Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» De retour après quelques années d'absence....
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyHier à 21:25 par Le sombre minuit

» mefiez vous des charlatants
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyHier à 21:22 par Le sombre minuit

» Une chanson de geste
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyHier à 21:17 par Le sombre minuit

» 5 et 6 juin...
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyJeu 6 Juin - 8:09 par Jafou

» Les Imaginales
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyLun 20 Mai - 20:05 par extialis

» Désinscription du forum
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyDim 19 Mai - 7:29 par extialis

» la golfeuse du voilier
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyMer 15 Mai - 21:59 par martin1

» Aimez-vous Bach (3è séquence)
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyMar 14 Mai - 18:26 par Le sombre minuit

» L'ascension extraordinaire du Maudit
Être écrivain, c'est être inventif... EmptyLun 13 Mai - 19:02 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
CalendrierCalendrier

Partagez
 

 Être écrivain, c'est être inventif...

Aller en bas 
AuteurMessage
Le sombre minuit
Modérateur
Le sombre minuit

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 28
Localisation : Dijon

Être écrivain, c'est être inventif... Empty
MessageSujet: Être écrivain, c'est être inventif...   Être écrivain, c'est être inventif... EmptyMer 15 Juin - 10:22

C'est un essai que j'avais publié il y a un an, à peu près, sur Passion d'Ecrire, je le mets sur ce forum également, car il me tient énormément à cœur.

Je vois dans leurs yeux de la malveillance, une certaine haine, et je me tais, car il n'y a que cela à faire dans un tel cas, odieux et immoral.

La force de mes sentiments se répercute sans cesse dans mon être, essayant de gravir les pentes escarpées de mon cœur, qui sans cesse est submergé par la peur.

Oh... je les perçois ces monstres, qui regardent de leurs yeux avides ce que je produis, ce que mes mains écrivent, ils veulent comprendre. Ils désireraient connaître la moindre chose, le moindre évènement que je créer.

J'aimerai leur crier : C'est mon enfant ! Rien ne vous appartient ! ou que sais-je encore.

Mais je sais que leur admiration serait ternie par la sensation que mon regard ne sera que folie à ce moment là. Je conçois aussi que ce que j’enfante ne restera jamais totalement mien, notamment quand les griffes rageuses des lecteurs prendront les pages pour les tourner brusquement. Espérant certainement trouver encore des secrets, encore des formules magnifiques aux significations logiques, et principalement des évènements inattendus.

La vie est féroce.
Je vois des hommes sans têtes au-dessus de moi, au-dessus de mes visions, ou bien je vois des figures sans corps. Cela me donne une impression étrange, comme si de leurs mains ou de leurs yeux ils essayaient de capturer l'essence même de la création.

MAIS LAISSEZ-MOI AVEC LUI !

L'immonde noirceur de leur bouche semble me happer quand ils me parlent, quand ils me content ce qu'ils admirent. Néanmoins je ne sais rien de plus que ce que j’accomplis et ce que je lis…
Suis-je vraiment plus grand qu'un autre dans l'immensité infranchissable de la pensée ?

Ils persistent dans l’horreur, surnagent toute la force de l’imagination, à l’aide de leurs pensées malsaines et inhérentes. Des songes pervers.
Des insectes qui me tournent autour, des nains qui me choient imaginant que j'incarne la blancheur de la neige si pure en clarté. Pourtant je ne suis pas idiot, de la tentation de la pomme je ne subirai pas les afflux, et de la croquer je n'en ressentirai point l'envie.
Cependant ils me font peur, comme la sorcière, car avec la proximité des mains sales qui veulent poser sur la couverture leurs doigts semblables à des serres, je me vois seul esclave de leur désir suprême, celui de la perfection.

Mais il n'y a jamais de perfection actuelle.
Jamais de perfection dans le Monde des corps.
Jamais de perfection dans le Beau.

Le Beau, l'art, est sans cesse critiqué ou admiré par les spectateurs. Toutefois la logique voudrait que ni l'un ni l'autre ne se passe.
Admirer, c'est comparé la peinture, l'écriture, le chant... et tout autre activité artistique comme égale à la création de la Terre par Dieu, le grand et l'immense créateur, le démiurge incroyable. Malgré cela il est évident que nous ne possédons pas les pouvoirs de la prodigieuse déité. Et de loin l’artiste ne doit pas se croire aussi puissant que cela, il en perdrait tout ce qui fait le charme de l’art : sa force tangible entre le réel et l’irréel.
Critiquer, jamais, car cela signifie que jalousie se trame au plus profond de l'être et que celui qui critique ne veut même pas essayer de rattraper ce retard qui de loin reste horrible. Le jaloux est tellement forcé de constater la beauté de l’oeuvre, étant sans cesse submergé par la crainte, qu'il pense ne jamais parvenir à égaler ce qu'il considère comme du génie.

Ainsi l'artiste, le concepteur du Beau, est emporté par l'effluve des sentiments qu'il ressent, par ce qu'il incorpore dans sa création.
Je suis bercé par les mots, je les chérit et je les utilise.

Je n'aime guère parler de ce qui m’a fait ainsi, l’homme actuel que je suis devenu. Car les gens éprouvent de la peur quand ils savent que c'est l'écriture, se résumant à une feuille de papier et un crayon, qui m’a formé avec beauté. Qui m’a vêtu d’un costume, faisant de moi un être comme l'Inventif Ulysse fils de Laërte et Anticlée.
Je ne me compare pas à lui, néanmoins si de sa gloire j'étais pourvue, cela me plairait, vu que ce ne serait pas par le sang et la guerre, mais comme intellectuel, que j'y serai parvenu.

Pourtant créer un monde ne suffit pas. Non, ce qu'il faut, c'est de chaque sentiment et de chaque évènement en tirer nous-mêmes l'essence ; car c'est de ce pouvoir si étrange et incomparable que vient la sublimation de l'art dans la connaissance. Il faut aimer ce que l'on bâti et savoir l'apprécier correctement, pour y voir les erreurs qui s'y glissent.

Être écrivain, c'est être Inventif.

_________________
http://la-voie-des-ames.overblog.com/

Ce spectacle terrifia Maxime ; les deux enfants ne s'étaient-ils pas combattus avec le seul intérêt de manger ? Ce combat avait détourné ses pensées de son mal ; devant l'acharnement dont ces petits avaient fait preuve, il songea à la loi brutale et sanguinaire de la lutte pour vivre. Mais ces enfants sauvages étaient si bons, alors il ne put que s'intéresser à leur sort et sut que le mieux était toujours de vivre et d'espérer.
Seulement pour garder l'harmonie dans la vie, et celle en tout homme, fallait-il toujours un médiateur ? Un homme ou une femme sachant toujours quoi dire et quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://la-voie-des-ames.overblog.com/
Marie Fontaine

Marie Fontaine

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 57
Localisation : Entre mes pages

Être écrivain, c'est être inventif... Empty
MessageSujet: Re: Être écrivain, c'est être inventif...   Être écrivain, c'est être inventif... EmptyMer 15 Juin - 13:12

J'ai répondu à ton commentaire sur ma nouvelle "Je tu elle" avant de lire ton texte... Finalement, nous nous rejoignons dans nos doutes, nos peurs et nos espoirs, exprimés par nos écritures, même si nous n'avons pas la même façon de les formuler. Je comprends que ce texte te tienne tant à cœur : chaque écrivain digne de ce nom pourrait le reprendre à son compte !
Revenir en haut Aller en bas
http://mariefontaine.centerblog.net/
Le sombre minuit
Modérateur
Le sombre minuit

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 28
Localisation : Dijon

Être écrivain, c'est être inventif... Empty
MessageSujet: Re: Être écrivain, c'est être inventif...   Être écrivain, c'est être inventif... EmptyMer 15 Juin - 16:47

Absolument ! Je crois que nous avons la même manière de se représenter notre écriture, mais pas la même façon de le montrer. Mais c'est normal, ne sommes-nous pas tous différents après tout ?
Merci pour ton commentaire.

_________________
http://la-voie-des-ames.overblog.com/

Ce spectacle terrifia Maxime ; les deux enfants ne s'étaient-ils pas combattus avec le seul intérêt de manger ? Ce combat avait détourné ses pensées de son mal ; devant l'acharnement dont ces petits avaient fait preuve, il songea à la loi brutale et sanguinaire de la lutte pour vivre. Mais ces enfants sauvages étaient si bons, alors il ne put que s'intéresser à leur sort et sut que le mieux était toujours de vivre et d'espérer.
Seulement pour garder l'harmonie dans la vie, et celle en tout homme, fallait-il toujours un médiateur ? Un homme ou une femme sachant toujours quoi dire et quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://la-voie-des-ames.overblog.com/
Contenu sponsorisé




Être écrivain, c'est être inventif... Empty
MessageSujet: Re: Être écrivain, c'est être inventif...   Être écrivain, c'est être inventif... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Être écrivain, c'est être inventif...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Être écrivain, c'est être inventif...
» Lettre à un jeune écrivain **
» Tove Jansson, artiste et écrivain finlandaise, maman des moumines
» Voudriez-vous devenir écrivain ?
» Le doute de l'écrivain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Essais-
Sauter vers: