Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» la golfeuse du voilier
Mar 10 Juil - 19:40 par martin1

»  la fin d'un mythe ?
Sam 9 Juin - 17:49 par Jafou

» Aimez-vous Bach (suite
Ven 8 Juin - 17:53 par Jafou

» Aimez-vous Bach ?
Lun 28 Mai - 21:52 par Jafou

» Là-haut, il n'y a plus rien
Sam 26 Mai - 7:58 par Le sombre minuit

» Sortie "Le Souffle des Anges"
Dim 15 Oct - 15:07 par Malicie

» Pas tres actif ce site? Rien depuis le 6 juin 2017????
Mar 26 Sep - 18:23 par Le sombre minuit

» juste une question.
Ven 15 Sep - 13:01 par extialis

» Présentation d'une nouvelle ....
Ven 15 Sep - 10:50 par Demi-Tour

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 44

19092011
MessageMon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"

Bonjour à tous,

Eh bien voilà, un membre de plus à voir son livre publié.
Bon, pour l'instant le travail de publication est en cours, il va donc falloir patienter quelques semaines encore (enfin bon, si le coeur vous en dit, l'ouvrage est en précommande chez Kiro, ne vous gênez pas! ).

Bon, voici le lien: Arsouille Mental(e)
Et voici la couverture:





Il s'agit donc d'un recueil de nouvelles; le terme "nouvelles" en soi est peu approprié, car vu leur longueur, "novellas" conviendrait mieux mais, comme je pensais au départ qu'il s'agirait de textes plus courts, j'ai préféré garder cette appellation.
Cet ouvrage est donc un recueil de trois nouvelles qui ont pour point commun la moto.
J'ai été motard jusqu'au début de cette année, puis j'ai dû me résoudre à me séparer de ma belle pour des raisons de santé; je ne sais d'ailleurs pas à ce jour si je pourrais un jour en refaire. Ces nouvelles me tiennent donc particulièrement à coeur. Elles s'adressent au plus grand nombre. Nul besoin d'être initié au monde de la moto ou au vocabulaire motard pour les comprendre, comme vous pourrez vous en rendre compte en lisant les extraits un peu plus bas (mis en spoiler pour ne pas prendre trop de place).

La première s'intitule "Maurice", prénom qui est celui du personnage principal.
C'est un déchet, une épave. Le texte est très sombre et lorgne du côté du polar noir (dixit Kiro).


Extrait: (il s'agit ici du "vrai" début du texte)

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Il traverse le salon en direction de la cour. En passant devant le guéridon du téléphone, il s'arrête pour regarder un petit cadre photo. Lucie sourit en gros plan. Elle tient contre elle Damien, leur enfant qui brandit fièrement les dix bougies de son anniversaire. Maurice caresse le cadre, puis il le bascule délicatement pour cacher la photo. Sa gorge s'est nouée. Il chasse son émotion en reniflant.
Dans la cour, seul un des deux pots crachote encore un peu de fumée blanche en rythme avec le bruit du moteur. Maurice s'installe aux commandes. Les suspensions s'affaissent légèrement. Au crissement des mousses du casque contre sa barbe naissante, il constate qu'elles se sont desséchées avec le temps. Elles s'émiettent par petites plaques qui se collent à la sueur de son cou. Ce n'est pas grave. Ce casque n'est pas là pour le protéger. Son blouson non plus d'ailleurs. Les stigmates de chute qu'ils portent l'un et l'autre ne laissent planer aucun doute là-dessus. Si Maurice les a enfilés ce soir, ce n'est ni pour les coordonner avec le côté rétro de la moto ni parce qu'il n'en a pas d'autres.
Non, s'il a fait ce choix, c'est pour ne pas oublier et trouver la force en lui quand le moment sera venu.

La boîte de vitesse claque quand il passe la première. Tout en gardant les pieds au sol, il remonte la longue allée gravillonnée en jouant avec l'embrayage. Le portail est grand ouvert. Cela fait longtemps qu'il ne le ferme plus. Qui viendrait cambrioler le taudis dans lequel il vit? Même les gamins ont arrêté depuis belle lurette de jeter des cailloux en pleine nuit sur les plaques de tôle ondulée qui servent de toit au garage.
Alors que ses yeux regardent à gauche et à droite pour être sûr que personne n'arrive même au loin, ils tombent sur la masse sombre et imposante du clocher qui se dresse dans le ciel nocturne au bout de la rue. Un projecteur pointé droit vers le ciel en éclaire l'horloge du côté de la place du village. Maurice a un sourire amer. Ce qu'il va commettre est sans aucun doute le pêcher ultime mais ce n'est
pas grave. Cela fait longtemps que lui et Dieu ne se parlent plus. Maurice n'a rien à lui dire, et de toute façon, Dieu ne lui a jamais répondu. C'est aussi bien comme ça.
Tandis qu'il se cale le plus confortablement possible sur la selle, il sent la crosse du petit automatique contre ses lombaires.
« Allez, en avant » murmure-t-il à sa propre intention sans aucune conviction.

Les deux autres textes du recueil ont des thèmes bien différent.
Le premier se passe à la fin de ce siècle dans une France hyper-sécurisée, parfois jusqu'à l'absurde, dont la vie des citoyens est régie par la Loi de protection de la Vie dont le fondement même, gravé au fronton de chaque salle de cours d'éducation civique, tient en une phrase: "Quand la raison défaille, des mesures doivent être prises pour la suppléer".
Le résumé: Quentin, étudiant en commerce international, ne se pose jamais aucune question sur sa vie car pour lui, tout est déjà tracé: ses études, son futur travail (directeur dans une succursale de l'entreprise de son père), sa vie amoureuse (qu'il refuse de débuter pour se concentrer exclusivement sur sa réussite), et même son quotidien, qui est régi par le Major d'Home, le programme informatique de son appartement qui répond à ses moindres besoins.
Lors d'une visite dans un musée, il passe devant quatre étranges machines, des "motocyclettes". Désormais interdites depuis plusieurs décennies car jugées trop dangereuses, ces "aberrations mécaniques" le fascinent tout de suite, car il se demande ce qui a bien pu pousser un jour des êtres humains à vouloir monter là-dessus malgré les risques encourus. Bien involontairement, il va faire la connaissance de Valentin Ross, un vieil homme, ancien passionné de moto, en phase terminale de cancer, dont le rêve est, comme vous le devinez, de remonter sur un des ces machines pour partir faire une ultime virée. Quentin va alors se mettre à cogiter sur son existence, sur cette Loi de Protection de la Vie, et de doutes en doutes, il va finir par aider Valentin à réaliser son souhait. Il ne se doute pas, bien évidemment, qu'il va alors mettre les doigts dans un terrible engrenage.

Extrait:(petite précision:les réserves de pétrole sont épuisées, et les derniers litres d'essence au monde s'échangent à des prix astronomiques)
Spoiler:
 


Le second texte lorgne du côté du polar. Il se compose de deux textes.
L'un est écrit à la troisième personne du singulier, en italique et quelques phrases sont distillées au début de chaque partie. On voit tout à travers les yeux du personnage, dont on ignore tout. Les pompiers s'affairent autour de son corps meurtri, entre deux voitures, et viennent de lui ôter son casque de moto.
L'autre texte, le principal, est raconté à la première personne par le narrateur donc. Depuis la tentative de bike-jacking dont il a été victime, et après la mort de son agresseur, il se rend compte qu'il éprouve du plaisir à tuer. Parallèlement à cela, il raconte son idylle avec Mathilde, sa concubine qui a changé sa vie. On le suit donc dans ses états d'âme et ses meurtres (qu'il commet au hasard sans aucune raison apparente), et sa vie sentimentale. Il erre, au guidon de sa moto, à la recherche de proies qu'il tue à chaque fois avec avidité à coups de U (antivol). C'est un texte tour à tour violent, parfois très dur, et à la limite du fleur bleu, pour mieux souligner la folie du personnage (enfin, c'est ce que j'ai essayé de faire ressortir Embarassed ).

Extrait:(le narrateur vient de s'arrêter en plein forêt, sur une route à flanc de montagne, pour discuter avec un autre motard arrêté là suite à un souci; ce dernier décide alors de reprendre la route mais le narrateur vient de décider de le tuer. )

Spoiler:
 


**********


Voilà pour ce qui est de la présentation de mon ouvrage. Bon, d'accord, j'ai fait un peu long mais au moins le principal est dit.



Dernière édition par Demi-Tour le Mar 4 Oct - 18:44, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Annexe 3 Le recueil de Nouvelles Fantastiques 2009
» Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"
» Un tricot de maux - recueil de nouvelles
» [Recueil de nouvelles et de poèmes] L'envol des mots
» De Brocéliande en Avalon, recueil de nouvelles
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)" :: Commentaires

Re: Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"
Message le Mar 31 Jan - 16:38 par Demi-Tour
Acte 1: il y a 3 ou quatre ou cinq ans, par amis communs, je fais la connaissance d'une motarde (qui habite à 600 bornes de chez moi), à la recherche d'une pièce détachée d'occasion bien précise pour sa moto. Le vendeur, un particulier, étant à quelques dizaines de kilomètres de chez moi, je propose à cette motarde de la guider dans ma région et de transformer son aller-retour pour sa pièce en petite virée à moto bien sympathique.
Acte 2: Parution de mon recueil début décembre 2011. Cette motarde, qui entend parler de mon bouquin sur un forum motard, décide de m'en commander un. Après lecture, elle me contacte pour me demander si elle peut le passer à un ami à elle, motard également, qui anime une web-radio vers chez elle, parce qu'elle pense que si le gars apprécie, il parlera de mon bouquin.
Acte 3: Je reçois un courriel hier soir (donc lundi 30-01), avec pour objet "en attendant l'interview" pour m'informer qu'une chronique a été faite de mon bouquin dans une émission (Rock'n'Road pour ne pas la citer) sur cette web-radio, alors que je n'étais même pas au courant! Le fichier audio est joint, car l'émission ne sera disponible en podcast que dans quelques jours (je mettrai le lien). Je l'ouvre avec appréhension et...
Je vous laisse découvrir. Il s'agit de la retranscription écrite. Honnêtement, je ne sais plus où me mettre affraid . Entendre parler de ces écrits par une personne qu'on ne connait pas est déjà stressant, mais là...
J'en suis presque gêné, en fait Embarassed

" Arsouille Mental(e), par David Thiéry, recueil de trois nouvelles. Trois personnages, trois histoires, sur fond de moto. Mais ne vous attendez pas à ce que l'on vous explique les tenants et les aboutissants de la mécanique moto, ou comment fonctionne le cerveau des arsouilleurs. Ce n'est pas non plus du Joe Bar Team romancé. Non, ce sont trois nouvelles relevant du polar et de l'anticipation.
La première: Maurice.
Maurice, sexagénaire, jeune retraité dévoré par l'alcool que plus rien n'attache à la vie depuis le décès de sa femme si ce n'est sa moto, passion qui lui a tout donné et tout pris, et sa soif de vengeance, une vengeance qu'il prépare depuis longtemps, méticuleusement. Son plan bien établi, il passe à l'action mais qu'y (qui...?) trouvera-t-il à la fin?
La seconde: Rebel(les).
2097. Quentin, jeune étudiant en visite au musée, fait la découverte de ce qu'on appelait à notre époque "les motos". Il y rencontre également un vieil homme, Valentin, qui a connu les dernières motos sur route, les dernières balades entre amis, les derniers runs, les derniers tours de circuit. Valentin décèle la fascination chez Quentin et veut lui faire découvrir, partager sa passion et la sensation de liberté qu'elle procure. Dans un monde qui a fini de diaboliser cet engin de mort, il n'est pas aisé ni évident d'en transmettre les émotions et les sensations associées, à une époque ou le deux-roues est interdit et l'essence hors de prix.
La troisième: Prédation.
Un homme mène une vie tout a fait banale, jeune, amoureux de Mathilde et passionné de moto, passion à laquelle il convertit sa femme. Cette vie simple bascule le jour où il se fait agresser sur une avenue lyonnaise, sur laquelle on tente de lui dérober sa moto. Sa convalescence, son rétablissement psychologique, il les fait à coups de meurtres violents. C'est une partie de chasse qui s'opère à chaque fois et qui lui permet de mettre des mots sur des sentiments, des sensations. Un héritage lourd.
En conclusion, la lecture de ces nouvelles se fait avec plaisir. David Thiéry a réussi à mélanger les genres, parfois dans la vision futuriste qu'avait pu avoir Jules Vernes - à son époque -, ou dans l'art de torturer le cerveau humain à la façon de Stefan Zweig. On peut surtout les reconnaitre un talent certain dans l'art de la narration, dans la conservation du suspens, et on accroche! Si le fond de toile commun aux trois histoires est la passion pour la moto, il n'en est pas moins que ce recueil est accessible à tous, loin d'être exclusif. Il est certain que chaque lecteur pourra se reconnaitre et se sentir proche d'au moins un des personnages.
"

Acte 4: interview en direct-live (mon dieu, je vais mourir!) sur cette web-radio...Je vous tiens au courant!
avatar
Re: Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"
Message le Mar 31 Jan - 18:27 par extialis
ah oui! je veux! super! (j'te l'avais dit que tu ferais décoller kiro Laughing
Re: Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"
Message le Sam 18 Fév - 8:10 par Demi-Tour
Le lien vers la fameuse chronique (il faut appuyer sur lecture): http://www.zeradio.net/ZeEmissions/RocknRoad.php?num=2058
 

Mon recueil de nouvelles "Arsouille mental(e)"

Revenir en haut 

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Espace auteurs édités-
Sauter vers: