Quand la route arrêtée plonge dans le néant,
Résonne dans la nuit un chant d’éternité
Qui raconte la fin, triste, d’un continent... Crying or Very sad

extrait d'un recueil titré "Effervescence"
©️ Jafou-éditions 2000
Revenir en haut Aller en bas
http://edautojafou.over-blog.com
Inédite

Inédite

Date d'inscription : 01/10/2011

         BREIZH Empty
MessageSujet: Re: BREIZH            BREIZH EmptyDim 9 Oct - 6:08

ouah...

Et bien la voilà cette bretagne que je connais si mal... Ton poème donne envie de partir s'assoir quelque part, "sur cette lande nue" et d'écouter le coeur des marins disparus...

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Oorgan

Oorgan

Date d'inscription : 23/01/2012
Age : 22

         BREIZH Empty
MessageSujet: Re: BREIZH            BREIZH EmptySam 4 Fév - 20:11

Je sais fort peu de choses de la Bretagne, n'y étant allé que quelques fois, et encore, en restant dans les cités.

C'est cependant l'une des plus belles odes à un pays que j'aie jamais pu lire.

Jadis, j'avais eu l'idée de faire un poème à nos vertes collines (qui commençait, je me souviens, par "Les vents glaciaux soufflant sur la crête des collines ;/ le chant ténébreux des corbeaux se répercutant dans les vallées sombres ;/ Les forêts embrumées, où courent les rêves et les ombres ;/ Telle est la Bourgogne, terre des brumes et de rivières, d'obscurité et de bruine.) J'avais abandonné en me rendant compte que je connaissais peu le pays.

Mais là n'est pas la question. C'est un superbe poème que tu écris là. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
3PtitPoints

3PtitPoints

Date d'inscription : 13/01/2012
Localisation : Rennes

         BREIZH Empty
MessageSujet: Re: BREIZH            BREIZH EmptyDim 5 Fév - 18:40

Ce paysage me fait penser à l'île d'Ouessant.
Merci pour ce voyage.
En ce moment la Bretagne est sous la neige, je suis allée me promener vers Vannes ce weekend pour en profiter. C'est calme et apaisant. Tout le contraire des côtes bretonnes habituelles.
Revenir en haut Aller en bas
http://3ptitpoints.free.fr
Daniel

Daniel

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 66
Localisation : A la retraite dans le Tarn entre deux salons du livre

         BREIZH Empty
MessageSujet: Re: BREIZH            BREIZH EmptyDim 5 Fév - 19:34

En tant que marin qui a Bretagne pour second pays de son cœur, j'applaudis !!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.danielpages.fr
Contenu sponsorisé




         BREIZH Empty
MessageSujet: Re: BREIZH            BREIZH Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
BREIZH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Breizh horolaj - Horloge bretonne
» la breizh philatélie
» presentation breizh
» Breizh connexion :bret3:
» Breizh de nice, ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Poésies, chansons-
Sauter vers: