Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
» un petit conte "philosophique" pour le 21è siècle !
Mar 6 Juin - 9:53 par Le sombre minuit

» Une petite nouvelle fantastique
Mar 6 Juin - 9:16 par Le sombre minuit

» Baptiste
Mar 6 Juin - 9:00 par Le sombre minuit

» Le grand arbre
Mar 6 Juin - 7:45 par Le sombre minuit

» Une petite absence qui devient longue^^
Lun 8 Mai - 21:52 par extialis

» Bonsoir à tous et à toutes
Dim 2 Avr - 16:13 par extialis

» Nouveau du soir bonsoir
Dim 2 Avr - 14:33 par Malicie

» Pirate's Soul [En court]
Mer 29 Mar - 20:13 par extialis

» Parution : Hénin m'a tué sur amazon.f
Ven 17 Mar - 11:06 par extialis

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Pirate's Soul [En court]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorenran

avatar

Date d'inscription : 08/03/2017
Age : 26

MessageSujet: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 18:02

Bon bah voilà, je me lance. Je poste ma première histoire qui est actuellement en court. Par contre, je tient à prévenir toute personne qui désire la lire, il y a dans cette histoire, une bonne partie de romance gay (et pas obligatoirement très douce XD).
J'ai essayé de recorriger au mieux les chapitres en les retravaillant pour les améliorer, mais de base je ne suis pas une littéraire, j'accepte donc tout commentaire du moment qu'il est constructif sans être agressif ^^
J'espère malgré tout que cette histoire pourra vous plaire ou attiser votre curiosité comme quelques lecteurs l'ont été sur fictionpress. Je vous souhaite donc une excellente lecture Wink

PIRATE’S SOUL ~ CHAPITRE 1


Des bruits de pas dans le couloir, des gens criants… Le château était dans tous ses états et toute la populace était en émois : le jeune prince avait disparu. Sa chambre avait été retrouvée complètement vide alors qu’un serviteur venait lui apporter de quoi se changer au petit matin. En effet, le jeune garçon avait réussi à fausser compagnie à tout ce beau monde en pleine nuit, passant tout simplement par la fenêtre en faisant bien sûr attention à ne pas tomber. Même si la chute avait peu de chance d’être mortelle, elle risquait dans un premier temps de le blesser plus ou moins gravement et puis surtout d’attirer les gardes. Après avoir posé les pieds au sol, le jeune homme avait couru comme un fou, serrant un petit sac contre son torse qui contenait une faible quantité de provisions, de quoi tenir au moins quelques jours… Cette course l’épuisa complètement, elle qui n’était pas vraiment habituée à courir autant. Ses mèches blondes collaient à sa peau à cause de la fine couche de sueur l’ayant recouverte. Il espérait vraiment que ses provisions allaient subvenir à ses besoins, car à vrai dire, il n’avait jamais mis un pied en dehors du palais, son père refusant de le laisser sortir pour d’obscures raisons. Lawrence ne savait donc pas vraiment s’il allait beaucoup se nourrir ou non. Contrairement à certains habitants de la ville, il avait toujours vécu au palais et donc n’avait ainsi jamais eu à subir la famine. Le jeune prince repensa à son père, la colère qui avait gagné ce dernier en réponse à sa demande. Malheureusement pour le grand homme, l’extérieur, le monde et surtout l’océan appelaient le prince.

Plusieurs heures avaient passées et Lawrence se trouvait maintenant sur une plage éloignée du château, marchant pieds nus, frémissant à toutes ces sensations qu’il découvrait. Bien sûr, il connaissait l’air, l’eau, le sable, le vent… Mais tout cela combiné était simplement nouveau pour lui. Il resta un moment-là, laissant l’eau monter doucement pour finalement arriver à ses chevilles. Son contact lui arracha quelques frissons au passage. Le jeune prince appréciait particulièrement la sensation du sable chauffé par l’astre solaire depuis son levé. Le soleil se reflétait dans l’étendue d’eau, créant ainsi l’illusion d’une mer de flamme. Quand il eut fini de contempler le vaste océan qui s’étendait à perte de vu. Il se détourna pour trouver un petit coin à l’abri afin de troquer ses habits pour des habits de domestique qu’il avait piqué au château. Il rencontra bien sûr une certaine difficulté à s’habiller. Après tout, c’était un prince. De nombreux domestiques s’occupaient de lui, l’aidant entre autres à enfiler ses vêtements. Mais au-delà de la tenue, un problème persistait, et pas des moindres : ses cheveux blonds… C’était à vrai dire une couleur plutôt rare dans le peuple ; seuls les membres de la famille royale l’arboraient, et ce tout aussi fièrement que leurs propres couronnes et ornements.

Après avoir réfléchi un long moment, le jeune prince opta pour une solution simple, le temps de trouver quelque chose de plus efficace, à savoir cacher sa chevelure blonde sous un bandana. Il se salit par la suite à moitié le visage et le reste du corps, rendant au passage ses sourcils plus foncés, devenant ainsi le plus méconnaissables possible. La seule chose qu’il se retint de faire fut de prendre des ordures pour se donner une odeur plus en accord avec son apparence actuelle. Même s’il souhaitait se cacher, il ne pouvait décemment pas se tartiner d’ordure… Les saletés passaient encore, mais la mauvaise odeur, non merci : malgré le déguisement, il restait malgré tout un prince. Sa transformation achevée, il rangea ses habits princiers dans son pour finalement se diriger vers le port de l’île.

Il arriva en ville après une bonne heure de marche, les pieds en compote, complètement épuisé d’avoir du autant marché par lui-même. Après tout il était habitué à monter à cheval, mais pas à utiliser ses propres jambes et pieds longtemps sans pouvoir s’arrêter. En effet, il n’avait pas fait la moindre pause de peur de se faire rattraper et ramener au palais par les soldats de son paternel. En ville, Lawrence essaya de paraître le plus naturel possible, afin de ne pas trop attirer l’attention des gardes sûrement partis à sa recherche depuis le temps. Il était arrivé si loin, pas question de se faire attraper maintenant alors qu’il approchait de son but : pouvoir monter dans un navire et partir en mer pour voir le monde. Mais se faire tout petit fut particulièrement difficile en sachant que sa fugue était sa toute première sortie en ville. Sa seule envie était de courir de boutique en boutique pour s’émerveiller sur le moindre objet comme un véritable enfant découvrant le monde. Oui, il était si heureux qu’il en oubliait la raison de sa venue au port. Toutes ces étales, ces boutiques, ces couleurs, ces odeurs et autres. Il ne savait plus vraiment où donner de la tête et pourtant il avait quand même déjà vingt-deux ans révolus. Ce n’était plus un enfant normalement, mais ce qui pouvait paraitre normal pour certain, était tout nouveau à ses yeux. Lawrence marchait tranquillement la tête dans les nuages, grignotant un poisson grillé qu’il venait de s’acheter sur le marché du port tout en continuant à regarder autour de lui avec intérêt. Il passait d’étale en étale en s’achetant de quoi manger pendant plusieurs minutes. Le prince aimait beaucoup tester et découvrir ce qu’il ne connaissait pas, que cela soit au niveau gustatif ou autre.
 
Il se baladait donc, son sac sur l’épaule et plein de sachets dans les mains, mâchonnant le dernier morceau de poisson grillé après avoir jeté le papier qui lui avait permis de tenir ce dernier. Un garde l’interpela au loin avant de venir vers lui en trottinant, s’approchant rapidement. Sa respiration se fit de plus en plus laborieuse au fur et à mesure que l’homme se rapprochait de lui, la dernière bouchée de poisson ayant du mal à passer dans sa gorge, le faisant presque s’étouffer au passage. Le soldat lui tapota dos pour essayer de l’aider à reprendre son souffle et éviter qu’il s’étouffe ainsi. Puis il se redressa pour sortir une feuille de son uniforme. Déglutissant, Lawrence lui offrit un petit sourire, priant pour ne pas être reconnu par l’homme.

– «  Bonjour jeune homme, aurais-tu vu un garçon d’à peu près ta taille, les cheveux blonds, avec de grands yeux verts ? Il ressemble à ça précisément. »

Le Soldat lui présenta le papier déplié devant les yeux, dévoilant alors le visage du prince. Dessus, le jeune homme était représenté souriant, les cheveux parfaitement coiffés, un ornement coiffant sa tête blonde. Sa peau blanche complétait ce tableau angélique. Lawrence retint sa respiration devant cette image de lui, espérant vraiment que la saleté suffira amplement à cacher ses traits aux yeux du garde. Après plusieurs minutes à avoir fait semblant de regarder le dessin avec attention, le jeune prince grimé releva finalement la tête pour faire signe que non, ouvrant la bouche, bégayant légèrement pour lui répondre.

– « N-non-messieurs, je n’ai vu personne avec cette description et ressemblant au dessin, mais j’espère que vous le retrouverez vite, ça semble être quelqu’un d’important vu comment vous le cherchez. »

Le garde le fixa un petit moment, plissant les yeux, comme s’il suspectait quelque chose. Lawrence se demanda s’il n’avait tout simplement as été démasqué. Pourtant il avait tenté de parler à la manière d’une personne lambda, se retenant avec difficulté pour faire les phrases qu’il avait l’habitude de faire lorsqu’il habitait au palais. Le garde finit par le remercier de lui avoir accordé un peu de son temps avant de le laisser partir pour reprendre ses recherches, arrêtant diverses personnes sur son chemin et collant des affiches par moment. Le jeune prince ne se fit pas prier lorsque le soldat tourna finalement le dos, marchant rapidement il s’éloigna rapidement du garde pour mettre une distance de sécurité entre eux, le cœur battant à tout rompre sous la chemise, empruntée à un domestique, jaunit par le temps.
 
Tournant à l’angle d’une ruelle pour quitter la rue principale, Lawrence profita de ne plus être dans le champ de vision du garde, ou d’une quelconque autre personne qui aurait pu l’observer, pour s’adosser au mur, reprenant son souffle tout en calmant son cœur avant de sortir une sorte de gourde en cuir de son sac, se rendant ainsi compte que ses mains et ses jambes tremblaient à cause de l’adrénaline un peu trop forte pour son corps. Des gouttes de sueur perlaient le long de sa nuque à cause du stress qu’il avait subi. Les minutes passèrent doucement alors que le blond reprenait le contrôle de son corps lentement. Quelques passants le regardaient avec curiosité en ne le voyant pas bouger depuis un certain temps, se demandant sûrement s’il avait un quelconque problème. Il finit par s’asseoir, caché par une caisse, pour retirer son bandana, laissant alors les mèches blondes trempées lui tomber devant les yeux et coller à son visage pâle et sale. Il allait vraiment devoir apprendre à contrôler cette peur sinon il ne ferait pas long feu, il le savait parfaitement.

Plus le temps passait, plus il pouvait apercevoir que le nombre de gardes présent dans les rues augmentait considérablement. Lawrence avait l’impression que son père venait d’envoyer toute l’armée à sa recherche, enfin, ça devait être réellement le cas. Après tout, il était fils unique, enfin pas réellement, il avait bien une sœur plus jeune que lui, mais ce n’était pas elle qui devait succéder à leur père et donc monter sur le trône.

Après un certain temps à rester ainsi pour faire sécher ses cheveux et se calmer entièrement, Lawrence prit une inspiration, remettant alors le bandana en place, cachant chaque mèche blonde de sa chevelure princière avant de finalement se redresser. Décidé à partir à la recherche d’une solution pour ses cheveux, car passer son temps à les cacher sous un tissu, ça ne serait tout simplement pas possible, on finirait par le démasquer tôt ou tard, mais surement plus tôt que tard. Lorsqu’il aurait enfin trouvé une solution, il pourrait d’un moment à l’autre quitter cette île, car oui, le château de la famille royale de trouvait sur une île, certes plutôt grande voir même immense, mais une île quand même. Tout comme la capitale des marchands et la capitale des pirates. Il existait aussi bien sûr quelques îles plus petites avec de petites villes ou villages, parfois quelques nobles, mais aucune n’atteignait la taille des trois grandes îles abritant les capitales. L’île abritant la capitale royale restait malgré tout la plus grande, avec le plus de terre cultivable et même plusieurs forêts abritant divers animaux. Plusieurs peuples y cohabitaient sous la régence d’un seul roi : le père de Lawrence. Et le jeune prince aurait bien sûr dû prendre sa suite dans quelques années s’il n’avait pas décidé de s’enfuir à ce jour. D’ailleurs sa fuite avait causé une belle pagaille au château : sa mère la reine avait fait un malaise, son père quant à lui avait hurlé sur les gardes pour leur incapacité à faire leur travail comme il se doit puis sur les serviteurs normalement curieux qui pour une fois n’avaient tout simplement pas entendu parlé du plan de fugue du prince. Les trois quarts des soldats étaient maintenant partis à la recherche du jeune homme, tous avec une feuille en main avec un dessin représentant le garçon, allant aux quatre coins de l’île être sûr d’étendre le plus possible leurs recherches.

De son côté, le jeune homme naviguait à nouveau entre les étales avec curiosité, touchant les étoffes du bout des doigts, goûtant ce qu’on lui proposait ou humant les parfums qu’on lui tendait avant d’être attiré par une petite boutique remplit de poudres aux couleurs diverses et variées, une véritable explosion pour les yeux. Curieux comme jamais, il glissa doucement les doigts dans l’une des poudres d’un rouge vif. Lorsqu’il les retira, sa peau était devenue rouge, le faisant s’émerveiller dessus. C’était la première fois qu’il voyait quelque chose colorer aussi bien la peau sans être pour autant de l’encre. Et puis il y avait tant de couleurs différentes qu’il ne savait plus vraiment où regarder. Enfin si, il resterait dans les teintes naturelles, car ces poudres lui donnaient une idée : Celle de se colorer les cheveux pour devenir méconnaissable. Oui, cette idée lui paraissait excellente. Bon il aurait sûrement à entretenir la couleur, mais il n’aurait pas à cacher continuellement ses cheveux au moins, il aurait donc plus de liberté d’action grâce à cela.

– « Ces poudres pour teinture et encre sont magnifiques n’est-ce pas ? Elles sont plutôt rares et demandées. Surtout par les habitants du château. Les femmes en raffolent pour faire disparaître leurs cheveux blancs à ce qu’il paraît. Enfin c’est ce que l’on m’a raconté bien sûr. »

Lawrence avait sursauté à la voix provenant de son dos, se retournant alors brusquement pour faire face à un homme plutôt petit et un peu rond, le crâne en grande partie dégarnit, les cheveux qui semblant être gras, sa peau brillant légèrement à cause de la sueur. Ce dernier semblait être le vendeur de la boutique malgré son air quelque peu sale, enfin ça ce n’était que l’avis du jeune prince bien sûr. L’homme essayait évidemment d’attirer le regard du jeune prince sur tous ses produits, souhaitant vendre le plus de choses possible et ainsi se remplir les poches de pièces d’or sonnantes et trébuchantes.
 
Lawrence resta un petit moment à le regarder avec méfiance, ne souhaitant pas se retourner tout de suite malgré le sourire immense posé sur les lèvres de l’homme, un véritable sourire commercial qui normalement est censé vous mettre parfaitement en confiance. Mais il n’avait aucune confiance en cet homme, il avait la désagréable impression que dès qu’il lui montrerait son dos, ce dernier lui sauterait dessus pour le poignarder et le voler jusqu’à la dernière pièce, de la sueur coula lentement le long de son dos, trempant peu à peu sa chemise qui avec les minutes qui passaient, commençait à coller à sa peau. Il finit tout de même par se retourner pour continuer sa petite visite de la boutique, s’amusant à tester presque chaque poudre sur sa peau pour voir la couleur qu’elle donnait. Il regarda si les mélanges étaient aussi possibles.

Après avoir fait le tour de tous les produits, le blond se rapprocha du vendeur, gardant tout de même une certaine distance de sécurité avec méfiance. Il lui posa alors quelques questions pour connaître les caractéristiques de chaque produit, se demandant combien de temps les colorations pouvaient bien durer sur la peau ou sur les cheveux encore, car c’était bien sûr ce qui l’intéressait le plus dans tout ça. Le vendeur sembla un peu réfléchir avant de lui répondre sérieusement.

– « Cela dépend ce que vous comptez en faire. Si c’est pour en faire des encres, la couleur peu restée vit pendant des décennies tant qu’elles sont protégées des rayons de la lune et du soleil. Pour les poudres faites pour le corps, cela varie plus ou moins en fonction de l’utilisation que vous en faites. »

Lawrence s’approcha doucement, commençant à s’intéresser un peu plus aux paroles de l’homme. Ce dernier ayant remarqué l’intérêt nouveau que lui portait le client, il continua sur sa lancée, enchaînant les explications, espérant vraiment le convaincre de réaliser un achat dans sa boutique.

– «  S’il s’agit d’utiliser une poudre pour réaliser des tatouages, sur la peau, les couleurs restent dans les trois semaines à condition de faire attention. Si vous souhaitez en utiliser pour cacher des cheveux blancs, ce qui m’étonnerait au vu de votre âge, je pense, mais sait-on jamais… la couleur ne reste belle pendant près de quatre semaines, vous ne pouvez tenir jusqu’à six semaines, mais la couleur ne peut déjà être en train de s’estomper. »

Le jeune prince acquiesça doucement en réfléchissant un peu… Quatre semaines, c’était plutôt court comme délais, mais c’était pour l’instant la meilleure option qui s’offrait à lui. Il n’hésita pas longtemps avant de relever les yeux vers le vendeur, désignant alors une poudre noir ébène du doigt. Lawrence se renseigna sur les possibilités de cette dernière, souhaitant l’utiliser aussi bien sur le corps que sur les cheveux. Le vendeur lui confirma qu’elle était faite pour ce genre d’utilisation avant de lui préparer un sachet. Le blond s’approcha doucement et regarda la quantité de poudre avant de prendre le sachet en main pour la sous-pesée doucement.

– «  serait-il possible de faire plusieurs sachets avec la même quantité ? Comme ça, je pourrais les conserver plus longtemps, je pense. Et puis, je ne sais pas quand est-ce que je pourrais en racheter, je préfère avoir une reverse et trop que pas assez. »

Le vendeur le regarda avec un peu de curiosité avant d’acquiescer doucement, préparant plusieurs sachets remplis de poudre pour finalement les peser dans sa petite balance avant de donner le prix. Lawrence grimaça un peu en entendant la somme annoncer… Cent pièces d’or, une bourse complète pour 5 petits sachets de poudre noire… ça n’était pas vraiment beaucoup. Enfin, il espérait que cela irait, car il ne pouvait pas se permettre de prendre plus que ça. Il se rendait alors compte qu’il avait pas mal dépensé sur les étals du marché alors que l’argent avec lequel il avait quitté le palais devait à la base lui servir pour voyager et l’aider tant qu’il n’aurait pas trouvé un travail où il n’y avait pas besoin d’être très doué. Sortant sa bourse, il commença à compter les pièces avant de les mettre dans un petit sac en toile pour finalement le poser sur le comptoir de la boutique. Il souriait, en le poussant vers le vendeur, mais ce dernier le regardait d’un air suspicieux. Après tout, comment ne pas douter de la provenance de l’argent quand la personne qui vous la donne semble venir de la rue ?

Lawrence resta un petit moment à lui sourire en tendant les mains pour récupérer les multiples sachets de poudre noire. Le vendeur finit par les lui remettre, mais seulement après avoir vérifié la moindre pièce d’or de la bourse. Lorsqu’il confirma finalement l’authenticité de chaque pièce, il laissa le prince repartir avec ses achats, sans bien sûr savoir qu’il venait de faire affaire avec la personne la plus recherchée à l’instant.

Fier de son achat, le jeune garçon tourna finalement le dos, repartant avec les sachets de poudre, les rangeant dans son sac de voyage pour finalement partir à la recherche d’un lieu où dormir, surtout en voyant le soleil se coucher à l’horizon. Il décida d’aller sur le port pour y trouver une auberge, espérant avoir le droit à une chambre avec vue sur l’océan majestueux qui s’étendait à perte de vue. Après avoir passé un petit moment à chercher, Lawrence finit par pousser la porte d’une auberge où beaucoup de marins faisaient une halte pour dormir et manger. S’approchant d’u comptoir, le jeune prince se gratta la joue alors que plusieurs regards venaient de se tourner vers lui. Quelque peu hésitant, il leva les yeux sur l’homme en train d’essuyer des verres tranquillement pour finalement l’interpeler discrètement, voire même timidement.

– «  Hum… Monsieur ? Je voulais savoir si vous aviez une petite chambre de disponible juste pour cette nuit. Mais je ne sais pas si c’est possible, je voudrais voir le port depuis la fenêtre… »

L’homme releva la tête en haussant un sourcil avant de se pencher légèrement par-dessus le comptoir, regardant alors le jeune garçon. Son regard détailla ce client qu’il ne connaissait pas, fronçant les sourcils, mettant le torchon sur son épaule et posant ce qu’il était en train de faire.

– «  T’as de quoi payer gamin ? Montre-moi ce que t’as que j’te dise si j’peux t’accepter chez moi. Enfin même avec deux pièces je trouverais bien une place… Dans les écuries peut-être, au moins le foin tient chaud ».

Lawrence le fixa avant de faire la moue pour finalement fouiller dans son sac et en sortir la bourse à moitié pleine encore malgré tous les achats qu’il avait faits durant la journée. Il sortit une poignée de pièce du petit sachet en cuir travaillé pour les poser sur le comptoir, juste devant l’aubergiste pour que ce dernier puisse regarder son argent avec intérêt. Lorsqu’il fut satisfait, l’homme plutôt immense et à l’air sévère en temps normal, se tourna pour attraper une petite clé avec un morceau de bois attaché, une lettre y étant inscrite comme pour indiquer la chambre qu’on venait de lui donner. Timidement, le jeune prince tendit la main, attrapant la petite clé avant d’incliner la tête pour rapidement monter les marches de l’auberge. Il mit plusieurs minutes à trouver sa chambre avant d’y entrer pour se laisser tomber sur le lit en soupirant de soulagement, tout simplement épuisé par tous les évènements de la journée. À vrai dire, lu qui avait voulu regarder le couché de soleil, il n’avait même plus la force de se redresser pour aller s’accouder à la fenêtre. Ses yeux se fermèrent doucement et son corps se refroidit légèrement alors que son souffle ralentissait… Lawrence commençait tout simplement à s’endormir alors que le soleil était tout juste en train de se coucher, dardant la chambre de ses derniers rayons aux couleurs d’or et de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 21:39

'tin le pavé à commenter !  tongue
Perso,vu que je commente en donnant plein de détails, ça va être difficile à moins de tout découper en morceaux. Pis surtout, j'ai pas le temps, préparatifs de vacances (lointaines) obligent, mais promis, en rentrant, je m'y plongerai. Faudra juste me le rappeler.  What a Face

Pour en revenir aux commentaires purs et durs (mes commentaires n'étant que le reflet de mon avis et ne sont en rien une parole d'évangile, hein) : je n'ai pas tout lu, mais juste grenouiller de paragraphes en paragraphes, et deux choses (trois en fait) m'ont tout de suite sauté aux yeux:
- Les verbes que tu utilises sont souvent des verbes dits "faibles" (être, avoir, sentir, etc), c'est-à-dire relativement basiques et qui transmettent donc difficilement une émotion, un ressenti, une atmosphère, etc.
- La majorité de tes phrases sont longues, très longues, ce qui "essouffle" le lecteur, alourdit le texte et surtout brise tout espoir d'imprimer un rythme
- Sans doute à cause des fameux verbes faibles, tu utilises beaucoup (trop) d'adjectifs et tout est très décrit (ce qui explique peut-être aussi la longueur des phrases), ce qui alourdit là-aussi le texte et/ou finit par perdre le lecteur (bon, d'un autre côté, mais j'ai un style épuré qui finit par le perdre dans l'autre sens...  tongue ). Il y a également beaucoup d'adverbes et de participes présents, qui ralentissent eux aussi le rythme. Une question doit s'imposer systématiquement : tout ce que j'écris sert-il le texte ? Ou formulé autrement : tout ce que j'écris est-il nécessaire ?

Dernière remarque (bonus va-t-on dire) : il y a pas mal de répétitions (beaucoup en fait) qui émaillent le texte.

Bon, c'est bien beau de commenter, mais je vais te donner un exemple en reprenant un passage de ton texte :

Les adjectifs (gras): 
"Lorsqu’il fut satisfait, l’homme plutôt immense et à l’air sévère en temps normal, se tourna pour attraper une petite clé avec un morceau de bois attaché, une lettre y étant inscrite comme pour indiquer la chambre qu’on venait de lui donner. Timidement, le jeune prince tendit la main, attrapant la petite clé avant d’incliner la tête pour rapidement monter les marches de l’auberge. Il mit plusieurs minutes à trouver sa chambre avant d’y entrer pour se laisser tomber sur le lit en soupirant de soulagement, tout simplement épuisé par tous les évènements de la journée. "

Vraiment utile ?/ maladresses (ça fait parfois répétition avec la phrase précédente ou pire, ça décrit quelque chose dont on se doute, comme par exemple le numéro sur la plaque attachée à la clef : le lecteur sait que c'est celui de la chambre) :
"Lorsqu’il fut satisfait, l’homme plutôt immense et à l’air sévère en temps normal, se tourna pour attraper une petite clé avec un morceau de bois attaché, une lettre y étant inscrite comme pour indiquer la chambre qu’on venait de lui donner. Timidement, le jeune prince tendit la main, attrapant la petite clé avant d’incliner la tête pour rapidement monter les marches de l’auberge. Il mit plusieurs minutes à trouver sa chambre avant d’y entrer pour se laisser tomber sur le lit en soupirant de soulagement, tout simplement épuisé par tous les évènements de la journée."

-->(écrit vite fait, comme ça, comme ça vient) : Visiblement satisfait, l'aubergiste se tourna pour décrocher une clé qu'il tendit à Lawrence. Le jeune prince le remercia avec humilité d'un mouvement de tête. Il grimpa les escaliers d'un pas rapide et finit par trouver la chambre après l'avoir cherchée un long moment. Une fois la porte fermée derrière lui, il se laissa tomber sur le lit, épuisé. Lui qui avait souhaité regarder le soleil se coucher s'endormit avant même d'avoir eu le temps d'enlever ses bottes."

Bon, voilà...
Pendant que j'y pense : il y a également beaucoup de verbes, ce qui (là encore) peut alourdir le texte. Essaie de les remplacer par les noms correspondants. Ex (non tiré de ton texte) : quand ils arrivèrent --> A leur arrivée (j'ai que celui-ci en tête  What a Face )
Revenir en haut Aller en bas
Sorenran

avatar

Date d'inscription : 08/03/2017
Age : 26

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 22:07

Donc, comme dit par MP (oui j'osais pas répondre ici XD ) merci pour ton commentaire, je prends tout en note pour essayer de m'améliorer le plus possible ^^ Peut-être qu'un jour j'aurais le cran de proposer mon manuscrit à une maison d'édition que j'adore et qui fait ce type de romance ^^ En tout cas, je vais continuer à persévérer et travailler sérieusement :p
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 22:16

bon voilà, j'attendais demi-tour (la feignasse lol) pour dire comme lui. retravailler et peut-être adopter, dans un premier temps un correcteur genre antidote qui si tu parviens à le maitriser, te montrera le genre de maladresses à éviter, celle que vient de t'indiquer demi tour justement.
je le sais parce que je commence à réécrire (et non corriger, c'est pas le mot pour un de mes premiers jets que je n'oserai même pas poster ici, lol) un truc que j'ai lâché comme ça il y a quelques années. 
perso, il me faut au minimum deux ans de travail intense avant d'oser proposer mon texte au moins sur un forum. pour les nouvelles, c'est quelques mois, mais voilà je suis lente et un peu trop... perfectionniste (ou pas assez talentueuse, je me le dis souvent).

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Sorenran

avatar

Date d'inscription : 08/03/2017
Age : 26

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 22:23

J'ai justement récupéré antidote en début d'année là, je l'utilise en grande partie pour corriger mes fautes d'accords, de temps ou d’inattention car comme je le disais, je suis pas spécialement douée en français mais je ne peux pas m'empêcher d'écrire, j'ai trop d'histoires dans la tête, trop de personnages qui me tiennent à cœur.
Après, ça fait seulement 2 mois que j'utilise antidote donc je ne le maîtrise mais alors pas du tout XD 
Je sais que si je dois présenter mon texte à une maison d'édition, je devrais sûrement passer par la case réécriture (chose que j'ai commencé à faire sur les derniers chapitres que j'ai pu écrire de pirate's soul, et ceux ayant lu la premier version et la deuxième approuvent la réécriture effectué XD donc tout espoir n'est pas perdu lol)

En tout cas merci pour ton commentaire  ^^
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 22:40

dès que j'ai un peu de temps (parce que je bêta lis à droite et à gauche), je te ferai des captures d'écrans sur antidote (enfin sur comment je l'utilise) parce qu'il n'y a pas que les fautes, il y a les verbes ternes, les répétitions, les participiales, les négatives, etc c'est vraiment un outil qui permet de réfléchir sur les phrases employées, sur le message que tu veux faire passer et comme le dit le king, sur un texte, 20% s'en vont parce qu'ils ne servent pas l'histoire. je ne sais pas si tu as lu "écriture" de king, c'est un bon bouquin qui m'a beaucoup aidée (enfin même si ça ne m'a pas rendue célèbre Razz  )

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Sorenran

avatar

Date d'inscription : 08/03/2017
Age : 26

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 8 Mar - 22:45

ça serait vraiment géniale de ta part **

Non j'avoue ne pas l'avoir lu, je suis plutôt série de fantasy, fantastique, bit-lit et maintenant que ça commence à faire surface grâce à certaines maison d'édition, la romance homo (j'y trouve parfois les personnages bien plus attachant que dans une romance humaine sans pour autant partir dans l’exagération).
Revenir en haut Aller en bas
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Jeu 9 Mar - 11:57

Sorenan : non non, ça c'était pas des commentaires. Quand je commente, c'est quasi du phrase par phrase. Et là, tu verras, c'est long, mais loooooonnnnng...
Revenir en haut Aller en bas
Sorenran

avatar

Date d'inscription : 08/03/2017
Age : 26

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Jeu 9 Mar - 12:07

J'ai hâte de voir ça lol, Ça ne peux que m'aider à améliorer mon texte ^^
Revenir en haut Aller en bas
Petit Chat Noir

avatar

Date d'inscription : 09/03/2017
Age : 22
Localisation : Ailleurs

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Lun 13 Mar - 12:20

Je viens de tout lire ! Smile Ton texte en entier et les commentaires.
Bon, au niveau du style, (répétitions, longueurs des phrases, verbes,...) je n'ajouterai rien à ce qui a déjà été dit. Ces commentaires sont justes et exemples à l'appui, constructifs. Du coup j'aimerai beaucoup redécouvrir tes premières pages retravaillées Very Happy
J'avoue avoir un faible pour les chiens des mers, pirates; corsaires et autres boucaniers ...

Pour ce qui est de l'histoire en elle même :
On direct dedans ! Cette fuite met une pression immédiate au lecteur. C'est excellent pour garder sa curiosité éveillée. Le plus dur sera de garder ce rythme intense ou au contraire, laisser reposer l'histoire afin d'éviter qu'elle ne s'essouffle trop vite. A voir ...

Petite question : tu comptes développer le concept des différentes îles plus tard ?
Je suis un peu resté sur ma faim à l'issue du passage qui leur est dédié. Tu crées un univers bien à toi, on a envie de le découvrir plus en profondeur ! Le décor et/ou l'univers d'une histoire est/sont (pour moi, c'est juste un avis personnel) le "second personnage principal". Il faut bien comprendre les rouages de cet univers pour entrer totalement en empathie avec le héros.

Bref pour résumer, sur la forme il y a un peu de travail mais sur le fond, l'idée d'une fuite désirée, même si elle met en péril, me plaît ! Rechercher le danger plutôt que le mettre à distance suite à une situation critique c'est un peu différent de ce qu'on a l'habitude de voir. On sent aussi une envie de raconter et une grande (?) réserve d'idées.

Persévère :p

pirat pirat pirat pirat pirat

Petit Chat Noir
Revenir en haut Aller en bas
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mar 28 Mar - 19:55

Bon, je me lance... et vais pas aller très loin vu que je vais me contenter de commenter le premier paragraphe -tout en sachant que ces commentaires sont valables pour l'ensemble du texte.

"Des bruits de pas dans le couloir, des gens criants… Le château était dans tous ses états et toute la populace était en émois : le jeune prince avait disparu. Sa chambre avait été retrouvée complètement vide alors qu’un serviteur venait lui apporter de quoi se changer au petit matin. En effet, le jeune garçon avait réussi à fausser compagnie à tout ce beau monde en pleine nuit, passant tout simplement par la fenêtre en faisant bien sûr attention à ne pas tomber. Même si la chute avait peu de chance d’être mortelle, elle risquait dans un premier temps de le blesser plus ou moins gravement et puis surtout d’attirer les gardes. Après avoir posé les pieds au sol, le jeune homme avait couru comme un fou, serrant un petit sac contre son torse qui contenait une faible quantité de provisions, de quoi tenir au moins quelques jours… Cette course l’épuisa complètement, elle qui n’était pas vraiment habituée à courir autant. Ses mèches blondes collaient à sa peau à cause de la fine couche de sueur l’ayant recouverte. Il espérait vraiment que ses provisions allaient subvenir à ses besoins, car à vrai dire, il n’avait jamais mis un pied en dehors du palais, son père refusant de le laisser sortir pour d’obscures raisons. Lawrence ne savait donc pas vraiment s’il allait beaucoup se nourrir ou non. Contrairement à certains habitants de la ville, il avait toujours vécu au palais et donc n’avait ainsi jamais eu à subir la famine. Le jeune prince repensa à son père, la colère qui avait gagné ce dernier en réponse à sa demande. Malheureusement pour le grand homme, l’extérieur, le monde et surtout l’océan appelaient le prince."

Bon, déjà, la longueur des phrases :
J'en ai déjà parlé dans un commentaire précédent, je ne vais revenir que succinctement dessus en disant que plus une phrase est longue, plus elle alourdit un texte (sauf dans certains cas, comme par exemple lorsqu'il s'agit justement de "plomber" le texte pour créer une atmosphère bien particulière), mais surtout elle le ralentit. Plus une phrase est courte, plus sa lecture est rapide. Plus elle est longue, contenant de nombreux mots, sujets, verbes, expressions, pour véhiculer des idées ou une atmosphère, et plus donc elle sera longue à lire, et du coup, "ralentira donc le texte... Il n'y a qu'à lire ces deux dernières phrases pour comprendre.

Ensuite, les verbes et les expressions utilisés
Pour reprendre la première phrase du texte où il est question d'émoi, des bruits de pas, des gens qui crient... Emoi, ça veut dire quoi ? Bon, je le sais, mais la notion d'émoi est-elle la même pour tout le monde ? idem pour des "gens criant" : perso, à la lecture, je pense à des personnes en pleine dispute, se querellant, ou alors pourquoi pas des manifestants (surtout qu'on parle de bruits de pas avant... Alors tiens, pourquoi pas une division SS qui approche et des gens apeurés qui s'enfuient en hurlant leur terreur ?
Tout ça pour dire qu'il y a ce que voit l'auteur dans son esprit (souvent avec tout un tas de détails que lui voit très bien mais que le lecteur ignore complètement), et donc ce que PEUT comprendre - pour ne pas dire interpréter - le lecteur.
Tout ça pour dire également qu'il faut donc utiliser des verbes et des termes précis, peut-être pas trop, mais suffisamment pour guider le lecteur (c'est pas facile, c'est clair), et donc éviter des mots relativement vagues.

En ce qui concerne le texte plus globalement
Je pense que les phrases sont souvent longues car elles fourmillent de détails qui - à mon très humble avis - n'apportent rien du tout et parfois donnent l'impression que le lecteur - passez moi l'expression - est pris pour un dem...idiot.  tongue
Un exemple : le prince qui passe par la fenêtre.
"En effet, le jeune garçon avait réussi à fausser compagnie à tout ce beau monde en pleine nuit, passant tout simplement par la fenêtre en faisant bien sûr attention à ne pas tomber. Même si la chute avait peu de chance d’être mortelle, elle risquait dans un premier temps de le blesser plus ou moins gravement et puis surtout d’attirer les gardes."
Eh bien on se doute très bien (en fait, on le sait) qu'il le fait en faisant attention de ne pas tomber. Surtout qu'on se doute (en fait, la aussi on le sait), que s'il ne veut pas tomber, c'est parce qu'il ne veut pas se blesser (ben oui, sinon il aurait sauter direct tant qu'à faire  What a Face). Quant à attirer les gardes... Et ces remarques sont donc valables pour d'autres passages
- les provisions : on se doute très bien qu'il espère qu'elles vont subvenir à ses besoins - c'est même leur but premier
- Il se met à courir après avoir posé les pieds au sol... Ben oui, là aussi on le sait
- la sueur qui lui colle les cheveux à la peau : idem, est-il bien utile de dire que la sueur a recouvert la peau...?
- Il trouve une auberge après avoir cherché...
- etc.

Pour moi (mais je le répète, mon avis a pour seul valeur d'être ce qu'il est : mon avis), c'est un des principaux problèmes de ce texte : des phrases trop longues expliquant trop de choses inutiles, et en ôtant ces choses, ou simplement une partie, ça aérerait et allégerait le tout. Reste ensuite à mieux choisir les termes et verbes employés.
Exemple (je ponds toujours mes exemples comme ils viennent, donc ne pas m'en vouloir s'ils sont nuls tongue) :
"En effet, le jeune garçon avait réussi à fausser compagnie à tout ce beau monde en pleine nuit, passant tout simplement par la fenêtre en faisant bien sûr attention à ne pas tomber."
...Peut devenir
"Le jeune garçon s'était faufilé en pleine nuit par la fenêtre, assurant des prises dans le creux des pierres de la muraille, le coeur battant la chamade alors qu'il sentait le vide dans son dos."
Pis d'ailleurs, tiens, j'y pense : il passe par la fenêtre, ok... Mais comment il descend ? Des creux entre les pierres ? Sa longue chevelure blonde tressée en corde ? Des plantes, une descente de gouttière, une corde faite avec ses draps ?

Et donc cela m'amène à ce qui, à mon avis, constitue à autre point à améliorer : la "rapidité" du texte. Tout va très vite. Pas l'action en elle-même, mais le texte. Pour reprendre l'exemple de la fuite par la fenêtre, elle est survolée en quelques mots alors qu'à la base elle est quand même un élément essentiel, puisqu'il l'a préparée et que, mine de rien, elle marque le début du texte ET de l'action. Elle pourrait surtout être le bon moment pour créer une atmosphère (truc bête : on ne sait même pas où se situe le château : en pleine forêt, à côté d'une ville, au coeur d'une ville, a-t-il un village à ses pieds, etc ?) et expliquer les motivations du prince, ou du moins, pourquoi pas histoire d'éveiller la curiosité du lecteur, donner des indices ou des informations partielles...
Pour en revenir à cette rapidité du texte, donc oui, elle est "présente" et paradoxalement, il y a ces phrases très longues avec leurs nombreux détails... 

Bon, j'avais autre chose à dire, mais j'ai oublié...  Rolling Eyes sans doute mon grand âge  Evil or Very Mad

En ce qui concerne l'histoire/le contenu du texte :
Mes seules références de lecture en fantasy se résument à la saga du Seigneur des Anneaux et à l'Assassin Royal, ainsi que une certaine "Tour sombre" d'un certain Stephen King - j'ignore d'ailleurs s'il s'agit vraiment de fantasy. Je ne saurai pas donc te dire si l'histoire a un quelconque intérêt. Mais il y a certains points qui ont retenu mon attention car ils me paraissent contradictoires :
- le prince s'enfuit en pleine nuit, mais il court à tout barzingue (ce qui l'épuise) : perso, pour avoir couru en pleine campagne en pleine nuit, je peux te dire que tu vas pas loin sans te casser la figure. Sauf éventuellement en cas de pleine lune - et encore ! - mais là du coup, on te voit... Mais ce qui me surprend le plus est cette apparente absence de préparation de sa fuite : peu de provisions, aucun plan (que ce soit pour se guider ou simplement un plan dans le sens "planification"), comme par exemple s'être arrangé pour trouver un cheval quelque part, etc.
- Le prince veut passer incognito, mais ne serait-ce qu'à l'auberge, il sort une bourse "en cuir travaillé" qui contient de nombreuses pièces (ce qui ne peut qu'attirer l'attention de l'aubergiste, surtout qu'il voit le prince comme un "gamin", et donc se demande forcément d'où vient cet argent)
- Il est crevé, exténué, mais monte les escaliers en courant ou presque... tout ça pour s'endormir en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire alors qu'il rêvait de voir le soleil
- Etc.


Pour résumer :
J'espère ne pas t'avoir plombé l'ambition d'écrire ton texte. Ce n'est pas mon but, bien au contraire, et si mes phrases peuvent parfois paraître acides, je tiens à te dire que ce n'est pas le cas et qu'il s'agit alors de pure maladresse de ma part.
Reste cependant que les choses doivent être dites - et crois-moi, ceci n'es rien, mais alors rien du tout par rapport aux critiques que tu recevras si un jour tu as la chance d'être éditée.

J'ignore si tu écris depuis longtemps (je veux dire "écrire sérieusement", avec un réel projet et non pas une simple envie d'écrire un texte), mais on trouve des signes qui semblent montrer que non, à savoir les phrases longues et les (trop) nombreux détails, qui sont souvent symptomatiques de l'auteur qui a peur que le lecteur ne le comprenne pas - ou ne trouve pas son texte bien. Ce qui hélas a le plus souvent l'effet inverse. A cela s'ajoute l'utilisation de verbes dits faibles (être, avoir, voir, etc.) et des termes qui sont trop vagues pour justement guider le lecteur. Et si j'ai UN conseil à te donner, c'est le suivant : remplace tous les détails que tu donnes en surnombre pas des verbes "forts" et des termes mieux choisis, plus "percutants".
(exemple qui n'est pas dans ton texte) : "Il voit avec peine à cause de l'obscurité l'homme vêtu de son long manteau noir au bout de la rue" peut très bien devenir : "Il devine dans l'obscurité la silhouette drapée de noir au bout de la rue" (exemple particulièrement pourri vu que s'il fait sombre, apercevoir un homme en noir, euh...  tongue Mais je pense que tu as compris).
Ensuite, on dirait que tu es pressée d'écrire, comme si tu voulais amener tout de suite ton personnage à la fin de l'histoire. Pour ma part, c'est souvent le cas, car je pense qu'inconsciemment on a tous envie de poser l'histoire, de la voir se dérouler et, enfin, y mettre un point final, non pas parce qu'on n'a pas ou plus envie d'écrire, mais simplement parce que, quelque part, on a envie d'arriver à la fin - de la même manière qu'un lecteur qui va aller lorgner sur la dernière page - sauf que la fin, c'est nous qui l'écrivons, et que donc on est pressé d'y être. Personnellement, je n'ai pas réussi à me résoudre à écrire moins "vite", ce qui explique que je me cantonne à des nouvelles. Mais donc, en ce qui concerne ton texte, je ressens cela, cette envie (ou besoin) de faire défiler les actions pour vite finir d'écrire. Par contre, je suis bien incapable de te donner un exemple ; c'est simplement un ressenti à la lecture.

Pour finir, je tiens à répéter ce que j'ai dit en introduction à cette partie, à savoir que je ne suis pas un expert en fantasy. Mes commentaires ne concernent donc que la forme du texte, pas le fond. Il serait également bien prétentieux de ma part de dire si oui ou non ton texte a de la valeur niveau littéraire (ben ouais, on est tous pareil : on écrit mieux que l'autre Laughing). Je ne te dirai donc pas "c'est pourri" ou "c'est méga-génial" car ce que j'apprécie n'ai pas forcément bien, et vice-versa. Et que surtout (lai-je déjà précisé...?), je ne suis pas un expert en fantasy...  What a Face

Maintenant, si j'ai deux conseils à te donner :
- Ecris, écris, écris, écris !
- Ecris et laisse ton texte mûrir au fond d'un tiroir, pas un jour ni une semaine ni un mois mais DES mois, et à la relecture, tu verras, tout un tas de défauts vont te sauter au yeux - de la simple faute de frappe que tu n'as jamais vue malgré toutes tes relectures à la mauvaise qualité d'un paragraphe en passant par une incohérence flagrante
- N'hésite surtout pas à lire et à commenter des textes sur le forum. Je ne dis pas cela pour que tu commentes mes textes ni pour relancer l'activité du forum, mais échanger avec les autres auteurs apporte beaucoup. De même, en analysant leurs textes, tu y trouveras des erreurs, des maladresses, des choses qui te chiffonnent. eh bien ces choses-là, tu verras qu'près les avoir commentées, tu ne les trouveras plus dans tes propres textes, tu t'obligeras à une certaine discipline, etc. C'est un des éléments qui te permettront de progresser rapidement  Wink 

(oui, je sais, ça fait trois conseils... c'est juste pour voir si tu as lu jusqu'ici  Twisted Evil )
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mar 28 Mar - 20:23

je n'ai qu'une chose à répondre  à ces conseils, ça m'a bien aidé et ça m'aide encore. la preuve, j'ai repris libeco, posté sur montbestseller commenté avec autant de franchise que celui-ci.  merci demi tour Smile (j'ai zappé la correction de ce texte que j'avais pourtant pris. trop de boulot ces derniers temps)

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 43

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 29 Mar - 19:25

Mode tapage d'incruste dans un post ON / Libeco..., C'est quoi ? / Mode tapage d'incruste dans un post OFF
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   Mer 29 Mar - 20:13

ma future sf, mode tapage d'incruste lol. enfin demi-tour :  Laughing

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pirate's Soul [En court]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pirate's Soul [En court]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soul Drop
» Château-Gaillard, trajet court
» Thème pirate
» Soul team par fadoo
» Le retour des court-métrages Disney !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Romans Fantasy-
Sauter vers: