Les écrivains amateurs du web

Forum dédié à tous les écrivains amateurs qui rêvent de marquer l'Histoire...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonne vie à tous en ce lieu de partage et d'entraide.
La charte du forum est disponible et doit être signée par tous les membres du forum !
Derniers sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires
créer un forum
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Projet Fantasy --> conseils et avis :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
odysseus



Date d'inscription : 16/03/2014

MessageSujet: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Dim 16 Mar - 22:55

Bonjour à tous, je me lance dans une grande saga de fantasy et j'ai besoin de vos conseils et avis. Je vous poste ce que j'ai écrit sans plan, d'une traite.

Merci d'avance !

Si tu as rien à faire lis ça, j'ai commencé à écrire : Dans la sombre prison de la ville de Caer, les flammes des torches accrochées aux murs de pierre couleur d'airain vacillaient, léchant la pierre grise. Ces murs, disait-on, avaient été construits par les hauts elfes, il y a bien 3000 ans de cela. Ils étaient essentiellement composés d'asphalte et de granit, ce qui leur donnait un aspect imposant et majestueux. C'est, du moins, ce qu'on avait raconté à Brand Escalon, qui les contemplait d'un oeil angoissé, à travers la grille d'acier de sa cellule. Il se perdait dans les méandres de son imagination, en pensant aux elfes des forêts enneigées du nord, aux drakes azurs des hommes du sud, fendant l'air à toute vitesse entre les montagnes jaunies par les vents brûlants. Il pensait à la magnifique capitale du Sud, terre natale de la plupart de ses habitants. Il sentait la chaleur du soleil calcinant de midi sur son visage, entendait le bruit des serpents de corail qui glissaient sur les dunes de sable d'or, et voyait les puissants cavaliers haradiens qui hurlaient des cris de guerre en levant leurs glaives de bronze au ciel. Leurs boucliers de mithril luisaient d'une lueur flamboyante, reflètant les rayons de l'astre divin, prêts à brûler champs et forêts. Soudain, une voix rauque réveilla Brand de sa transe. C'était Eldear, le vieux magicien, son ancien maître.
- Brand! Réveille-toi, vite. Il faut partir tout de suite. On a ordonné ton exécution, les soldats ennemis ne devraient pas tarder à arriver. Nous devons immédiatement quitter Caer. Quelqu'un nous attend au pont de l'est avec des chevaux que j'ai fait atteler ce matin. Dépêche-toi, nous n'avons plus beaucoup de temps.
Brand commença à trembler de peur. Il n'arrivait pas à comprendre comment tous ces événements avaient pu se passer si vite. Eldear fit un geste brusque de ses mains noueuses et prononça des paroles indescriptibles. Un bruit sourd se fit entendre et la porte de la cellule grinçante s'ouvrit lentement. Brand secoua vivement sa longue chevelure blonde et épaisse afin de retirer la crasse qui s'était accumulée dans cette tignasse depuis le début de sa réclusion. C'était un grand et beau jeune homme qui devait avoir vécu seize automnes, bien que sa haute taille et son assurance lui donnassent trois ans de plus. Il avait un large front et, sous ses sourcils brousailleux, une paire d'yeux verts vifs et perçant ornaient le haut du visage. Une courte barbe fraichement poussée liait le lobe de ses oreilles pointues en passant par un menton abrupt et saillant. Brand Escalon était à la fois svelte, mince et robuste. Ses larges épaules qui soutenaient sa tête donnaient naissance à de longs bras agiles. Son corps était tout de même parfaitement proportionné, ce qu'il négligeait, ne croyant pas à la pureté et à la beauté des proportions physiques humaines. Eldear lui tendit un trousseau, et grâce à ses dents, il introduisit la grande et lourde clef de fer dans la serrure qui liait ses mains ensembles. Un claquement sonore signala à Brand qu'il pouvait enfin remuer ses mains à nouveau. Quel soulagement ! Il se leva d'un bond et suivit le vieux magicien.

Ils traversèrent un long couloir sombre, puis tournèrent à droite. En marchant, Brand pensait à sa mère. Elle seule aurait pu éviter cette série d'évenements tragiques et aurait permis à l'ancien roi de garder le trône de Caer. Mais c'était déjà trop tard, la citadelle avait été capturée par les hommes de l'Ouest et leur chef, s'était déjà emparé du siège royal de la cité. La seule chose à faire était de fuir au plus vite cette ville dangereuse et hostile. Aussi ils continuèrent à longer les hauts murs épais de la prison pendant un laps de temps qui parut interminable. Soudain, Brand croisa le regard d'un elfe qui était étendu sur la couche d'une des nombreuses cellules devant lesquelles ils ne faisaient que passer. Cela dura un très bref instant mais leurs yeux échangèrent une pensée à la seconde où lui et son maître tournèrent à gauche. Un frisson glacé parcourut le corps du garçon. Les yeux du mystérieux inconnu mêlaient mélancolie et malfaisance. L'avait-il déjà rencontré dans le quartier commerçant, lorsqu'il arpentait la grand-rue pendant les longues nuits de printemps? Le magicien ordonna à Brand de s'arrêter d'un signe autoritaire de la main. Ils étaient face à un mur, semblable à tous les autres de la prison, à un détail près : il était entouré par deux torches vert olives solidement accrochées à la paroi rocheuse alors que toutes les autres étaient couleur ocre, ce qui n'avait pas particulièrement frappé Brand. Le magicien saisit fermement la main glacée du jeune homme toujours apeuré et tous deux s'enfoncèrent dans le mur d'airain, quittant les sombres geôles de Caer.


Une puissante rafale de vent vint frapper Eldear qui vacilla, mais qui reprit pied en s'appuyant sur son élève. Ils étaient enfin sortis de cette affreuse et gigantesque prison souterraine et se trouvaient maintenant dans le quartier Est de la ville. Brand leva les yeux au ciel. Une lune d'argent illuminait la voute céleste de sa puissante lumière bienfaisante et rassurante. Une myriade d'yeux phosphorescents observaient cette vaste étendue de Terre, nageant dans un chaos de matière sombre. Les étoiles ne semblaient pas avoir été disposées aléatoirement dans le ciel, mais ressemblaient plutôt à l'oeuvre d'un acte divin. Elles décoraient le firmament tels les joyaux de quelque objet précieux. Il distingua la constellation du dragon, qui, comme lui avait appris Eldear, brillait à cette époque de l'année. Il connaissait la plupart des étoiles qui constituent cette constellation, et était toujours fasciné par la sombre clarté de la supergéante noire qui se situait sur la queue du Dragon.
-Brand, vite, Elea nous attend depuis de longues heures au pont de l'est. Nous ne pouvons pas traverser la ville, c'est trop dangereux, les guerriers de l'ouest surveillent chaque coin de rue, nous nous ferions repérer assurément.
-C'est notre seul moyen, comment voudriez-vous que l'on atteigne le pont, autrement ?
-Réfléchis un peu... Si la voie terrestre nous est coupée, il nous reste une autre solution, mais qui risque d'être périlleuse.
Le vieil homme s'agenouilla, accompagné par le craquement sourd de ses os anciens, qui remuaient sous l'effort. Il plongea son bras dans son long manteau blanc et saisit un objet métallique. C'était une longue tige de fer brut sur laquelle était gravé une étoile à six branches. Eldear tapota une des extrémités de l'instrument de son index droit et aussitôt une lueur verte illumina la tige. D'un geste précis et mesuré, le vieux magicien traçait des symboles runiques sur le sol de bois de l'entrée de la prison. Il leva les yeux au ciel et répéta à trois reprises : "Raulun! Raulun! Khoran, Raulun!" A ces mots, le vent commença à souffler de plus en plus fort. Le doux zéphyr qui venait doucement bercer les paroles de nos deux compagnons s'était transformé en une bourrasque difficilement supportable. Brand, qui s'accrochait désespérément à la lourde poignée argentée du portail de la prison, était tombé à terre. Soudain, une immense ombre envahit la cour et sous les yeux effrayés de Brand, un formidable griffon vint se poser bruyamment sur le sol, en battant rapidement de ses longues ailes puissantes. Brand n'en croyait pas ses yeux, c'était la première fois qu'il avait vu une telle créature d'aussi près. Le griffon se tenait fermement sur ses serres d'or aussi tranchantes et acérées que des lames galaariennes. Un plumage céladon recouvrait son corps chimérique. Brand, abasourdi, observait attentivement sa tête si imposante qu'elle semblait dominer la cité entière. Au dessus de son long bec noir recourbé, la créature possédait deux yeux plus bleus encore que les eaux de la mer de Glace. Eldear observait la scène attentivement avec calme et sérénité. Le griffon s'avança majestueusement, observa Brand, puis se tourna vers le magicien et dit d'une voix grave : "Eldear, que les dieux te gardent. Les temps sont sombres, pourquoi as-tu fait appel à moi, et qui est ce jeune garçon ?
Eldear soupira et répondit : "Je te salue, ô Raulun, seigneur des cieux. Il se passe des choses terribles en Terre des Hommes. Comme tu le sais, l'ancien roi de Caer nous a quitté il y a maintenant trois longues années.

Chapître 2 :

En les entendants parler de son défunt père, Brand se remémorait les anciens temps, l'art de vivre pendant la belle époque. La ville de Caer était une cité prospère et gaie, où marchands et commerçants des contrées lointaines y venaient chaque année, afin d'y vendre nourriture, métaux précieux, et armes. On pouvait y trouver facilement un arc elfique en orme ou encore une liqueur de houblon dont les nains étaient les spécialistes dans la distillation et qu'ils appelaient, en langage commun, "bière". La cité florissante était connue pour ses son architecture douce et arrondie, et les principales habitations étaient construites à partir de pierre blanche. Cette ville a été longtemps gouvernée par un homme droit et juste, Delos. Il dirigeait ce centre de partage culturel avec une rigueur et une assiduité sans pareille. Chaque jour, il se levait de bonne heure et lui-même, le roi en personne, traversait la grande salle du château de Caer, s'engouffrait dans la galerie du nord en passant à travers l'immense portique en albâtre et, d'un pas décidé, grimpait les marches de la tour d'observation, afin d'aller ouvrir les cages des geais bleus. C'était un homme serviable et généreux dont la ville pouvait être fière.
Revenir en haut Aller en bas
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 44

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Lun 17 Mar - 7:55

odysseus a écrit:
je me lance dans une grande saga de fantasy et j'ai besoin de vos conseils et avis.
1 - courage
2 -

odysseus a écrit:
j'ai écrit sans plan, d'une traite.

1 - ça se voit : répétitions, lourdeurs (des adjectifs en veux-tu en voilà notamment, des phrases loooooongues à n'en plus finir pour décrire une action sensée être hyper-rapide (<-- profite, c'est le premier conseil), des tournures maladroites, etc). Ecrire sans plan est une chose, mais il faut relire son texte à tête reposée (<-- 2eme conseil...)
2 - à la vitesse où ça va, j'espère que ta saga dure au moins deux siècles, et encore...
3 - Tu as peut-être les images de ton récit dans ta tête, mais pas le lecteur. Quant à l'atmosphère euh...
4 - Bienv... ah non, mince. Je t'aurais bien souhaiter la bienvenu sur ce forum, mais il semble que tu as oublié de passer par la case présentation...
C'est là --> CLIC

Comme l'a dit un membre du forum, je ne suis pas méchant (ouais, j'avoue). Il y a cependant deux choses qui me hérisse le poil :
- ceux qui débarquent dans une communauté comme si c'était chez eux
- ceux qui demandent aux autres de s'investir avant qu'eux-mêmes aient fourni le moindre effort

Bref...  Evil or Very Mad 
(mais si si, je t'assure, je serai sympa après   )
Revenir en haut Aller en bas
odysseus



Date d'inscription : 16/03/2014

MessageSujet: Pas compris.   Lun 17 Mar - 11:37

Dsl mais je n'apprécie pas tes conseils et ton ton hautain et froid. Je me presse de quitter ce forum inhospitalier. A +
Revenir en haut Aller en bas
Demi-Tour



Date d'inscription : 13/09/2011
Age : 44

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Lun 17 Mar - 14:34

Vu que tu vas recevoir un message pour t'avertir qu'une réponse a été postée, tu vas donc cliquer sur le lien et atterrir ici.
Donc en réponse, et (vraiment) pour te faire plaisir :

- Mes remarques sont ton texte ne sont que mon avis, et n'ont donc aucune autre valeur. Cependant (et sans me faire mousser ni quoi que ce soit), j'ai la chance (oui, la chance) d'avoir été édité à compte d'éditeur et d'avoir ainsi pu profiter de l'expérience et des conseils d'un directeur d'ouvrage, conseils que j'essaie de donner le plus souvent possible.
Pour ton texte, je me répète : répétitions, lourdeurs et foisonnement d'adjectifs ne font que le plomber. Quant à la relecture à tête reposée (et à voix haute, pourquoi pas), elle est ce qu'il y a de mieux pour faire évoluer un texte. Pour terminer : tu vas vite, très vite, trop vite, à tel point que le lecteur n'a même pas le temps de s'immerger dans le récit.
Si des avis négatifs sur ton texte te froissent à ce point, je me demande bien à quoi bon, justement, demander notre avis. Soit dit en passant, c'est en tenant compte de ce genre d'avis, quand il est expliqué et argumenté bien entendu, que progresser devient possible, pas en s'attendant à des louanges à chaque message. Et crois bien que si tu veux progresser en écriture, tu es vraiment sur le bon forum. Les conseils que je t'ai donnés plus haut ne sont bien sûr qu'une infime partie des commentaires que je pourrais faire sur ton texte (j'y reviens plus bas)

- Se présenter est la moindre des choses quand on arrive quelque part, sur un forum comme n'importe où ailleurs dans la vie. D'ailleurs, à la lecture de ton texte (parce que oui, j'ai quand même pris le temps de le lire), j'aurais bien aimé en connaitre plus sur toi, car ton âge notamment et/ou le fait que ce soit ton premier texte peuvent expliquer certaines maladresses.

- De nombreux membres de ce forum (anciens comme nouveaux) attendent des fois depuis plusieurs jours d'avoir un avis sur leurs textes mais prennent le temps de participer, de s'investir, d'échanger. En ce qui me concerne, j'aimerais poster des avis à longueur de journée mais je ne peux pas commenter un texte par un simple "ouais, pas mal" ou bien "j'ai pas accroché" parce que cela n'a rien de constructif, et quand je commente, c'est de manière complète, presque phrase par phrase si cela l'exige, quitte à ce que cela me prenne jusqu'à 1h30 pour une seule partie de texte. Et je ne suis pas le seul à prendre le temps pour poster de "vrais" commentaires, donc constructifs. Après, chacun sa méthode, il est vrai...

Je te l'ai dit, je ne suis pas méchant, et je serai ravi de t'aider avec mes (maigres) moyens, mais je te l'ai dit également, certaines choses me hérissent le poil... brrrr.
Revenir en haut Aller en bas
odysseus



Date d'inscription : 16/03/2014

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Lun 17 Mar - 23:59

Très bien, je peux comprendre. Excuse-moi, tu as raison, tes conseils sont utiles pour mon amélioration. Je m'en vais remplir le formulaire de réponse et voici ma deuxième version du texte, bien différente, plus précise, et retravaillée avec soin :

Prologue :

Dans la sombre prison de la ville de Combe, les flammes rougeoyantes des torches accrochées aux murs de pierre couleur d'airain vacillaient, léchant avidement la pierre grise. Ces murs, disait-on, avaient été construits par les hauts elfes, il y a bien 3000 ans de cela. Ils étaient essentiellement composés d'asphalte et de granit pâle, ce qui leur donnait un aspect imposant et majestueux. C'est, du moins, ce qu'on avait raconté à Brand Escalon, qui les contemplait d'un oeil angoissé, à travers la lourde grille d'acier de sa minuscule cellule. Un vent glacé venu de nulle part ondulait les pans du tissu verdâtre qui lui servait de couverture, négligeamment posé sur la couchette, rattachée au mur par deux chaînettes de fer. Des copeaux de paille recouvraient entièrement le sol gelé de la pièce, ne laissant à aucun endroit dépasser la pierre grise. Il observait attentivement les ellipses déformées qu'une araignée décrivait entre les barreaux de la porte. Ce corps noir et velu tissait minutieusement les fils argentés de sa future demeure. La soie blanchâtre était manipulée grâce à deux grandes mandibules puissantes et agiles. Deux taches rouges étaient gravées avec précision sur l'abdomen de ce formidable insecte. Soudain, une voix rauque réveilla Brand de sa transe.
- Brand! Réveille-toi, vite. Il nous faut quitter la ville au plus vite. J'ai réussi à obtenir le trousseau de ta fuite. Dépêche-toi et suis-moi.
C'était Gervain, son vieux précepteur, qui l'élevait depuis sa tendre enfance avec amour et affection.
Brand se leva d'un bond et s'approcha de la porte de la cellule. Gervain, d'un geste brusque de ses mains noueuses, introduisit la lourde clef de bronze dans la serrure. Un bruit sourd se fit entendre et la porte de la cellule grinçante s'ouvrit lentement. Brand secoua vivement sa longue chevelure blonde et épaisse afin de retirer la crasse qui s'était accumulée dans cette tignasse depuis le début de sa réclusion. C'était un grand et beau jeune homme qui devait avoir vécu seize printemps, bien que sa haute taille et son assurance lui donnassent trois ans de plus. Il avait un large front et, sous ses sourcils brousailleux, une paire d'yeux verts vifs et perçant ornaient le haut du visage. Une courte barbe fraichement poussée liait le lobe de ses oreilles pointues en passant par un menton abrupt et saillant. Brand Escalon était à la fois svelte, mince et robuste. Ses larges épaules soutenaient sa tête et donnaient naissance à de longs bras agiles et puissants. Sans plus tarder, le jeune homme suivit les pas de Gervain.

Ils traversèrent un long couloir sombre, puis tournèrent à droite. Le plafond était vouté sur toute son étendue et tous les cinq mètres, une mince ouverture lassait transparaître la lumière de lune. Les portes des cellules étaient solidement composées de bois vert et humide ce qui dégageait une odeur nauséabonde d'arbre mouillé. On entendait le clapotis rythmé du ruisseau qui s'écoulait juste au-dessus. Le jeune homme arrivait parfois à distinguer le sifflement étouffé des quelques serpents solitaires qui glissaient silencieusement entre les dalles de sol. Le claquement des pas scandait cette harmonieuse cacophonie dans un rythme effreiné.
Ils continuèrent à longer les hauts murs épais de la prison pendant un très long moment. Soudain, Brand croisa le regard d'une femme qui était étendue sur la couche d'une des nombreuses cellules devant lesquelles ils ne faisaient que passer. Cela dura un très bref instant mais leurs yeux échangèrent une pensée à la seconde où lui et son maître tournèrent à gauche. Un frisson glacé parcourut le corps du garçon. Les yeux de la mystérieuse inconnue mêlaient mélancolie et malfaisance. L'avait-il déjà rencontrée dans le quartier commerçant, lorsqu'il arpentait la grand-rue pendant les longues nuits de printemps? Le vieil homme ordonna à Brand de s'arrêter d'un signe autoritaire de la main. Ils étaient face à un mur, semblable à tous les autres de la prison, à un détail près : il était entouré par deux torches vert olives solidement accrochées à la paroi rocheuse alors que toutes les autres étaient couleur ocre, ce qui n'avait pas particulièrement frappé Brand. Gervain saisit fermement la main glacée du jeune homme toujours apeuré et tous deux s'enfoncèrent à travers le mur d'airain, quittant les sombres geôles de Combe.


Une puissante rafale de vent vint frapper Gervain qui vacilla, mais qui reprit pied en s'appuyant sur son élève. Ils étaient enfin sortis de cette affreuse et gigantesque prison souterraine et se trouvaient maintenant dans le quartier ouest de la ville. Les deux hommes se trouvaient en haut d'un escalier de marbre blanc, sali par la poussière. En contrebas, un petit portique en pierre faisait le pont avec les habitations avoisinnantes. Les feuilles vertes du lierre grimpant avaient déjà envahi la façade d'en face, escaladant le mur comme des mains qui cherchaient une prise pour s'y aggriper. Des pots de lilas étaient disposés un peu partout au sommet de l'escalier, apportant un peu de chaleur dans cette ruelle déserte. Brand leva les yeux au ciel. Une lune d'argent illuminait la voute céleste de sa puissante lumière bienfaisante et rassurante. Une myriade d'yeux phosphorescents observaient cette vaste étendue de Terre, nageant dans un chaos de matière sombre. Les étoiles ne semblaient pas avoir été disposées aléatoirement dans le ciel, mais ressemblaient plutôt à l'oeuvre d'un acte divin. Elles décoraient le firmament tels les joyaux de quelque objet précieux. Il distingua la constellation du lièvre, qui, comme lui avait appris Gervain, brillait à cette époque de l'année. Il connaissait la plupart des étoiles qui constituent cette constellation, et était toujours fasciné par la sombre clarté de la supergéante noire qui se situait sur la queue du lièvre.
-Brand, vite, notre guide nous attend au bout du pont de l'est. Nous ne pouvons pas traverser la ville, c'est trop dangereux, des gardes surveillent chaque coin de rue, nous nous ferions repérer assurément.
-C'est notre seul moyen, comment voudriez-vous que l'on atteigne le pont, autrement ?
-Réfléchis un peu... Si la voie terrestre nous est barrée, il nous reste une autre solution, mais qui risque d'être périlleuse.
Le vieil homme s'agenouilla, accompagné par le craquement sourd de ses os anciens, qui remuaient sous l'effort. Il plongea son bras dans son long manteau blanc et saisit un objet métallique. C'était une longue tige de fer arrondie au bout. Gervain tapota une des extrémités de l'instrument de son index droit et aussitôt une lueur verte illumina la tige. D'un geste précis et mesuré, le vieux magicien traçait des symboles runiques sur le sol de bois de l'entrée de la prison. Il commença à siffler un air si doux que les arbres ployaient sous les quartes parallèles de la mélopée. Le jeune homme reconnut le mode hypodorien. Les ondes sonores se fracassaient contre les parois avant de traverser les tympans de Brand. Ce chant triste et mélodieux envahit aussitôt l'esprit du jeune homme. Le vent commença à souffler de plus en plus fort. Le doux zéphyr qui venait doucement bercer les paroles de nos deux compagnons s'était transformé en une bourrasque difficilement supportable. Brand, qui s'accrochait désespérément à la lourde poignée argentée du portail de la prison, était tombé à terre. Soudain, une immense ombre envahit la cour et sous les yeux effrayés de Brand, un formidable griffon vint se poser bruyamment sur le sol, en battant rapidement de ses longues ailes puissantes. Brand n'en croyait pas ses yeux, c'était la première fois qu'il avait vu une telle créature d'aussi près. Le griffon se tenait fermement sur ses serres d'or aussi tranchantes et acérées que des lames d'acier. Un plumage céladon recouvrait son corps chimérique. Brand, abasourdi, observait attentivement sa tête si imposante qu'elle semblait dominer la cité entière. Au dessus de son long bec noir recourbé, la créature possédait deux yeux plus bleus encore que les eaux de la mer de Glace. Gervain observait la scène attentivement avec calme et sérénité. Le griffon s'avança majestueusement, observa Brand, puis se tourna vers le magicien et dit d'une voix grave : "Gervain, que les dieux te gardent. Les temps sont sombres, pourquoi as-tu fait appel à moi, et qui est ce jeune garçon ?
Gervain s'approcha de l'animal et caressa tendrement ses plumes dorsales bleuies par la lumière de la lune. Après quelques minutes, il prit la parole : "Mon vieil ami, tu n'as pas perdu ta grandeur et ta majesté. Ton plumage adamant brille encore de mille feux. Les temps sont graves en Terre occidentale. Comme tu le sais sûrement, Roric, qui s'asseyait autrefois sur le trône de la grand-salle du palais, nous en est allé rejoindre le monde des morts, il y a maintenant trois ans de cela."

Chapître premier : De l'histoire passée de la ville de Combe
Afin de ne pas emmêler les synapses et les neurônes du lecteur, voici quelques précisions sur les temps anciens, sur le passé de cette étrange cité. La ville de Combe était une cité prospère et gaie, où marchands et commerçants des contrées lointaines y venaient chaque année, afin d'y vendre nourriture, métaux précieux, et armes. On pouvait y trouver facilement un arc en orme ou encore une liqueur de houblon dont les habitants de Combe étaient les spécialistes dans la distillation et qu'ils appelaient "bière" en langage commun. La cité florissante était connue pour son architecture douce et arrondie, et les principales habitations étaient construites à partir de pierre blanche. Cette ville a été longtemps gouvernée par un homme droit et juste, Roric. Il dirigeait ce centre de partage culturel avec une rigueur et une assiduité sans pareille. Chaque jour, il se levait de bonne heure et lui-même, le roi en personne, traversait la grande salle du château de Combe, s'engouffrait dans la galerie du nord en passant à travers l'immense portique en albâtre et, d'un pas décidé, grimpait les marches de la tour d'observation, afin d'ouvrir les solides cages des geais bleus, prêts à s'envoler et à parcourir monts et forêts, de leurs ailes indigo. C'était un homme serviable et généreux dont la ville pouvait être fière. Plus les mois passaient et plus la cité regorgeait de gaieté et de visiteurs, ce qui parcourait le monde, de bouche à oreille. Un beau jour, la femme du roi, Ayla, tomba enceinte. Cette merveilleuse nouvelle réjouit tous les habitants de la cité, si bien que la rumeur de cet événement remplissait les tavernes locales. Trois saisons passèrent, et Ayla mit au monde un jeune garçon qu'ils décidèrent d'appeler Brand, symbole du courage. Mais une nuit, l'ombre d'une silhouette encapuchonnée s'introduisit dans la chambre royale. Silencieusement, elle s'approcha du couple étendu sur le matelas de tafetas rouge. Roric se réveilla d'un bon, dague en main, mais c'était déjà trop tard et une flaque de sang s'était répandue dans le lit matrimonial. Ayla émit un cri étouffé et en quelques secondes, toute force vitale en elle la quitta. Le roi voulut se défendre mais le cruel assassin était plus rapide et lui avait décoché une fléchette, trempée dans un poison mortel. L'homme sentit peu à peu son corps s'engourdir et ses membres se ramolir. Ne pouvant plus tenir debout, il retomba sur le matelas, mort sur le coup. Tous les deux étendus, main dans la main, quittèrent la paisible ville de Combe et s'en allèrent trouver l'île blanche des héros, où ils avaient assurément leur place. L'assassin royal, satisfait de son atroce besogne, sauta par la fenêtre encore ouverte et s'enfuit comme de rien à travers cette sanglante nuit d'encre. On ne le revit plus jamais. Lorsque le peuple de Combe apprit cette atroce nouvelle, la ville perdit aussitôt son caractère joyeux et l'on cessa de commercer ainsi. Le temps du bonheur était révolu, le temps des pleurs était revenu. Le désespoir et la désolation s'étaient emparés de la ville, qui elle-même semblait morte. Les rues désertes de Combe laissaient transparaître un sentiment de vengeance inassouvie envers l'être qui avait volé la chaleur bienfaisante de la cité et de ses maisons. Le jeune hériter, trop jeune encore pour pleurer la mort de ses parents, fut élevé par un homme très proche de Roric, son conseiller, son oncle et son maître vénérable. Ce n'était jamais sans son large manteau en lin blanc que le magicien feuilletait quelque vieux grimoire poussiéreux, assis sur sa chaise de bois d'acajou dans la tour d'observation. Ce n'était jamais sans sa longue barbe sale et emmêlée aussi claire et pure que l'orme elfique, qu'il déambulait dans l'aile gauche du palais royal, ses livre sous le bras. C'est sûrement pour ces raisons qu'on le nommait Gervain. Dix longs automnes passèrent et la même ambiance morne régnait sur la petite ville de Combe, broyant l'absurdité incomprise de la noirceur psychique de ses habitants. Dix longs hivers passèrent et Brand était devenu et jeune homme robuste et courageux, qui allait chasser le cerf, l'arc à la main. Dix longs étés passèrent sans que Brand ne perdit cette rage de vengeance qu'il portait envers l'assassin de ses parents. Mais le malheur frappa à nouveau aux portes de la ville. Il fallut nommer un nouveau régent qui gouvernerait la ville, en attendant que Brand fût assez grand pour commander lui-même. Comme dans les anciens temps, on procéda par tirage au sort. Le vainqueur fut Fahr, un homme sournois et avide de pouvoir. Il convoitait depuis longtemps le trône de la ville et s'empressa de s'accomoder au château. Il y vivait seul dans l'opulence et menait une existence paresseuse, profitant des bienfaits que lui rapportaient une telle fonction. Un beau jour, quand Brand eut atteint l'âge de seize ans, le conseil décida qu'il lui était en droit de prétendre au trône royal. Mais le tyran était rusé et avait soigneusement prévu de tels événements. Il avait corrompu la garde afin de procéder à l'enlèvement officieux du jeune héritier. Fahr effectua ce terrible complot et cacha Brand dans une cellule, la nuit de son couronnement, pour qu'ils croupisse en prison. Le lendemain, il annonça la nouvelle, en simulant son grand deuil, expliquant que le jeune homme avait quitté la ville afin de voyager dans le vaste monde. Le peuple n'y vit que du feu et le tyran conserva le trône. Mais le vieux précepteur s'était douté des actions sournoises de Fahr et avait secrètement volé les clefs de la prison au chien de garde, qu'il avait su amadouer. Vous connaissez la suite. Voilà comment notre héros a pu en arriver là, à écouter le vieux Gervain discuter avec une grande créature si imposante qu'il n'osait pas bouger d'un pouce, assis sur les marches de l'escalier de marbre, devant la porte de la prison, entouré de pots de fleurs violettes. Il expliquait la situation au griffon et lui demandait avec insistance s'il pouvait les transporter jusqu'au pont de l'est. Le griffon secoua sa longue queue serpentine et battit bruyammant des ailes. Puis, il s'agenouilla et s'alongea sur le sol. Gervain fit signe à Brand et enfourcha le cou de l'animal. Sans réfléchir, il s'approcha avec appréhension et prudence et s'installa sur les flancs de la créature. Ses poils hérissés caressaient doucement les jambes du jeune homme qui se cramponnait si fort à son maître, que ses vieilles épaules avaient du mal à supporter cette charge supplémentaire. Serredor rugit, puis écarta ses deux ailes de toute sa force, brassant de l'air. Une secousse faillit faire tomber Brand qui se tenait maintenant fermement à la peau l'animal. Ses ailes remuaient de plus en plus fort et dans un sifflement tonitruant, le griffon s'envola.

Chapître deuxième : De l'ingéniosité et du courage avec lesquels Brand s'enfuit de la ville
Revenir en haut Aller en bas
extialis
Admin
avatar

Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 51
Localisation : nord de la france

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Mar 18 Mar - 6:54

j'ai commencé à lire pour ma part. j'y reviendrai (mais mes avis ne sont pas aussi utiles que demi-tour  Laughing )
bonne journée

_________________
https://www.facebook.com/eliecharier
http://fantasy666.jimdo.com/

le tome un sur numériklivres :gahila
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy666.jimdo.com/
Le Boiteux

avatar

Date d'inscription : 15/11/2013
Age : 26
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Mar 18 Mar - 8:39

Moi, je ne suis qu'un gamin de 23 ans qui n'a jamais rien publié, qui n'a jamais participé à un concours ni quoi que ce soit, alors franchement mon avis... Mais j'aime à croire que je ne raconte pas que des conneries, et que ça peut servir un peu. Et crois-moi, s'il y a un forum où les gens ne sont pas hautains, c'est celui-ci. J'en sais quelque chose, pour avoir écumé quelques forums avant de le trouver.

  Bon, passons à ton texte. D'une manière générale, la fantasy est sûrement le genre le plus répandu dans la littérature de l'imaginaire. Donc si tu veux faire quelque chose qui accroche le lecteur, il faut essayer de faire original. C'est ce qu'un ami m'avait fait remarquer, et c'est bien vrai. Et si tu n'arrives pas à te démarquer un minimum dès le début, c'est mort. Pour exemple, ceux qui ne sont pas familiers de la fantasy vont toujours la décrire comme ''un truc avec des elfs". Et là, première lignes, des hauts elfs. Mal barré pour l'originalité. Je dis qu'il ne peut pas y en avoir (Andrzej Sapkowski le fait très bien), mais du coup il s'efforcer d'autant plus d'accrocher le lecteur avec un truc qui sort du lot. Il faut que dès les première pages ton lecteur se dise "ah ouais !".
  Et l'originalité, ça peut aussi passer par le style. C'est ce qui m'a le plus chagriné en lisant ton texte, parce que c'est vraiment trop archétypal du genre. Trop lisse, trop "propre", raconté un peu sur le mode du conte "façon Tolkien". C'était présent dans le prologue, et c'était étouffant dans le premier chapitre.
  à propos du premier chapitre, je pense qu'il y a une erreur grossière à ne pas commettre : prendre le lecteur pour un demeuré, en lui expliquant ton univers comme s'il n'allait rien comprendre par lui-même. "Afin de ne pas emmêler les synapses et les neurones du lecteur" ? O_O. Alors là, j'en ai pris un sacré coup à mon ego.
  Non. Dans la fantasy, il faut raconter l'histoire comme si le lecteur connaissait ce monde, et même comme s'il y vivait. Débarquer dans un nouvel univers, n'y rien comprendre, c'est ça qu'est bon ! C'est pour ça qu'on aime la littérature de l'imaginaire. Ce n'est qu'au fur et à mesure qu'on comprend les choses. Tu n'es pas arrivé sur Terre en sachant tout dès le départ, tu apprends au fur et à mesure, encore aujourd'hui. Si tu veux expliquer les événements qui se sont déroulés, le mieux et de glisser ça de façon moins grossière dans le récit, par exemple dans un dialogue.
  Ensuite, je dirai simplement qu'entre point de vue externe et point de vue interne, il faut choisir. Des fois tu changes en plein milieu, comme ça t'arrange. Par exemple tu dis que le garçon doit bien avoir 16 ans, et quand il croise le regard de la fille en fuyant de la prison, il se demande s'il ne l'a déjà vue je ne sais où ; il y a une contradiction entre les deux je trouve.
  Après, si ton point de départ réel de l'histoire c'est le chapitre I, comme l'a dit Demi-Tour, ça va effectivement très très vite. Trop vite, même. Dans un roman, et plus encore si tu comptes écrire un cycle, il faut prendre son temps. C'est en prenant le temps que le lecteur va se familiariser avec ton monde et ses personnages. Autrement l'histoire restera juste une histoire, survolée sans émotions.

  C'est à peu près tout ce que j'ai à dire sur mon ressenti général. Mais ne te laisse pas démonter parce que tu t'es pris une claque, c'est comme ça qu'on s'améliore. Tous les avis sont bons, et il faut les garder dans un coin de la tête, même si on est pas toujours d'accord. Parce que plus tard, on peut se rendre compte qu'on avait tort.
  Une présentation serait en effet très sympa, qu'on puisse en savoir plus sur toi, notamment ton âge et si tu écris depuis longtemps, et pourquoi. Et pour te connaître un peu, aussi.
  Si j'en ai le temps, j’essaierai de commenter l'écriture ce soir, pour te dire ce qui m'a dérangé à la lecture.

  PS : C'est amusant, j'ai mis une nouvelle sur ce forum qui a ton pseudo pour titre.
Revenir en haut Aller en bas
Malicie

avatar

Date d'inscription : 07/06/2013
Age : 23
Localisation : 81

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Mar 18 Mar - 12:54

C'est vrai qu'on reconnaît un peu le style de Tolkien ^^ Cela dit, même si ton style peut paraître assez classique, tu as quand même un bon niveau en écriture ! Surtout si c'est ton premier roman, et que tu t'es mis à l'écriture il y a peu de temps... Ma foi, j'étais loin d'écrire comme ça au début ^^ Après, il est vrai que la fantasy est un genre assez utilisé de nos jours, un peu comme les vampires et autres créatures à la mode. Là-dessus, le Boiteux à raison, il faut jouer sur l'originalité, pour essayer de se faire connaître ^^ Je sais de quoi je parle, je travaille d'arrache pied pour parvenir à créer des personnages inédits, un récit différent. Dur, dur :p 

Cela étant, je dis pas que ton histoire n'est pas intéressante. Du tout. Mais il faut savoir créer quelque chose qui surprenne un peu le lecteur, même si je lis plein de livres de fantasy qui se ressemblent beaucoup ! ^^ Je m'en lasse pas :p  Bon après, Demi-Tour et le Boiteux ont souligné les principaux défauts de ton texte... et j'en vois pas d'autres.  En même temps, je suis peut-être pas assez qualifiée pour t'être d'une grande aide :p
Revenir en haut Aller en bas
Le sombre minuit
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 30/05/2011
Age : 26
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   Sam 22 Mar - 11:16

Bonjour Odysseus.
Tout d'abord, tentons de minimiser : Demi-tour donne toujours les meilleurs conseils sur le forum, et même si parfois, il peut faire des remarques qui blessent, c'est parce que le texte l'a fortement dérangé ou que quelque chose, dans la manière avec laquelle il a été présenté, l'a dérangé. Alors du calme, ne prend pas mal ses remarques : c'est justement ces dernières qui te permettront d'avancer correctement, de mettre les bons points sur les bons "i".

Pour ma part, je vais aussi prendre part aux analyses, étant un grand amateurs de fantasy (que je trouve de moins en moins intéressantes avec les livres lus - où se trouve la littérature, bon dieu ? On dirait que dans les romans édités de nos jours, on ne s'inquiète que des lieux décrits et de la pseudo vraisemblabilité de l'intrigue) et en écrivant moi-même (en essayant d'éviter les écueils que je viens de citer, nom d'un petit bonhomme !).

Tout d'abord, je te dirai que Tolkien était un grand, et qu'il a écrit pour deux choses :
- c'était un linguiste, et, ayant créé quelques langues pour s'amuser - le gredin ! - il s'est trouvé avec une envie féroce d'écrire une histoire avec des peuples utilisant ces magnifiques langues.
- il regrettait que les légendes et divinités de son pays soient moindres que celles des grecs, des romains, des égyptiens, des celtes... alors il en a créé une lui-même (donc, la Terre du Milieu se situe sur la Terre, durant un temps très très reculé).
Alors voilà, écrire avec du mithril ou des elfs, c'est expliquer pourquoi on fait appel à eux : prend garde, le lecteur est parfois un chenapan et essaie de trouver les explications à tout. À TOUT ! ^^

Une deuxième chose : écris un plan ; des plans.
Le monde que j'ai créé pour ma part prend place sur 15 romans, et si je ne m'étais pas obligé à construire de bons gros plans plein de foutus folies et longs à écrire, je n'en serai pas à 4 romans complètement terminés aujourd'hui, et quatre en cours de relecture.
Le plan, chez le romancier, lui permet de rester clair et de toujours faire référence aux mêmes choses. Si Proust, dans La Recherche du temps perdu, n'a pas fait de plan, ce serait fort étrange. Il ne faut pas écrire que ce que tu as envie, il faut que tout ce que tu couches sur tes pages soient clairs, précis, et amène toujours à quelque chose de logique (parfois inattendu, certes, mais toujours logique). Il ne faut pas sauter d'une scène à l'autre, car même dans la fantasy, le lecteur attend une certaine cascade d'événements qu'il peut expliquer.
Alors : construit un plan, c'est un cadeau que tu te feras quand tu rédigeras ton histoire.

Pour ce qui est de l'écriture, je la trouve bien, intéressante. Mais écoute donc les commentaires de Demi-Tour et de Le Boiteux, ils te permettront de faire en sorte que tout ton texte "coule" et soit plus lisible, car effectivement, parfois, je me suis retrouvé éjecté hors du texte par la longueur. Dis-toi bien que si une phrase est trop longue, une virgule mal placée, un verbe mal utilisé, le lecteur va se trouver gêné, va reprendre conscience qu'il est en train de lire. Il faut que tu effaces cette conscience de lecture, qu'il ait l'impression de vivre cela. Une longue phrase, si elle est bien menée, avec des virgules bien placées, peut être un plaisir à lire (prenons d'ailleurs Proust, Zola ou encore mieux, Butor, pour le comprendre. Et Tolkien n'est pas en reste, d'ailleurs).

Un dernier conseil : tu es dans la fantasy, et étrangement, tout doit être justifié. Qu'est-ce qu'on reproche le plus à Tolkien ? Ses aigles, dont on ne sait rien. Il avoua lui-même qu'il s'agissait d'une solution de facilité lorsque ses personnages se retrouvaient dans une impasse.

Courage, je trouve que tu écris bien, il suffit désormais que tu parviennes à faire entrer le lecteur ! Et c'est cela, le plus intéressant, quand tu écris.

_________________
http://la-voie-des-ames.overblog.com/

Ce spectacle terrifia Maxime ; les deux enfants ne s'étaient-ils pas combattus avec le seul intérêt de manger ? Ce combat avait détourné ses pensées de son mal ; devant l'acharnement dont ces petits avaient fait preuve, il songea à la loi brutale et sanguinaire de la lutte pour vivre. Mais ces enfants sauvages étaient si bons, alors il ne put que s'intéresser à leur sort et sut que le mieux était toujours de vivre et d'espérer.
Seulement pour garder l'harmonie dans la vie, et celle en tout homme, fallait-il toujours un médiateur ? Un homme ou une femme sachant toujours quoi dire et quoi faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://la-voie-des-ames.overblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Projet Fantasy --> conseils et avis :)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Projet Fantasy --> conseils et avis :)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet d'un planeur/avion/motoplaneur.
» La Fantasy, conseil de lectures...
» Projet de diorama, besoin d'avis/conseils.
» Achat d'une voiture : vos conseils et avis
» Conseils et avis sur l'achat d'un 40D + 17-85 IS (Kit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les écrivains amateurs du web :: Romans Fantasy-
Sauter vers: